Diversité et inclusion dans les archives au Royaume-Uni et en Irlande

Nous synthétisons ici des articles issus d’un dossier publié en novembre 2020 dans Arc Magazine par l’Archives and Records Association du Royaume-Uni et d’Irlande sur les questions de diversité et d’inclusion. Les quatre articles présentés ici abordent le sujet du point de vue de la profession, des restitutions d’archives aux pays producteurs, et de la valorisation des archives.

Comme le relate l’article de Karen Macfarlane, ce dossier s’inscrit dans une réflexion récente de l’association sur sa propre responsabilité dans l’absence de diversité des archivistes. Elle résume les événements qui ont mené à sa création, en particulier les réunions publiques qui ont eu lieu après la conférence de l’ARA de 2019 afin de réfléchir à ce qui devait être fait pour améliorer la situation. Cependant, malgré des efforts remarqués, les progrès ont été insuffisants et les archivistes ont décidé de devenir acteurs du changement en luttant contre le racisme à leur échelle. Cela a donné lieu à une déclaration publiée sur Twitter et sur la liste de diffusion professionnelle NRA-Archives. La première partie de la déclaration fait état des problèmes qui alimentent le racisme structurel, comme la « fragilité blanche » — un mécanisme de déni ou de défense activé par les personnes blanches face aux inégalités raciales —, un manque de diversité parmi les postes à fortes responsabilités ou un enseignement de l’histoire qui exclut les personnes non blanches. La dernière partie de la déclaration invite les archivistes à réfléchir aux mesures qui pourraient être prises au niveau individuel (soutenir les personnes victimes de racisme, se documenter sur le sujet…) comme collectif (valoriser des parcours d’archivistes plus variés, encourager l’ARA à être plus inclusive…).

Selon Victoria Cranna et Leila Sellers, archivistes à la London School of Hygiene and Tropical Medicine, la réflexion sur la diversité passe également par une nouvelle manière de présenter les archives. Leur service a monté un projet de décolonisation des archives, inspiré par les recherches de l’historienne Lioba Hirsch et le mouvement Black Lives Matter. L’école a été fondée dans le but d’améliorer les connaissances sur les maladies tropicales que les colons britanniques pouvaient rencontrer : elle prend donc ses racines dans le colonialisme, et les archives conservées adoptent le point de vue des hommes blancs qu’étaient les colons, chercheurs et médecins. Les archivistes ne nient pas la valeur scientifique de ces histoires, mais elles estiment qu’elles sont le produit de l’ère coloniale et donc imprégnées des valeurs et attitudes de l’époque. Leur projet vise alors à diversifier les points de vue, en confrontant le discours colonial dans leurs collections. Le service a également posé des « Principes de décolonisation des archives » et un plan d’action pour davantage d’inclusion.

Le chercheur en archivistique, James Lowry aborde quant à lui le sujet des archives déplacées et de la notion de provenance territoriale. Cette question a été soulevée dès 1969 lors de la conférence de la branche régionale pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique centrale du Conseil international des archives organisée à Nairobi et dont les comptes rendus font état de nombreuses demandes de retours. Cependant, malgré ces appels et l’existence de précédents (par exemple, la récente rétrocession menée par les Archives nationales du Pays-Bas à destination de l’Indonésie et du Suriname), James Lowry, qui considère que le déplacement d’archives est une manifestation de racisme, souligne l’inaction de la Grande-Bretagne pour remédier à cette situation. La situation semble d’autant plus complexe que ces archives sont dispersées dans tout le pays au sein de dépôts peu connus. Il encourage les archivistes à s’interroger sur la provenance de leurs archives et le caractère éthique de leur acquisition pour les réévaluer et les rétrocéder à leurs pays d’origine.

Capture d’écran du site internet Black Plays Archive, 2 décembre 2022

Enfin, un dernier article aborde la diversité dans les archives par le prisme artistique et scientifique. Le projet Black Plays Archive (BPA), créé en 2009 par le National Theatre britannique, a pour but de répertorier tous les documents concernant les travaux des dramaturges de la communauté noire britannique, africaine et caraïbe.  L’institution a donc lancé un site web contenant un catalogue qui répertorie toutes les archives disponibles à travers le pays. Le National Theatre s’est associé récemment à la Royal Central School of Speech and Drama (RCSSD) pour proposer un financement doctoral. Nadine Deller, la première doctorante recrutée, travaille sur la déviance et le potentiel de l’hétérotopie des femmes noires sur la scène britannique. Son but est d’interroger la position des femmes dramaturges noires au sein du Black Plays Archive à travers les méthodes archivistiques. De ce fait, Nadine Deller a également pour vocation de questionner la visée et le futur du BPA par ses recherches.

Estelle Cepparo, Rachel Guérin et Camille Sahnoun, étudiantes du master 2 archives

 

Diversity and inclusion in the archives in UK and Ireland

This blog post synthesises articles from a November 2020 feature in ARC Magazine by the Archives and Records Association of the United Kingdom and Ireland on issues of diversity and inclusion. The four articles presented here address the topic from the perspective of the profession, restitution to producing countries, and dissemination of archives.

As Karen Macfarlane’s article states, this issue is part of the association’s recent reflection on its own responsibility for the lack of diversity among archivists. It summarises the events leading up to its creation, particularly the public meetings that took place after the 2019 ARA conference to consider what needed to be done to improve the situation. However, despite notable efforts, there was not enough progress and archivists decided to become agents of change by fighting racism at their own level. This resulted in a statement posted on Twitter and on the professional mailing list NRA-Archives. The first part of the statement notes the issues that fuel structural racism, such as “white fragility” – denial and defensiveness a white person has when talking about racial inequality – a lack of diversity among positions of high responsibility or a teaching of history that excludes non-whites. The last part of the statement invites archivists to think about what steps could be taken at both the individual level (supporting people who experience racism, learning about it…) and the collective level (valuing more diverse archival careers, encouraging the ARA to be more inclusive…).

According to Victoria Cranna and Leila Sellers, archivists at the London School of Hygiene and Tropical Medicine, thinking about diversity also involves a new way of presenting archives. The archives department has put together a project to decolonize the archives, inspired by the research of historian Lioba Hirsch and the Black Lives Matter movement. The school was founded to improve knowledge of tropical diseases that British settlers might encounter: it is therefore rooted in colonialism, and the archives preserved take the perspective of the white men who were the settlers, researchers and doctors. The archivists do not deny the scientific value of these histories, but they believe that they are the product of the colonial era and thus imbued with the values and attitudes of the time. Their project therefore aims to diversify perspectives, confronting the colonial speech in their collections. The department also laid down the “Principles for Decolonizing Archives” and an action plan for greater inclusion.

James Lowry, researcher in archival studies, discusses the topic of displaced archives and the notion of territorial provenance. This issue was raised as early as 1969 at the conference of the East and Central African regional branch of the International Council on Archives held in Nairobi, where the records show numerous requests for returns. However, despite these calls and the existence of precedents (e.g., the recent transfers from the Dutch National Archives to Indonesia and Suriname), James Lowry, who considers the displaced archives to be a manifestation of racism, points to Britain’s inaction to remedy this situation. The situation seems even more complex since these archives are scattered throughout the country in little-known repositories. He encourages archivists to question the provenance of their archives and the ethical nature of their acquisition in order to re-evaluate them and return them to their country of origin.

Finally, the last article addresses diversity in archives through an artistic and scientific lens. The Black Plays Archive (BPA) project, created in 2009 by the British National Theatre, aims to catalogue all the documents relating to the work of playwrights from the British, African and Caribbean communities. In this sense, the institution has launched a website containing a catalogue listing all the archives available across the country. The National Theatre recently partnered with the Royal Central School of Speech and Drama (RCSSD) to offer a doctoral award. Nadine Deller, the first PhD student recruited, is working on the deviance and potential of black women’s heterotopias on the British stage. Her goal is to inquire into the position of black women playwrights within the Black Plays Archive through archival methods. As such, Nadine Deller also aims to question the purpose and future of the BPA through her research.

Estelle Cepparo, Rachel Guérin and Camille Sahnoun, Master’s Degree students in Archival Studies, Angers University


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.