Simon-Olivier Gagnon, « Archives de radios communautaires et universitaires. Éléments pour une ethnologie archivistique », séminaire du 18 novembre 2022

Simon-Olivier Gagnon, doctorant en archivistique à l’université Laval au Québec était l’invité du séminaire Alma le 18 novembre dernier, pour présenter ses travaux de thèse sur les radios communautaires et universitaires. Lors d’un séminaire autour du programme Archives d’en bas, il avait déjà présenté une première approche de son terrain. À l’occasion d’une mobilité d’un mois à l’université d’Angers, il revient plus longuement sur sa méthodologie d’ethnologie archivistique, dont il précise quelques caractéristiques.

Simon-Olivier Gagnon lors du séminaire du 18 novembre

Simon-Olivier Gagnon travaille sur trois radios communautaires et universitaires du Québec : CKRL, CKIA et CHYZ et mène une ethnologie archivistique multisituée s’inspirant des travaux de l’anthropologue George E. Marcus dans les radios elles-mêmes, mais aussi auprès des services d’archives ou des bénévoles qui conservent des documents. Il a commencé son terrain en novembre 2021 et a mené 19 entretiens à ce stade. Sa recherche vise à faire un état des lieux des archives de ces radios, en identifiant les acteurs, en étudiant les pratiques archivistiques, et en reconstituant la trajectoire des documents.

Son ethnologie archivistique – qui repose sur l’observation de terrain – est tantôt distanciée, tantôt impliquée et influe dans tous les cas sur son terrain. Il observe l’avènement d’une conscience archivistique récente à CHYZ qui a donné lieu au recrutement d’un archiviste ad hoc sur un emploi d’étudiant au printemps et à l’été 2022. Son travail a permis de retrouver des plans de classification des années précédentes. Dans la radio CKIA qui a déménagé à trois reprises, les archives sont restées en cartons de déménagement, mais des documents d’archives encadrés ont été affichés au mur. Une personne a également été engagée pour constituer un comité d’archives et a commencé à reproduire la classification de CHYZ dans son propre fonds. Quant à CKRL, au cours de son observation, les archives conservées dans un local ont été triées par un technicien et  en partie descendues au sous-sol.  La radio, qui organise des promenades des arts – un parcours déambulatoire mystère –, a intégré les archives à son édition d’octobre 2022, en racontant son histoire à partir de photographies sorties pour l’occasion.

Simon-Olivier Gagnon invite, dans la lignée de Christian Hottin, à prendre appui sur les sciences sociales pour faire émerger d’autres réalités de l’archive. Il termine son intervention en esquissant quelques éléments d’une ethnologie archivistique :

  • Le degré zéro de cette ethnologie est une présence corporelle sur le terrain, l’écoute et la prise de connaissance de l’état des archives.
  • Le 1er degré est celui de l’ordre du discours, d’une description. Le chercheur produit une description rendant compte des archives dans leur milieu, retranscrit et contextualise les faits.
  • Le 2e degré est une entrée en dialogue et en échange proposant de concilier les mises en récit.
  • Enfin, le 3e degré consisterait à soumettre des documents à des interlocuteurs dans un cadre plus formel, et être amené, par exemple, à numériser des documents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.