Les archives d’en bas au Québec et en France, séminaire du 15 octobre 2021

Par Annaëlle Winand

Cette séance de séminaire s’intègre dans le programme de recherche québéco-français Autres archives, autres histoires : les archives d’en bas au Québec et en France,

Intervenant.e.s : Bénédicte Grailles, Anne Klein, Jean-Philippe Legois et Annaëlle Winand

CL. Cité des mémoires étudiantes

Cette première séance conjointe de séminaire entre l’Université d’Angers (France) et l’Université Laval (Québec) avait pour but principal de présenter le projet de recherche Autres archives, autres histoires : les archives d’en bas au Québec et en France : situer le propos, exposer les objectifs et la méthodologie et faire part des questionnements qui animent les différents acteur.rice.s du projet.

Archives « d’en bas » ou « par en bas »

Prenant racine dans les réflexions d’Edward Palmer Thompson sur l’histoire « par le bas » (history from below) et d’Howard Zinn (A People’s History of the United States, 1980), le projet de recherche s’interroge sur ce que pourraient être les archives « par en bas » : pourrait-il s’agir de pratiques alternatives ? De pratiques non professionnelles ? D’archivages non officiels ? De pratiques archivistiques qui n’émanent pas de groupes majoritaires ? S’agit-il de s’intéresser à des rapports de force, donc à une relation de lutte entre ceux qui détiennent le pouvoir et donc celui de la consignation de la mémoire et ceux qui veulent l’infléchir ? Une chose est sûre, regarder les archives par en bas, ce n’est pas regarder les archives de l’en bas. C’est décentrer le regard, porter une interrogation dynamique et observer les processus d’émancipation et l’agentivité (la capacité d’agir). Il peut s’agir de projets qui témoignent de liens sociaux, d’invention de soi ou encore de projets qui s’inscrivent dans une perspective mémorielle, souvent liée à un passé historique traumatique et cherchent, à travers la collecte d’archives, à reconfigurer cette expérience passée et à la réinterpréter.

Le projet

Le projet vise à poser les bases qui permettront, d’une part, de proposer une approche différente, comparative et non institutionnelle des relations entre archives et pouvoir; d’autre part, de penser autrement les modalités d’émergence et d’animation de projets d’archivage alternatifs qui mettent en cause, de manière parfois radicale, les pratiques archivistiques des institutions : archives queer, archives post- ou décoloniales ou, plus largement, aux community archives. Il s’agit de la première étape d’un programme de recherche plus vaste autour des archives et des modes alternatifs d’archivage.

Les principaux objectifs poursuivis sont :

  1. Étudier les manières dont certains projets alternatifs émergent et sont animés.

  2. Proposer une approche différente des archives et de l’archivistique : en les regardant par en bas et dans deux contextes, au Québec et en France.

Plus spécifiquement, les chercheur.euse.s se donnent pour objectif au cours des deux prochaines années de tracer les contours de ce que seraient ces archives « d’en bas » et cet archivage « par en bas » et établir un cadre théorique et méthodologique pour les appréhender de manière plus structurée. Concrètement, il s’agit de dresser un état des lieux des archives qui participent aux mémoires marginalisées au Québec et en France ; puis de caractériser les pratiques non professionnelles et les répertoires de l’agir ainsi que les rôles des professionnels des archives. Pour ce faire, une double approche est privilégiée : l’analyse de la littérature et l’analyse de cas-témoins.

Contextes québécois et français

Pensées dans et pour le nord global, les archives sont, depuis les dernières décennies du XXe siècle, et sous l’influence du Conseil international des archives, l’objet d’une définition qui se veut universelle : elles sont les documents produits par des personnes physiques ou morales dans le cadre de leurs activités. Toutefois, malgré les tendances à la normalisation, les pratiques et conceptions qui structurent l’archivistique sont fortement marquées par les contextes culturels :

  • Tandis que le système français est centralisé de manière ancienne, avec une tête de pont et un réseau aux mailles régulières, l’autre, le canadien, est récent et décentralisé.

  • Les ensembles documentaires initialement conservés par les institutions d’archives françaises et canadiennes sont eux aussi différent : d’un côté sont privilégiées les archives proprement dites, de l’autre côté sont considérées comme archives l’ensemble des traces documentaires de la société.

  • Les pratiques françaises reposent généralement sur des normes élaborées au niveau de l’État en collaboration avec les différents acteurs du réseau, avec un périmètre de collecte qui n’a cessé de s’élargir du fait de l’extension des champs de compétence publics et de la volonté de compléter les fonds publics par des entrées privées. Les pratiques canadiennes trouvent leur ancrage dans la politique fédérale relative au multiculturalisme qui reconnaît la diversité de la population.

  • Au sein du Canada même, le Québec a développé une conception particulière de l’archivistique. Les contextes archivistiques français, canadien anglophone et québécois se révèlent alors différents tant pour le processus d’institutionnalisation des archives que pour ce qui concerne leur organisation et les pratiques qui en permettent la prise en charge.

Archives de communauté

Un des cadres théoriques que le projet explorera est celui des archives de communauté et des community archives comme modèle d’archives alternatives. Les archives de communauté peuvent être identifiées comme des archives locales, géographiquement localisée, ou encore des archives se référant à un groupe qui s’auto-identifie, suivant l’ethnicité, la foi, la nationalité, le genre, la sexualité, un intérêt partagé ou un mélange de plusieurs de ces critères.

Malgré l’importance grandissante des archives de communautés, elles se manifestent différemment selon les contextes nationaux :

  • Au Québec et au Canada : le sujet des community archives prend une place importante dans la discussion archivistique au Canada anglophone et ce d’autant plus depuis les années 2010. On en retrouve une définition souple, qui illustre une variété de projets d’archivage alternatifs. De plus, il s’agit souvent d’un point de départ pour penser de manière critique l’archivistique. Au Québec francophone, la recherche en archivistique ne reflète pas les mêmes préoccupations en matière d’archives de communauté. De nombreux centres d’archives privés, non agréés, existent, mais il est toutefois difficile d’en établir un portrait clair permettant une comparaison avec la cadre anglophone.

  • En France, le concept est arrivé relativement tardivement dans la littérature archivistique (après 2013). Pourtant, certains projets que l’on pourrait appeler archives de communautés peuvent être anciens : par exemple, les archives féministes (dès la fin du XIXe siècle). De manière générale, le concept d’archives de communauté en France n’est pas comparable à celui qui est développé et étudié aux Etats-Unis, au Canada anglophone ou au Royaume-Uni. D’une certaine façon, il est trop large pour être complètement opérant.

Archives étudiantes

Une autre piste de réflexion s’inscrit dans le projet via la question des archives étudiantes. Les archives étudiantes posent la question de la sauvegarde des traces d’une population spécifique à travers ses minorités militantes avec toutes les difficultés et contradictions d’une démarche pouvant être qualifiée d’instituante : ces engagements sont temporaires dans le temps de chaque vie individuelle, dans le temps de chaque mobilisation ponctuelle, mais aussi dans la vie des structures étudiantes. Dans ce cadre, Legois expose l’exemple de la Cité des mémoires étudiantes et de son orientation vers l’« anarchivistique participative »1 et une politique délibérée d’« archives pour la recherche ».

Les archives étudiantes, comme archives « d’en bas » doivent amener les archivistes à mieux cerner les contours entre sphère structurelle / collective et sphère personnelle / individuelle, ce qui a pu être appelé archives de soi et archives des nous.

_____________________________

1 Jean-Philippe Legois, « Archives et mémoires étudiantes : “non-lieu” de “mémoire” ? », In Situ, revue des patrimoines [en ligne], n° 17. Table ronde « Enjeux de la collecte et pratiques institutionnelles », La Gazette des archives, n° 211, 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.