« Décoloniser les archives. Le Centre national pour la vérité et la réconciliation » Conférence de Raymond Frogner

Ce billet de blog est un compte rendu de l’intervention de Raymond Frogner sur le Centre national pour la vérité et la réconciliation canadien, réalisée dans le cadre du cours Archivists Worldwide en octobre 2021. Une version en langue anglaise est disponible à la fin du billet.

Dans sa conférence du 20 octobre 2021, « Décoloniser les archives. Le Centre national pour la vérité et la réconciliation », Raymond Frogner présente la Commission de vérité et de réconciliation (CVR) ainsi que le Centre national pour la vérité et la réconciliation (CNVR) du Canada en revenant sur leur contexte de création et leur rôle pour la reconnaissance et la recherche sur l’histoire des pensionnats, tout en soulignant l’importance de la notion de décolonisation des archives. Raymond Frogner est un archiviste diplômé en 1999 de l’Université de Colombie-Britannique. Il a d’abord été archiviste au sein de centres d’archives universitaires puis de services gouvernementaux. Il est directeur des archives du CNVR depuis 2016, et membre du groupe d’experts sur les affaires autochtones du Conseil international des archives. 

Avant de présenter le rôle et les réalisations de la CVR, Raymond Frogner revient sur son contexte de création lié à l’histoire des pensionnats autochtones. Entre 1831 et 1996, environ 140 pensionnats pour enfants autochtones ont été établis au Canada. Ces institutions, gérées en majorité par l’Église, étaient destinées à la scolarisation, l’assimilation et l’évangélisation des autochtones. Depuis leur fermeture, le Canada a connu une multiplication de poursuites judiciaires intentées par les survivants et leurs familles à l’encontre du gouvernement canadien et des églises exploitant les pensionnats. Pour apporter une réponse globale, la Cour suprême canadienne a ordonné la création de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens (CRRPI). C’est dans le cadre de l’application de la CRRPI que se met en place la CVR en 2007. Cette commission documente et porte à la connaissance du grand public les mauvaises conditions de vie (malnutrition, maladies, maltraitances) de près de 150 000 enfants. Quelques mois avant la conférence, en juin 2021, la découverte des restes d’un millier d’enfants amérindiens près de deux pensionnats vient rappeler ce passé, parfois récent, au grand public.

Plusieurs textes de droit international ont constitué un modèle et influencé le cadre juridique d’exercice de la CVR. Parmi ces textes, l’intervenant évoque la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones ainsi que les principes Joinet-Orentlicher pour la protection et la promotion des droits de l’homme par la lutte contre l’impunité. Raymond Frogner souligne le double objectif de vérité et de réconciliation que poursuit la CVR par la reconnaissance de l’histoire des pensionnats et de leurs conséquences, notamment des séquelles des victimes et de l’impact sur les communautés autochtones. Elle a également un mandat archivistique : la CVR a notamment pour mission de constituer une documentation historique la plus complète possible pour permettre la réalisation d’études sur les pensionnats. Sur ce point, Raymond Frogner souligne l’importance de la collecte et de la conservation de documents d’archives et de témoignages des survivants pour qu’ils soient mis à disposition du public et permettent la reconnaissance de ces événements historiques. Ces étapes sont essentielles pour parvenir à la guérison et à la réconciliation nationale. Pendant six ans, la CVR a collecté de très nombreux récits de survivants en prenant contact avec plus de 200 communautés autochtones pour recueillir des témoignages sous forme de fichiers audiovisuels par le biais de forums publics et d’entretiens privés. La CVR a également collecté de nombreux documents produits par des institutions gouvernementales et chrétiennes, non sans difficultés. Raymond Frogner évoque ici l’éclatement géographique des sources et leur dispersion entre différents services. La CVR a en effet visité 104 centres d’archives d’églises chrétiennes et 47 centres d’archives du gouvernement fédéral. Ces sources sont réunies pour la CVR selon une organisation thématique qui se situe en rupture avec la pratique traditionnelle archivistique, mais répond à son besoin.

Le site Internet du Centre national pour la vérité et la réconciliation

Dans la suite de son intervention, Raymond Frogner présente le CNVR. Également fondé en 2007 dans le cadre de la CRRPI pour contribuer à la préservation de la mémoire et à la reconnaissance de l’histoire des pensionnats, le CNVR a pour mission de conserver les archives et les témoignages recueillis par la commission. Depuis son ouverture au public en 2015 au sein de l’Université du Manitoba à Winnipeg, il a également pour mission de rendre ces archives accessibles au public. Il travaille avec différentes institutions, dont le Centre manitobain des politiques de santé qui réalise des analyses statistiques et des études sur les séquelles et les traumatismes des survivants des pensionnats à partir des archives. Ces recherches sur la santé et sur les traumatismes permettent de concevoir de nouveaux modèles de prestations de soins et de protection de l’enfance. De plus, le CNVR accorde une place importante à la dématérialisation et numérise de nombreux documents pour les rendre accessibles au plus grand nombre en les publiant en ligne. Le CNVR mène enfin des projets de constitution de bases de données pour recenser les enfants disparus et les lieux de sépultures non signalés par les pensionnats. L’accès à ces bases de données est pour le moment réservé aux chercheurs autochtones ainsi qu’aux familles des victimes qui bénéficient d’un endroit sûr (safe space) pour s’exprimer sur leur héritage. 

Pour conclure, le Centre national pour la vérité et la réconciliation est une infrastructure importante qui permet de promouvoir la recherche sur les pensionnats et qui fournit aux chercheurs autochtones des sources pour théoriser l’oppression coloniale. En rupture avec la recherche académique traditionnelle, le CNVR a également pour objectif de décoloniser les archives. Raymond Frogner apporte sur ce point une définition des archives décoloniales. Selon lui, décoloniser les archives passe d’abord par la reconnaissance du rôle colonisateur joué par les archives coloniales traditionnelles et de l’existence d’une pluralité de significations dans les documents, que l’on peut analyser d’un point de vue du colonisateur ou des autochtones. Il s’agit également de sortir du paradigme archivistique textuel en mettant en avant l’idée que la preuve archivistique ne constitue pas un fait, que les documents peuvent être manipulés, détournés, voire falsifiés pour servir un récit colonial.

Clément Jauzelon et Jade Samson, étudiants du master 2 Archives

“Decolonizing the archives. The National Centre for Truth and Reconciliation”, by Raymond Frogner

In his conference held on 20th October 2021 « Decolonizing the archives. The National Centre  for Truth and Reconciliation », Raymond Frogner gave an overview of the Truth and Reconciliation Commission (TRC) and the National Centre for Truth and Reconciliation (NCTR) of Canada by reviewing the context of their creation and their role in the recognition and research on the Indian residential schools system, while emphasizing the importance of the decolonization of the archives. Raymond Frogner graduated in archival science from the University of British Colombia in 1999 and then worked as an archivist in several universities’ archives centers. Since 2016, he is the Head of Archives in the NCTR. He is also a member of the International Council on Archives expert group on indigenous affairs.

Before presenting the role and accomplishments of the TRC, Raymond Frogner focuses on the context of its creation in relation to the history of the Indian residential schools. Between 1831 and 1996, around 140 residential schools for indigenous children were established in Canada. These institutions were managed by the Church and created for the schooling, assimilation and evangelization of indigenous people. Since their closure, Canada has seen an increase in the number of lawsuits brought by survivors and their families against the Canadian government and the churches that were managing these institutions. To provide a global response, the Supreme Court of Canada ordered the creation of the Indian Residential Schools Settlement Agreement (IRSSA) and the TRC was established in 2007 as part of the implementation of the IRSSA. The TRC documents and provides public acknowledgment of almost 150 000 children’s poor living conditions (malnutrition, diseases, abuse). A few months before the conference, in June 2021, the discovery of the remains of a thousand children near two boarding schools reminded the general public of this past, sometimes recent.

Several international law texts had an influence on the TRC’s creation by providing an important legal framework. Among these texts, he mentions the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, as well as the Joinet-Orentlicher Principles for the Protection and Promotion of Human Rights through Action to Combat Impunity. Raymond Frogner then emphasized the dual objective of truth and reconciliation pursued by the TRC through the recognition of the residential schools’ history and their consequences, including the damages caused to the victims and the impact on their communities. The TRC also has an archival mandate. One of the TRC’s missions is indeed to gather as much historical documentation as possible in order to enable studies on the residential schools. In this regard, Raymond Frogner highlights the importance of collecting and preserving archives and testimonies and making them available to the public to allow for the recognition of these historic events and to achieve healing and national reconciliation. For 6 years, the TRC contacted more than 200 indigenous communities and collected a large number of survivor testimonies through public forums and interviews. The TRC also collected numerous documents produced by governmental and Christian institutions, not without difficulty. Indeed, Raymond Frogner mentions the geographical dispersion of sources and their scattering among different services that led the TRC to visit a total of 104 church archives centers and 47 government archives services. These sources have been thematically gathered, which is a major break from traditional archival practices.

In his speech, Raymond Frogner then presents the NCTR. Also founded in 2007 as part of the IRSSA to contribute to the preservation of memory and recognition of residential schools history, the NCTR’s missions are to preserve the archives and testimonies collected. Since its opening to the public in 2015 at the University of Manitoba in Winnipeg, it also has the mission of making these archives accessible to the all. The NCTR also works with various institutions, including the Manitoba Center for Health Policy, which conducts statistical analyses and studies  from archives on the trauma of residentials schools survivors. These health and trauma researches are leading towards the conception of new caregiving and child welfare models. Furthermore, the NCTR gives an important position to electronic archives and digitizes many documents to make them accessible to the greatest number by publishing them online. The NCTR is also conducting database projects to identify missing children and unreported burial sites from residential schools. However, access to these databases is currently restricted to indigenous researchers and victims’ families in order to offer them a safe space to share opinions about their heritage

To summarize, the NCTR is an important infrastructure that promotes research on residential schools and provides indigenous scholars with sources for theorizing colonial oppression. Breaking away from traditional academic research, the NCTR also aims to decolonize the archives according to the definition given by Raymond Frogner of decolonial archives. In his view, decolonization starts with the recognition of the colonizing role in traditional archives and the existence of several meanings within a document that are not the same on the colonists’ side than on the indigenous communities’ side. By emphasizing the idea that archival evidence is not a fact and that documents can be manipulated, misappropriated, and even falsified to serve a colonial narrative, decolonizing the archives is also about breaking out of the textual archival paradigm.

Clément Jauzelon and Jade Samson, Master’s Degree students in Archival Studies, Angers University


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.