Edouard Vasseur, “Charles Braibant (1889-1976), itinéraire d’un directeur général des Archives de France”, 28 octobre 2022

Le 28 octobre dernier, le séminaire Alma accueillait Edouard Vasseur, professeur d’histoire des institutions, diplomatique et archivistique contemporaines à l’École nationale des chartes. À partir des publications littéraires et professionnelles de Charles Braibant, de ses archives personnelles aux Archives nationales et d’archives publiques (ministère de la Marine, Archives de France et Préfecture de police), Édouard Vasseur dresse le portrait d’un archiviste, homme de lettres et de paix du 20e siècle.

Charles Braibant, directeur des Archives de France, et Wayne C. Grover, archiviste des Etats-Unis en 1952  (Source : NARA)

Biographie de Charles Braibant

Né en 1889 dans la Seine au sein d’une famille issue de la moyenne et grande bourgeoisie franc-comtoise et champenoise, Charles Braibant passe son enfance à Largentière, à Bar-Le-Duc, à Reims, en banlieue parisienne puis à Paris, au gré des pérégrinations professionnelles de son père qui exerce le métier d’avoué. Après avoir fait ses classes de rhétorique à Janson-de-Sailly et de philosophie à Louis-le-Grand, il obtient une licence d’histoire, avant d’intégrer l’École nationale des chartes (promotion 1914). En 1913, il fait son service militaire et est incorporé dans l’armée au sein de laquelle il reste jusqu’à sa démobilisation en 1919. Profondément marqué par la guerre, qu’il ne vit toutefois pas toujours sur la ligne de front, il tire de cette expérience son engagement pacifiste. Tenté par une carrière politique, il brigue la succession de son père, radical de gauche, au conseil général des Ardennes mais ne parvient pas à maintenir le siège dans la famille. Grâce à Georges Bourgin, archiviste paléographe affecté au service historique de la Marine pendant la guerre et qui joue un rôle important dans son début de carrière, Charles Braibant est nommé chef du service des archives et des bibliothèques de la Marine à 30 ans. Le fonds dont il a la charge est limité, les archives antérieures à 1870 ayant été largement versées aux Archives nationales, les archives postérieures à 1914 restant aux mains des producteurs jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Rapidement bloqué dans sa carrière au ministère de la Marine, à la tête d’un service dont il est longtemps le seul archiviste formé, il rencontre des difficultés avec sa hiérarchie lorsqu’il devient collaborateur littéraire du journal L’Humanité.

Il reste à la tête de son service pendant la guerre, qu’il vit toutefois difficilement. Deux de ses ouvrages sont placés sur la liste Otto des ouvrages interdits, et sa fille Sylvie Braibant indiquera plus tard qu’il a été révoqué de ses fonctions en janvier 1944, bien qu’il n’en existe pas de trace dans les archives. Par ailleurs, sa femme et sa grand-mère paternelle sont de confession juive, et la famille reçoit par deux fois la visite de fonctionnaires de Vichy sur dénonciation. À la Libération, Charles Braibant devient inspecteur général des archives et des bibliothèques grâce à Georges Bourgin qui assure l’intérim de la direction des Archives de France – il sera confirmé dans ce poste en 1945 – et est envoyé faire un état des lieux des archives de Vichy en septembre-octobre 1944. À la faveur du départ à la retraite de Charles Samaran, il est nommé directeur des archives de France en 1948 puis directeur général des archives de France en 1951. Il le reste jusqu’à la naissance de la Ve République et au rattachement des Archives de France au ministère des Affaires culturelles. André Malraux met alors fin aux fonctions d’un homme dont la pratique et les réseaux sont ancrés dans la IVe République, opposé par ailleurs à l’intégration de sa direction dans le nouveau ministère.

Les identités plurielles de Charles Braibant

Édouard Vasseur dresse le portrait d’un homme aux identités multiples, caractérisé par ses trois grandes passions : la langue française, la paix et les archives. Il rajoute une 4e identité, elle aussi revendiquée par l’intéressé, celle de bourgeois. Issu d’une famille de tabellions et notaires depuis le 18e siècle du côté de son père, d’avocats et d’entrepreneurs du côté de sa mère, il dispose de moyens confortables. Il est intégré dans les milieux politiques de gauche et participe à la vie mondaine parisienne, son épouse et lui animant un salon. Car Charles Braibant est aussi un homme de lettres. Il commence également une carrière littéraire dès 1929. En 1933, son roman Le roi dort échoue de peu à remporter le Prix Goncourt mais obtient le Renaudot. Dans les années 1930, il publie plusieurs ouvrages dont son journal de guerre. Il devient également expert en écritures. Pacifiste, issu d’une famille politiquement marquée à gauche mais conservatrice socialement, Charles Braibant se définit comme un « pacifiste sentimental ». En 1925-1926, il crée les Amitiés internationales, réseau de personnalités politiques, littéraires et artistiques, qu’il anime jusqu’à la guerre et dont la devise est « Comprenons-nous les uns les autres ». Proche d’Aristide Briand et de la Société des nations, sympathisant du Front Populaire, il se rapproche de la revue réformiste L’État moderne dans l’entre-deux-guerres.

L’archiviste selon Charles Braibant

Enfin, Charles Braibant est bien sûr un archiviste. À la tête d’un service historique de la Marine dépouillé de ses archives les plus anciennes et organisé en réseau, il fait face à un manque de professionnels formés. Il y développe la « méthode Braibant » : création de fiches découpables placées en annexe des Bulletins de la Marine pour faciliter le travail des bibliothécaires de l’administration ; conception d’une notice détachable sur les courriers, préparée par l’expéditeur pour faciliter la tenue des registres ; mise au point d’un classement continu des dossiers archivés. Sa méthode est adoptée dans certaines administrations comme la Bibliothèque nationale jusque dans les années 1970.

À la tête des Archives de France, Braibant s’adresse beaucoup aux archivistes. Pour lui, l’archiviste est d’abord un scientifique. Il rappelle donc à son réseau le rôle de l’histoire et l’importance des inventaires, tout en invitant les archivistes à se faire moins discrets. Il leur enjoint d’élargir leur périmètre d’action, développe le sauvetage d’archives économiques et sociales et d’archives privées, le microfilmage, l’action culturelle, pédagogique et touristique, invitant à la création d’expositions et de conférences historiques dans les stations balnéaires et les monuments. Il promeut les relations avec l’administration et sa vision des archives comme « arsenal de l’administration », crée des centres de documentation contemporaine, envoie des archivistes en mission dans les ministères et lance le stage technique des archivistes en 1950. Œuvrant pour le rayonnement de la France à l’étranger et la coopération internationale, il s’investit pleinement dans la création du Conseil international des archives, y conçoit les Conférences internationales de la table ronde des Archives (CITRA), et développe un stage technique international en 1951.

Homme lettré, mondain et pacifiste, archiviste pragmatique et engagé, Charles Braibant a durablement influencé la profession.



Citer ce billet
Alma (2022, 6 novembre). Edouard Vasseur, “Charles Braibant (1889-1976), itinéraire d’un directeur général des Archives de France”, 28 octobre 2022. ALMA. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ayzn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.