Les archives des mouvements LGBTQI+ au sein d’un service d’archives municipales : enjeux et visibilités par Sonia Dollinger et Léo Garnier

Par Jade Samson

Sonia Dollinger, directrice des archives municipales de Dijon, et Léo Garnier, stagiaire au sein du même service, sont intervenus lors de la XIXe journée d’archivistique d’Angers sur les enjeux de la collecte, de la communication et de la valorisation d’archives de communautés LGBTQI+ à travers l’expérience menée avec l’association Cigales.

Leur communication s’ouvre sur un constat : la présence d’archives privées d’associations militantes ne va pas toujours de soi dans les services publics d’archives dont la vocation première est la conservation des archives administratives. Du côté des militants, une certaine méfiance peut exister vis-à-vis des institutions publiques de conservation des archives, outil de l’administration et d’un pouvoir perçu comme dominant. Les militants peuvent éprouver ainsi une réticence à confier leurs archives aux institutions publiques et craindre la perte du contrôle du destin de ces archives. Certaines associations militantes peuvent préférer conserver leurs archives dans des centres privés. Du côté des archivistes, Sonia Dollinger souligne que la logique est plutôt de chercher à ce que toutes les communautés soient représentées, et afin de limiter le sentiment de dépossession des militants, elle met en avant l’importance du dialogue entre archivistes et militants. Elle plaide pour intégrer les militants donateurs ou déposants au processus de préservation, de classement et de valorisation, pour leur donner une place dans le traitement de leurs archives, pour ne pas les en déposséder totalement. Dans le cas des archives municipales de Dijon, l’accueil d’archives militantes LGBT+ est une préoccupation récente et encouragée par la municipalité, l’objectif étant de faire entrer les récits de vie des Dijonnaises et Dijonnais dans leur diversité. C’est dans ce contexte que l’association Cigales a fait don de ses archives aux archives municipales de Dijon, lors de sa dissolution en 2020 : « L’accueil des archives de l’association militante LGBT Cigales est vécu comme un acte militant pour les élus municipaux. La mission était de faire rentrer les mémoires des Dijonnais quels qu’ils soient. »

L’association Cigales, créée en 1995, est une association dijonnaise militant pour les droits et la visibilité de la communauté LGBT+. À l’origine, le public visé par l’association étaient principalement les gays et lesbiennes, puis l’association s’est ouverte en 2004 à la communauté LGBT+ dans sa globalité. En 2001, la municipalité attribue un local à l’association, permettant aux adhérents d’avoir un lieu où se retrouver et organiser ses groupes de travail et ses actions. C’est également une opportunité pour la communauté LGBT+ d’avoir un lieu de convivialité pour se rencontrer et échanger. Un centre de dépistage est également mis en place dans le local de l’association en partenariat avec AIDES Bourgogne pour informer et sensibiliser les adhérents et leur permettre de se faire dépister dans un environnement rassurant. L’association connaît cependant une perte de vitesse à partir de 2015, et est dissoute en janvier 2020. Ses archives, données aux archives municipales de Dijon, constituent un fonds très complet qui comporte des archives papiers et numériques, des photos, des tracts et des objets comme des banderoles, ainsi que tous les numéros de Cigalettre, le bulletin d’information de l’association. Ce fonds d’archives permet donc de documenter la vingtaine d’années d’existence de l’association et son étude constitue une porte d’entrée dans le milieu associatif LGBT+ pour aborder sa culture, ses combats et ses luttes. C’est pourquoi les archives municipales ont souhaités mettre rapidement le fonds de l’association à disposition des chercheurs après classement, comme le souligne Léo Garnier, en charge du traitement du fonds durant son stage au sein du service.

Concernant la valorisation de ce fonds, Léo Garnier revient sur les différentes pistes envisagées comme des expositions, ou l’organisation d’un café-archives. Néanmoins la situation sanitaire liée au COVID n’a pas permis à cette date de mettre en place de véritables projets de valorisation. Pour compléter l’ensemble des fonds militants du service, les intervenants évoquent un projet de collecte d’archives orales visant à recueillir la mémoire des membres de l’association Cigales, ainsi qu’un projet de collecte d’archives orales du milieu LGBT+ Dijonnais qui seront lancés lorsque le service sera équipé du matériel audiovisuel nécessaire.

En conclusion, ce qui ressort de l’intervention de Sonia Dollinger et de Léo Garnier, c’est l’importance d’instaurer un dialogue avec le monde militant LGBT+ pour donner une place aux militants et à leurs archives dans les centres publics d’archives et la nécessité pour ces derniers de participer à la valorisation de ces archives et à la mise en avant des thématiques LGBT+ dans les autres fonds conservés.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.