Matériaux théoriques pour une archivistique communautaire par Simon-Olivier Gagnon

Par Aurore Chanut et Camille Sahnoun

Simon-Oliver Gagnon est doctorant en histoire à l’Université Laval au Québec. Il s’intéresse aux archives des radios communautaires (comprendre « associatives » en France) et entend concevoir une archivistique communautaire sur laquelle il regrette l’absence d’études dans le monde francophone. Son projet de recherche présenté lors de la XIXe journée d’archivistique d’Angers, bénéficie de l’appui du Programme de soutien à la recherche de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Simon-Oliver Gagnon souhaiterait sensibiliser les acteurs de ces communautés et les professionnels de la conservation à la réalité des archives au sein des milieux associatifs et communautaires. Il a pour but de mutualiser un questionnement entre la recherche archivistique universitaire et les milieux associatifs et communautaires. Il précise que : « les archives de communauté […] concernent [aussi] les collectivités qui ont un rapport ordinaire aux archives et qui pourraient se les approprier davantage. »

Comme objet d’étude, Simon-Olivier Gagnon se concentre sur trois radios communautaires québécoises ; CKRL, CKIA et CIHW. La première a été fondée par des étudiant.e.s de l’Université de Laval en 1973 et fêtera bientôt son 50e anniversaire. Elle s’axe surtout sur la culture musicale et est actuellement située dans le quartier de Limoilou à Québec. La deuxième, CKIA, a vu le jour en 1984 grâce à des militant.e.s d’organismes associatifs multiples. Elle oriente ses propos sur les mouvements sociaux et la lutte sociale. Enfin, la dernière CIHW, a également été créée en 1984 par des locuteurs des langues atikamekw et innu et s’adresse essentiellement aux communautés autochtones.

En s’interrogeant sur la prise en charge des archives au sein des milieux associations, Simon-Olivier Gagnon remarque que les acteurs des milieux associatifs et communautaires ont développé un certain rapport aux archives. En s’intéressant au cadre de l’exploitation, c’est-à-dire, aux diverses utilisations de ces archives, par exemple, il constate qu’une culture archivistique qui est en train de se mettre en place. En effet, plusieurs milliers de documents ont été déposés, et cela par plusieurs utilisateurs distincts, certains par CKRL, d’autres par des utilisateurs bénévoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.