Oublier les années 1970 : penser la discontinuité dans le rapport au passé LGBTQI+ par Massimo Prearo

Par Juliette Hascoet

Massimo Prearo est chercheur en sciences politiques et responsable scientifique du centre de recherche PoliTeSse (Politiques et Théories de la sexualité) de l’Université de Vérone. Son intervention lors de la XIXe journée d’archivistique d’Angers portait le titre suivant : « Oublier les années 1970 : penser la discontinuité dans le rapport au passé LGBTQI+ ».

Le propos de Massimo Prearo était articulé en trois points. D’abord, il a voulu se pencher sur l’intérêt des textes militants des années 1970. Pour cela, il nous a présenté les couvertures de livres publiés ces deux dernières années et portant sur cette période. On voit alors l’importance donnée aux mouvements radicaux du passé, comme les émeutes de Stonewall (1969) ou la réédition du Rapport contre la normalité du Front homosexuel d’action révolutionnaire (1971).

Ensuite, il a démontré le rapport que l’on pouvait avoir au passé et aux origines du mouvement LGBTQI+. En effet, la mémoire de ce mouvement de libération est construite par ceux qui ne l’ont pas vécu et qui veulent le célébrer. Les années 1970 sont vues comme une décennie marquant le début de la révolution homosexuelle et LGBTQI+. Or, Massimo Prearo nous prévient du risque de construction du mythe de ce passé où les « années 70 » seraient glorifiées.

Par une fine analyse de la (dis)continuité et de la linéarité du temps, le chercheur italien explique qu’à travers cette mythification, une autre temporalité se construit : le présent (ou le passé) continu, qui ne s’arrête jamais. Rompre avec ce temps continu peut avoir des effets positifs, notamment sur la construction de projets d’archives qui nécessitent une temporalité finie. Il dénonce le fait de prendre des expériences du passé comme des unités de mesure pour mesurer le présent, comme s’il existait une continuité. Nous ne pouvons pas comparer les événements actuels à ceux du passé : chacun a un contexte différent.

Finalement, son intervention s’axe sur l’analyse d’un rapport dedans/dehors dans le mouvement politique des années 1970 et d’aujourd’hui. Dans leurs revendications politiques, les membres de la communauté LGBTQI+ peuvent se battre en dehors des institutions (en tant que minorités dans une société majoritairement hétérosexuelle et cisgenre), ou en s’infiltrant dans celles-ci. Nous ne pouvons donc pas comparer ces deux méthodes de militantisme, entre un projet politique du dehors (années 1970) et du dedans (des années 1980 à aujourd’hui). Ces deux méthodes ont un contexte historique différent qui permet de les éclairer.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.