Les archives au service de l’histoire et la mémoire des migrations, table ronde

Par Camille Rouffaud

La table ronde animée par Magalie Moysan, maîtresse de conférences en archivistique à l’Université d’Angers, dans le cadre de la XIXe journée d’archivistique d’Angers, donnait la parole à Samia Chabani, déléguée générale de l’association Ancrages, Histoires et mémoires des migrations à Marseille, et Johan Hiriart, chargé de mission et de développement auprès des publics au Rahmi, Réseau des acteurs de l’histoire et de la mémoire de l’immigration en Nouvelle-Aquitaine. Le sujet de cette table ronde portait sur la question des archives au service de l’histoire et la mémoire des migrations.

L’association Ancrages, dont le siège social se trouve à Marseille, a été créée en 2000 dans le but d’agir pour l’inscription de l’histoire des migrations dans le patrimoine national par des actions de collecte et de médiation visant à documenter, diffuser, valoriser et sensibiliser les populations sur ces questions. Son centre de ressources comprend un pôle de documentation, de sauvegarde d’archives et d’accompagnement de projet, un centre de formation et un pôle de médiation culturelle.

Le Rahmi fondé en 2007 et basé à Bordeaux s’affirme comme militant pour « la reconnaissance des apports de l’immigration à la société française pour mieux affirmer sa pluralité culturelle » et ce, entre autres, par des actions de collecte de la mémoire orale de l’immigration, l’animation d’ateliers pédagogiques, la création d’expositions, etc.

La première question abordée est celle de la place des archives dans le militantisme cherchant à faire connaître l’histoire de l’immigration et des actions développées autour de ces archives. Johan Hiriart a affirmé la place centrale des archives dans leur démarche, notamment par la collecte d’une mémoire orale, qui est poursuivie par des actions de conservation pérenne, de valorisation et de recontextualisation par, entre autres, l’usage de l’art. Cette valorisation apparaît principale et s’organise autour de plans de médiation dans des collèges et des lycées, avec l’exemple d’un projet proposant la réalisation d’entretiens qui servent de base à une réalisation artistique (pièce de théâtre, montage).

À la seconde question portant sur l’importance accordée à la collecte d’une mémoire orale, Johan Hiriart a déclaré qu’elle structure l’ensemble de l’action du réseau et que l’histoire des immigrations ne peut pas être exclusivement factuelle ou écrite car les cultures concernées ont une sensibilité plus importante à l’oralité, notamment comme moyen de transmission. Le choix a été fait d’inscrire la petite histoire dans la grande et de s’ouvrir au grand public par des parcours plus parlants qui nourrissent la curiosité des plus jeunes. Samia Chabani a mis en avant la sociologie comme son champ de compétence premier qui influence son intérêt pour la collecte orale. Le témoignage oral apparaît aussi comme remède à la rupture de la parole qui peut exister au sein des familles émigrées ou aux difficultés de transmission par le biais des programmes scolaires. Ces collectes peuvent également permettre d’enrichir des fonds d’archives relatifs à cette thématique déjà présents dans des services d’archives publics.

Cette seconde question a été l’occasion d’aborder les relations entres ces associations et des services d’archives publics. Les deux intervenants ont insisté sur le travail de collaboration avec certains services, que ce soit, pour Ancrages, par le biais de missions complémentaires telles que de la médiation en direction des publics, ou, pour le Rahmi, par le versement de ses archives aux Archives départementale de la Gironde et du Lot-et-Garonne et par la réalisation de partenariats avec des services qui veulent monter des projets en lien avec ses problématiques.

Enfin, la question finale a abordé l’apport du matériau archivistique à la construction des identités. Les intervenants se sont accordés pour dire qu’il s’agit avant tout de combattre l’invisibilisation, le désintérêt de la part des structures institutionnelles. Johan Hiriart conclût qu’il est nécessaire de montrer que la parole de ces personnes a une importance et qu’il faut prendre conscience de cet environnement multiculturel transmissible à l’école et dans l’espace social.

Lors du temps d’échange final avec les internautes, a notamment été mentionné l’impact des évènements de lactualité relatifs, directement ou indirectement, à l’immigration qui peuvent déclencher des prises de contacts spontanées de la part de personnes concernées ou à l’inverse compliquer les actions. Samia Chabani a fait part de la vague d’attentats en 2015 qui a entraîné un vrai recul sur ces questions et a eu un réel impact sur les actions menées par Ancrages. Ces associations sont donc soumises à l’actualité et, comme le précise Johan Hiriart, plus les politiques migratoires sont restrictives et les débats violents, plus il est difficile de faire comprendre l’utilité de transmettre des archives pour qu’elles finissent dans un service « républicain », ce qui rend difficile la récupération de fonds privés.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.