Conclusions de la XIXe journée d’archivistique d’Angers par Agnès Vatican

Par Manon Gimeno

Il revenait à Agnès Vatican, directrice des archives départementales de la Gironde, de proposer des conclusions à l’issue de la XIXe journée d’archivistique d’Angers. Par le travail qu’elle effectue avec son équipe, elle est très sensible au thème des archives des communautés. Effectivement, la Gironde est un territoire historiquement lié à la traite négrière et possédant de nombreuses archives à ce sujet. Dernièrement, en suivant les demandes de la municipalité et de diverses associations, l’une des missions de son service a été de mener des opérations de relecture des instruments de recherche pour les guides des sources de la traite négrière afin de faciliter les actions de mémoire sur ce sujet.

L’univers des archives des communautés est un paysage mouvant parfois difficile à identifier. Il n’est pas universel comme l’a démontré son collègue belge Szymon Zareba ni uniforme comme l’ont prouvé les étudiants de Master 2 Archives de l’université d’Angers. La prise de conscience de l’existence de telles archives est assez récente. On peut dès lors se demander si cela mène à un renouvellement des pratiques archivistiques. Il peut exister des formes d’oppositions entre des centres d’archives institutionnels et des centres d’archives communautaires. Ces différences entraînent parfois des formes hybrides de centres d’archives ou la dispersion de fonds entre plusieurs entités comme évoqué par Christine Bard.

La rareté est une particularité propre aux archives des communautés. Certains documents sont uniques ou parfois il n’y a aucune trace papier et on a besoin de solliciter les archives orales afin de faire perdurer la mémoire de certaines communautés. Cela pose aussi la question de la pérennisation des supports et de l’utilisation de l’archivage électronique. Une autre particularité des archives des communautés est qu’il faut conserver et archiver leur mémoire sans pour autant déposséder les porteurs de cette mémoire. C’est une problématique mise en avant par Szymon Zareba lors de son intervention à propos du centre d’archives privées Etopia.

L’archiviste peut être confronté à des conflits intra-communautaires. Il doit y faire face en faisant des choix qui peuvent être politiques et doit gagner la confiance des porteurs de mémoire. La confiance est un élément central afin de mener à bien l’archivage de la mémoire des communautés. Comme l’ont montré les associations Ancrages et Rahmi, il est important de procéder à la collecte des archives des communautés mais il est aussi primordial de valoriser leur mémoire.

Aujourd’hui il y a un tournant au niveau des collectivités locales et territoriales et des politiques publiques qui permet de reconnaître et de mettre en avant des communautés et qui mène ainsi à l’émergence de leurs archives.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.