Pratiques et réflexions du centre d’archives privées Etopia par Szymon Zareba

Par Donald Mahouna et Guillaume Mortier

Szymon Zareba est historien, archiviste, responsable du centre privé d’archives d’Etopia, centre d’animation et de recherche en écologie politique basé à Namur (Belgique) dont il a présenté quelques actions et réflexions dans le cadre de la  XIXe journée d’archivistique d’Angers. Etopia se vit comme une interface entre la société civile, la recherche et l’action militante et politique écologiste et son centre d’archives accueille des archives politiques et militantes autour de l’écologie politique.

Après la présentation d’Etopia, Szymon Zareba a choisi d’exposer sa démarche à travers deux cas éclairants.

Le premier concerne le fonds d’un collectif bruxellois d’aide aux personnes sans papiers, l’Ambassade Universelle. Elle a notamment aidé de façon juridique et logistique un groupe de sans papiers lors de l’occupation de l’ambassade de Somalie de 2000 à 2006. Dix ans plus tard, des membres ayant conservé des documents et entendu parler d’Etopia, ont demandé à être accompagnés dans une démarche archivistique pour traiter et valoriser ces archives. Dans un contexte de crise migratoire, le collectif a souhaité une passation historique afin que les documents servent et aient un intérêt. Cette expérience a pris une envergure politique lorsqu’en 2017 à l’occasion d’une exposition au Centre d’art contemporain Wiels, l’inventaire archivistique a été réalisé sur place au long des quatre mois de l’exposition. Les archives étaient symboliquement mises en scène et mises à disposition des publics pour provoquer, susciter une revalorisation immédiate.

Le second fonds est celui de la zone à défendre (Zad) de Hachen et du comité d’habitants contre la construction d’une « méga-prison » de 2014 à 2019. Les militants défendent alors deux axes politiques : la lutte anti-carcérale et la protection d’une zone d’intérêt biologique. Rapidement, Szymon Zareba s’est rendu sur place dans le but, non pas d’influer, mais d’établir un contact avec les militants pour conserver les archives produites. Szymon Zareba souligne les différences dans l’organisation des documents entre le groupe de la Zad et celui du comité de quartier. En effet le premier est composé de personnes diverses et de passage tandis que les habitants vivent en permanence sur les lieux : le second ensemble d’archives est logiquement mieux structuré que le premier. De fil en aiguille, une collecte se met en place pendant le temps de l’action. Des questions parmi les militants émergent alors. Par exemple, sur quel type de support faire un tract pour l’archiver le plus simplement possible ? Dans ce contexte, l’intervention de l’archiviste au coeur de l’action ne risque-t-elle pas de modifier la production documentaire elle-même ?

Szymon Zareba explique qu’une question fondamentale a émergé, celle de la perte de la substance politique originelle de ces documents. En les intégrant dans un fonds, en les mettant en liasse, il y a un risque de perte de force, de confiscation. L’archiviste doit construire un lien de confiance pour que les militants aillent au-delà de leurs craintes. Cette question est même centrale pour obtenir un fonds assez structuré et complet. Ainsi pour préserver la force politique de ces documents, un livre a été publié sur l’histoire de la lutte en 2018-2019. Les producteurs peuvent alors se réapproprier leurs archives mais dans une perspective différente qui en font un objet militant. Intitulé Ni prison, ni béton le livre termine la boucle du lien de confiance qu’ont construit les militants et les archivistes.

En guise de conclusion, Szymon Zareba rappelle la place que doit occuper l’archiviste face à la collecte, à ces productions et à la conséquence de cette place. Il explique que les archivistes d’Etopia n’ont eu de cesse de naviguer entre valeur patrimoniale et politique tout en gardant un cadre de travail archivistique. Ainsi le premier fonds a mis en avant le travail de valorisation des archivistes par une exposition sur l’inventaire tandis que le second fonds expose le travail de confiance que doit construire. En effet il rappelle qu’« Il y a parfois des tensions entre ces mondes associatifs, militants et politiques. […] Le travail de la confiance est central ». Ce travail de confiance doit se réaliser par une présence importante et d’écoute auprès des producteurs.

Ainsi une sorte d’isomorphisme se construit dans la pratique, les militants de ces collectifs agissent comme des militants de l’archivage.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.