Les archives d’en bas au Québec et en France, séminaire du 28 janvier 2022

Cette séance de séminaire s’intègre dans le programme de recherche québéco-français Autres archives, autres histoires : les archives d’en bas au Québec et en France, dans le cadre duquel sera organisée prochainement une journée d’études (appel à communications ouvert jusqu’au 17 mars)

Comme le souligne Anne Klein en introduction de la séance, l’archivistique francophone – largement institutionnelle – prend peu en compte les initiatives d’archivage alternatif. Ce programme de recherche vise donc à observer ces démarches, caractériser les pratiques non-professionnelles et le rôle des archivistes, de métier ou non, dans ces initiatives. Les quatre intervenants du jour présentent  donc leurs projets de recherche qui, dans leurs contextes très différents, offrent une vue sur les processus d’archivage alternatif.

Simon-Olivier Gagnon, Les archives de radios communautaires

Simon-Olivier Gagnon, doctorant en histoire à l’Université Laval au Québec, présente tout d’abord ses recherches sur les archives des radios communautaires. Dans sa thèse qui repose sur la description ethnographique des documents et la réalisation d’entretiens, il s’interroge sur les formes d’archivage et sur la manière dont les archives constituées sont conçues et préservées par les radios elles-mêmes. Se présentant comme ethnographe de l’enquête de terrain, militant au sein de l’une de ces radios, il pratique une archivistique d’intervention et adopte un positionnement d’acteur sur son terrain, cherche à y trouver sa place et à analyser les impacts de sa présence.  Ses recherches portent sur trois radios communautaires, CKRL (créée en 1973), CKIA (1984) et CHYZ (1997), ces dernières ayant vu le jour sur le campus de l’université Laval avant de s’émanciper.

La doyenne CKRL dispose d’un fonds d’archives à l’université Laval pour la période 1971-1983. Ses archives sont essentiellement composées de documents textuels, de quelques documents iconographiques, de pamphlets ou encore d’images. Mais on n’y trouve curieusement aucun document sonore ou radiophonique. Simon-Olivier Gagnon s’interroge encore sur la cause de ce manque, qui peut résulter autant du traitement archivistique que d’une volonté du déposant de ne pas les confier à l’université.

CHYZ avait été précédée de Radio Campus Laval et de ses radios facultaires de 1992 à 1997, ce qui pouvait laisser supposer l’existence de logiques de conservation facultaires et de différences de traitement. 

Simon-Olivier Gagnon réalise également de l’observation active et du montage en direct à CKIA, radio communautaire dans laquelle il est impliqué depuis 2008. Les célébrations du 20e et du 30e anniversaire de la radio montrent selon lui l’intérêt de poursuivre la réflexion sur les gestes de patrimonialisation dans ces moments cruciaux.

Geneviève Falardeau, La conservation des archives des musiques populaires

Geneviève Falardeau, qui a réalisé sa maîtrise en archivistique à l’université Laval, propose une enquête et une revue de la littérature sur les archives des musiques populaires. Elle reprend tout d’abord les propos de l’historien Howard Zinn au 34e Congrès de la Society of American Archivists qui invitait dès 1970 les archivistes à devenir des activistes. Il rappelait que les archives conservées dans les centres institutionnels ne représentent pas la société et enjoignait donc à la profession de sortir de son apparente neutralité pour collecter l’ordinaire.

Geneviève Falardeau conduit une réflexion sur les silences archivistiques, à travers les musiques populaires, desquelles elle exclut les musiques classiques, folkloriques et l’opéra pour les besoins de son étude. Elle constate que ces archives se trouvent souvent dans de grands musées nationaux, dans les musées dédiés à l’histoire locale, les bibliothèques nationales comme la BnF ou encore des organismes d’archives communautaires. Ces organismes conservent et collectent la mémoire d’une communauté pour combler des silences laissés par des pratiques archivistiques normalisées. Elle cite enfin des organismes DIY (Do it yourself) constitués de passionnés ou de collectionneurs. Les archives sont ici plurielles, incluent des objets (macarons, tee-shirts et disques) et sont parfois constituées de collections hybrides, physiques et électroniques. Certaines communautés souhaitent délibérément éviter la « muséomomification » et la patrimonialisation, c’est tout particulièrement le cas de la culture punk qui perd de son identité avec son institutionnalisation.

Juliette Hascoët, Archives, art et identité(s) sourde(s). Les archives artistiques de la communauté sourde à travers l’International Visual Theatre 

Juliette Hascoët, qui a préparé son mémoire de master en archivistique à l’université d’Angers sous la direction de Bénédicte Grailles, propose une analyse des archives artistiques audiovisuelles de la communauté sourde. Son travail, qui se concentre sur le premier théâtre sourd professionnel de France, l’International Visual Theatre (IVT) s’intéresse aux spécificités de la culture et de l’art sourd qui se reflètent dans les processus de création, production, conservation et valorisation des archives de la communauté sourde. À partir de sources d’archives et audiovisuelles, d’un questionnaire et d’entretiens, elle montre l’existence d’une culture théâtrale sourde, marquée par une réflexion sur la langue (pièces en langue des signes française, visuelles ou bilingues) ou encore par l’attribution de noms-signes aux personnages au début de la pièce. Le processus de création mène alors à la production d’archives artistiques spécifiques comme des dessins en langue des signes ou des captations qui servent à répéter ou diffuser l’œuvre. Par conséquent, la communauté accorde une importance particulière à la valorisation de ses archives audiovisuelles, qui participent autant à la diffusion de la culture sourde qu’à la formation à la langue des signes ou au militantisme pour l’égalité des citoyens. L’IVT produit ainsi des DVD, diffuse ses vidéos sur les réseaux sociaux et a conclu un partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA) pour en assurer la conservation à long terme. Ces pratiques d’archivage et de valorisation révèlent la pluralité des valeurs attachées aux archives, qui servent à la transmission de la culture et de l’histoire sourde, dans une démarche artistique, militante et pédagogique.

 Marguerite de Billy, Les archives du scoutisme en France : identité et mouvements de jeunesse et d’éducation

La séance se termine sur l’exposé de Marguerite de Billy qui a également réalisé son mémoire de master 1 en archivistique à l’université d’Angers sous la direction de Bénédicte Grailles. Elle s’est intéressée aux mouvements scouts et à la manière dont l’identité scoute influe sur la gestion de leurs archives. Le scoutisme, créé en 1907 par Baden Powell, est marqué par l’engagement fort de ses membres, engagement à vie ritualisé par la cérémonie de la « promesse ». Ces mouvements organisent progressivement la conservation de leurs archives à partir de la fin du 20e siècle. La Seconde Guerre mondiale conduit à des pertes importantes dans les mouvements. Il faudra attendre 1980 pour que le réseau Baden Powell se constitue pour organiser la sauvegarde des archives des mouvements de scoutisme sans distinction. Ce réseau a organisé des dépôts dans des institutions publiques (les archives municipales de Toulouse et de Vannes ainsi que la bibliothèque Diderot à Lyon) pour sauvegarder les fonds en danger. Il dispose par ailleurs d’une bibliothèque numérique et emprunte aux différents mouvements leurs archives pour les numériser.  En 2004, un service d’archives se crée chez les scouts et guides de France.

La gestion des archives par les mouvements eux-mêmes montre une adéquation avec l’esprit scout. Ainsi, on trouve sur des formulaires de prêt d’archives la mention « Le scout met son honneur à mérite et confiance ». Comme souvent dans les archives d’en bas, les fonds rassemblent une pluralité de matériaux : des manuels, des monographies ou des bandes dessinées qui mettent en avant des figures du scout idéal, mais aussi des livres d’or, des photographies, des souvenirs de camps, des déguisements ou les symboliques fanions de patrouille – autrement appelés staffs – qui font l’objet d’une transmission de génération en génération. Le livre d’or de la patrouille du renard de la troupe 1ère de Laval est ainsi transmis depuis 70 ans. Un questionnaire passé auprès des chefs d’unités montre l’existence d’un archivage de proximité souvent réalisé par le chef de patrouille actuel. 72% des chefs archivent leurs documents dans leur bureau, à proximité immédiate. Ils ont conscience de produire des archives et 70% d’entre eux ont reçu des archives d’anciens chefs. À l’échelle de la patrouille, les archives servent à la transmission d’une mémoire commune, qui ne parle qu’aux personnes qui l’ont vécue. Ces personnes souhaitent en grande majorité en garder une trace, puisque 93% des personnes interrogées pensent garder des objets (uniforme, photographies, souvenirs de camps) en mémoire de leur engagement scout.

À travers les archives du scoutisme, on observe de multiples caractéristiques des archives d’en bas, comme l’appréhension variée de l’objet « archives » ou la transmission à une échelle « infra », spontanée et générée par le sens même des actions menées dans ces équipes.



Citer ce billet
Alma (2022, 10 mars). Les archives d’en bas au Québec et en France, séminaire du 28 janvier 2022. ALMA. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ayzh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.