2RU. Quel programme pour quels objets ? 

Les professionnels des archives font le constat que les salles de lecture se vident, que les attentes des usagers se diversifient et que la demande sociale se complexifie. Par ailleurs, les demandes de recherche administrative se font de plus en plus pressantes et dématérialisées dans un contexte d’amélioration continue du service public et de déploiement de nouvelles formes de communication au public. À ces évolutions, déjà nombreuses, vient s’ajouter un contexte post-Covid, qui modifie la relation au public et bouleverse les réflexes professionnels et d’usages dans la consultation des archives. 

Dans cette situation, comment imaginer les reconfigurations de la relation aux usagers ? Comment mieux répondre à leurs demandes ? Comment favoriser l’accès aux ressources proposées par les services d’archives ? Quels voies et moyens et quelle insertion dans les politiques des services ? 

Trois axes pour répondre à des questionnements professionnels 

Le programme 2RU ambitionne de réfléchir à ces questions. Il s’inscrit dans une convention-cadre entre le CNRS et le ministère de la Culture, entre le laboratoire Temos et le Service interministériel des Archives de France (SIAF). Trois axes ont été identifiés. Le premier s’intéresse aux politiques des services d’archives à destination de leurs usagers. Le second interroge les outils, principalement numériques, de gestion de la relation aux usagers dans leurs demandes. Enfin, le troisième s’attache à étudier l’offre des services, et sa pérennisation, sur les territoires : évolution des modalités d’accueil, actions hors-les-murs, constructions participatives ou formes innovantes de médiation culturelle ou patrimoniale. Pour mener à bien cette étude, plusieurs méthodes de recueil de données seront privilégiées : une analyse outillée du discours des projets scientifiques, culturels et éducatifs (PSCE), une méta-analyse des sites internet ou encore de la littérature archivistique et des sciences du patrimoine et des enquêtes de terrain (entretiens, questionnaire, observation non-participante).  

Premiers recensements 

Ce travail a débuté par un recensement des dispositifs permettant de renouveler, par le biais du numérique, la relation aux usagers, tels que des espaces personnels multicanaux ou des messageries instantanées sous forme de tchat. Un second recensement, en cours, vise à déterminer les outils de prise en compte des demandes des usagers. De nombreuses lectures ont également permis d’étayer la réflexion et de découvrir des initiatives innovantes.    

Camille Rouffaud  

camille.rouffaud[at]univ-angers.fr  


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.