Les centres d’archives de communautés en France. Un premier panorama, par la promotion 2020-2021 du master Archives d’Angers

À l’occasion de la XIXe journée d’archivistique d’Angers, placée sous le thème des community archives, les étudiant.es en seconde année du master Archives de l’université d’Angers, représenté.es par Lucile Garreta, Carole Houzé et Mia Viel, ont dressé un panorama des centres d’archives de communautés en France et proposé une première analyse afin d’identifier les éventuelles spécificités inhérentes au cas français.

Ces structures ont été peu étudiées en France : aucune ressource ne semble s’y intéresser dans une approche globale. C’est donc un début de réponse face aux lacunes bibliographiques et au manque de données factuelles sur ce sujet.

Des critères de sélection ont été établis pour uniformiser et objectiver le recueil de données en s’appuyant sur les travaux d’Andrew Flinn, Bénédicte Grailles et Patrice Marcilloux. Ont été retenus :

  • les centres contrôlant l’ensemble de la chaîne archivistique ;

  • revendiquant les notions de communauté(s), groupes militants ou identité(s) et de mémoire(s) collective(s) ;

  • se définissant selon le lieu ou la localité, l’origine ethnique, la foi, la nationalité, la langue, le genre, la sexualité, le handicap, la classe sociale ou la profession ;

  • détenant des archives physiques.

64 centres ont été recensés sur le territoire métropolitain et ultramarin. Le chiffre paraît faible en comparaison des 702 centres déclarés sur la carte interactive du Community Archives and Heritage Group (Royaume-Uni et Irlande). Mais la comparaison est délicate car les critères de définition sont fluctuants. Fallait-il prendre en considération toutes les archives religieuses, diocésaines ou encore tous les écomusées ?

Ces centres sont majoritairement de création récente : la moitié de ces centres (31) a été créée entre 1990 et 2021 avec des évolutions dans les thèmes abordés : entre 1960 et 1980, des centres d’archives politiques apparaissent ; les centres à vocation loco-régionales diminuent à partir des années 1980. On observe globalement un décalage par rapport au monde anglo-saxon plus précoce.

Le recensement a mis en lumière la répartition inégale des centres d’archives de communauté sur le territoire français, avec une plus forte concentration de ces centres en région parisienne (17), la Nouvelle-Aquitaine (10) et l’Auvergne-Rhône-Alpes (8), et sont plutôt localisés dans les très grandes villes (36).

Ces centres d’archives de communautés sont-ils majoritairement indépendants de la puissance publique ? De fait, c’est vrai pour plus de la moitié des centres recensés. Cependant, 1/5e sont des personnes morales de droit public. On notera qu’il s’agit alors de communautés géographiques. Les objectifs affichés sont mémoriel, culturel, informatif, scientifique, politique et touristique. Tous ne revendiquent pas l’expression de centre/service d’archives. D’autres terminologies sont activées : documentation (33%), archives (23%), fonds (22%), patrimoine (13%) et des typologies plus spécifiques (9%). La plupart des communautés utilisent des termes non strictement professionnels mais volontairement englobants1.

Les étudiant.es du master Archives d’Angers ont publié leur recueil de données via une carte interactive présentée lors de la communication et accessible en ligne (http://umap.openstreetmap.fr/fr/map/centres-darchives-de-communaute_549940#7/47.946/5.614).

1 Bénédicte Grailles, « Dons d’écrits, transmission d’un engagement : le cas singulier des fonds militants », Les dons d’archives et de bibliothèques. XIXe-XXIe siècle. De l’intention à la contrepartie, Rennes, PUR, 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.