La vidéo au service du matrimoine audiovisuel féministe (des années 70 à aujourd’hui)

Par Alexandra Bonnault et Rachel Guérin

Nicole Fernandez Ferrer, déléguée générale du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir à Paris, est intervenue à l’occasion de la XIXe journée d’archivistique d’Angers pour présenter le Centre ainsi que l’usage de la vidéo pour la conservation et la promotion du matrimoine audiovisuel féministe, des années 1970 à aujourd’hui.

L’intervenante a rappelé la difficulté d’évoquer les archives féministes comme des archives de communauté. À ses yeux, les féministes forment une communauté de pensée, d’action et de mouvement, ce qui en fait un groupe très large. Elle questionne également la place du « je » dans l’histoire. Doit- elle se positionner en archiviste ? En féministe ? En lesbienne ? Elle rappelle aussi la nécessité de s’interroger sur sa place vis-à-vis du fonds et de la machine, du matériel.

Créé en 1982, le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir s’ancre dans la continuité du Mouvement de libération des femmes. Ses fondatrices, Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig et Ioana Wieder, sont toutes trois des militantes féministes déjà impliquées dans la documentation de leur propre lutte depuis plusieurs années, et le centre dispose dès sa création de vidéos produites dans les dix dernières années.

Déclaration en préfecture du Centre audiovisuel féministe d’archivage et de production, publiée au Journal officiel du 10 février 1982, historique du Centre rédigé par Joëlle Bolloch disponible sur le site du Centre

Les premières vidéos récupérées ont été filmées par Carole Roussopoulos : c’est elle, qui, à l’origine, initie les deux autres fondatrices du centre à la réalisation de vidéos dans le cadre militant. Ainsi, les scènes filmées sont d’une grande variété. Certaines concernent des manifestations de rue, d’autres consistent en prises de parole ; et d’autres encore prennent un caractère pédagogique. Dans le cadre de la revendication à l’accès à l’interruption volontaire de grossesse, un avortement par aspiration est filmé en temps réel afin de montrer aux militantes en quoi consiste la pratique. En plus de cela, le centre bénéficie de films produits par des collectifs de vidéo militante comme Video Out, formé à l’initiative de Carole Roussopoulos et son époux en 1971. Il récupère aussi des images parfois filmées dans un but non militant par des structures diverses. C’est par exemple le cas des images d’une des premières opérations médiatiques du Mouvement de libération des femmes qui consiste en la tentative du dépôt d’une gerbe à la tombe de la femme du Soldat inconnu en 1970, filmée en muet par la télévision française.

Les membres du centre continuent après sa création à filmer les événements qui leur sont contemporains. Son fonds historique concerne des documents allant de la fin des années 1960 jusqu’aux années 1990, le centre ayant dû fermer en raison de ses difficultés économiques entre 1993 et 2003. Depuis sa réouverture, le centre s’évertue à collecter des archives actuelles ou passées : en conséquence, les fonds conservés s’étendent désormais jusqu’à 2020. Les entrées, régulières, répondent à des critères subjectifs. L’intervenante s’interroge : sur quelles caractéristiques documente-t-on les luttes féministes ? Elles varient forcément selon les goûts des personnes et les réseaux auxquels elles appartiennent. Le centre continue en plus de cela à filmer colloques et manifestations de rue.

Étudier le matrimoine audiovisuel, c’est aussi faire l’histoire des techniques. L’intervenante rappelle que les écoles de cinéma étaient dans des mains masculines. La mise sur le marché de caméra vidéo légères, à l’instar du portapak de Sony, prévue pour les fêtes ou cérémonies familiales, permet aux militantes de sauvegarder des images et du son de leurs luttes. En effet, ces caméras offrent la possibilité de filmer sans marquer de temps d’arrêt, tout en permettant aux militantes d’effacer les images enregistrées pour en tourner de nouvelles. Ces caméras sont donc tout à fait indiquées pour l’économie militante. Il devient alors possible de diffuser les images au grand public, sans passer par les réseaux de distribution traditionnels. Les militantes ont alors développé la technique de « télé- brouette », permettant de diffuser les films sur les marchés, dans les usines en grève, dans les lieux de vie et les hôpitaux. L’objectif était donc de pouvoir diffuser et échanger autant que possible les images. L’usage du film a permis à de nombreuses militantes de donner davantage d’importance à leur parole, d’autant plus lorsqu’elles évoluaient dans des milieux masculins.

Au fil du temps, il a donc fallu veiller à reporter les films sur des fichiers numériques tout en conservant le matériau originel. De nos jours, le centre collabore avec le service audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France (BnF). En échange de la mise à disposition des vidéos du centre aux chercheurs et chercheuses de la BnF, celle-ci permet au centre de bénéficier d’aide à la numérisation et à la restauration. Pour des questions de respect des droits, les archives conservées par le centre ne sont effectivement pas disponibles en accès-libre au public, bien qu’un catalogue soit mis en ligne sur le site internet du centre. Des extraits sont en revanche disponibles notamment sur le site internet du centre. Néanmoins, le centre rend parfois accessibles certains de ses films : au moment de la prise de parole de l’intervenante, c’est un film sur l’inceste réalisé dans les années 1980 qui est mis à disposition gratuitement afin de montrer quelles problématiques étaient déjà soulevées à l’époque sur ce sujet.

En parallèle, le centre prend des initiatives visant aussi à s’ouvrir à l’international, et vise notamment le continent africain, l’Asie et l’Amérique du Sud, ses fonds étrangers consistant principalement en collaborations franco-américaines à l’heure actuelle.

Pour finir, l’intervenante présente plusieurs vidéos. La première retrace l’insertion du Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire, le FHAR, dans une manifestation syndicale du premier mai. Une deuxième vidéo témoigne de l’intervention de Jean Genet à propos de l’arrestation d’Angela Davis aux États-Unis. Nicole Fernandez Ferrer présente également une vidéo qui montre la lutte de femmes travailleuses du sexe en 1975, qui interpellaient les pouvoirs publics abritées dans une église, et dont les discours étaient retransmis à l’extérieur grâce à des enceintes. Enfin, l’intervenante présente rapidement le film « Maso et Miso montent en bateau », premier détournement féministe par les Insoumuses d’une émission diffusée à la télévision.


Une réflexion sur « La vidéo au service du matrimoine audiovisuel féministe (des années 70 à aujourd’hui) »

  1. Bonsoir, je suis LENO Sâa Abou de la Guinée Conakry, je viens de terminer mon master en Sciences de l’information et de la Communication en l’école des Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) de l’Université Cheik Antar Diop de Dakar, option: Valorisation du patrimoine. Je veux travailler sur les archives audiovisuelles. Je cherche une école et un consultant dans ce domaine. Je sollicite une aide auprès de vous car mon pays est en manque d’archivistes.

Répondre à Sâa Abou LENO M2VAL-F Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.