Les identités plurielles d’Archives du féminisme par Christine Bard

Par Agnès Arendo

Christine Bard est professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, spécialiste de l’histoire du genre et des féminismes, membre du laboratoire Temos et membre senior de l’Institut universitaire de France. Elle préside l’association Archives du féminisme créée en 2000, qui a pour objectif de préserver les archives des associations et militantes féministes, y compris les sources orales, à des fins mémorielles et historiques.

L’association travaille aussi dans le cadre de la recherche en mettant ses archives à disposition et en organisant des colloques, journées d’étude ou expositions, qui permettent de diffuser et valoriser ces archives1. L’association met des structures en réseau, notamment avec la formation archivistique de l’université d’Angers. Ses archives sont conservées au Centre des archives du féminisme à l’Université d’Angers (CAF). L’intervention de Christine Bard, lors de cette 19e journée d’archivistique d’Angers, avait comme objectif de mettre en évidence les enjeux liés à la pluralité des identités concernant les féminismes, les centres d’archives et les associations, pluralité qui se rapporte à cet « écosystème ouvert » selon Bénédicte Grailles. Cette intervention est, d’après Christine Bard, plus un témoignage qu’une communication scientifique, en raison de son statut hybride d’historienne et de féministe « indépendante ».

Ces identités plurielles sont explicitées par l’emploi de féminismes au pluriel, afin de montrer la diversité des courants, tant politiques que philosophiques. Les différentes vagues de féminismes ne permettent pas d’avoir un ensemble homogène des fonds d’archives, en raison également de la diversité des activités et de la postérité. Christine Bard emploie le terme de continuum des courants.

Les fonds présents au CAF ne sont pas nécessairement des fonds de personnes se revendiquant féministes. En effet, l’autodésignation n’est pas suffisante pour « être féministe », d’autant plus que cette désignation est encore récente2. Les archives du groupe gaulliste Femmes Avenir sont par exemple conservées au CAF sans qu’il soit considéré féministe. D’autres associations se sont peu à peu désignées féministes sans l’être au départ. Christine Bard précise que nous ne parlons pas de communauté féministe, même si un espace de la cause du genre peut se former autour de diverses interactions comme la culture, l’éducation, les médias, l’espace syndical ou l’espace des mouvements politiques, …

Les lieux de conservation des archives féministes sont également pluriels et dispersés, d’où la publication par le CAF d’un guide des sources3, également disponible en ligne4. Ces fonds peuvent être des collections privées, des archives militantes. Leur dispersion se conjugue régulièrement avec la poly-activité et la poly-identité des personnes qui constituent ces fonds, à l’instar des archives de Pierre Simon qui sont divisées en trois parties et en trois lieux de conservation. Quant aux centres d’archives publics, ils détiennent des archives sur les féminismes – on pense à la sous-série F7 (police) des Archives nationales – , parfois des archives privées. Certaines personnes souhaitent être directement représentées dans les archives nationales par « refus du séparatisme ». Cette dispersion reflète aussi la grande diversité des féminismes et de leurs archives. Les identifications féministes sont également plurielles.

La diversité est également visible dans l’association elle-même, par le réseau de membres transgénérationnel et pluridisciplinaire, par le nombre d’acteurs et actrices et de projets qui gravitent autour d’elle. Christine Bard précise que cette diversité est précieuse. Pour autant, des questionnements subsistent, en particulier concernant l’inclusivité de la collecte, qui ne permet pas encore de représenter tous les féminismes. Par exemple, le féminisme culturel est peu représenté au CAF.

Christine Bard conclut sur les efforts fournis pour sensibiliser aux archives féministes depuis vingt ans. L’actualité et les revendications de genre permettent un intérêt croissant des services d’archives pour les archives féministes. Ainsi, le CAF est né dans un contexte de nécessité de créer un centre d’archives, pour permettre la diffusion et la valorisation des archives des féminismes. L’enjeu actuel est de repenser le rapport aux archives publiques. Choisir un lieu de conservation, « désormais, c’est un choix et c’est un choix politique ».

____________________________

1 Archives du féminisme, Objectifs [En ligne], disponible sur https://www.archivesdufeminisme.fr/lassociation/objectifs/ (consulté le 19/02/2021).

2 Hubertine Auclert, 1882.

3 Christine Bard, Annie Metz, Valérie Neveu (dir.), Guide des sources de l’histoire du féminisme, De la Révolution française à nos jours, Rennes, PUR, 2006, 442 p.

4 URL : https://www.archivesdufeminisme.fr/GDS/index.php?empty_search_variables=1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.