Les Archives nationales du Cameroun : du plaidoyer au plan de sauvetage, par Esther Olembe

Le 13 octobre 2021, Esther Olembe  a présenté aux étudiants du master Archives le cas du sauvetage des Archives nationales du Cameroun, qu’elle dirige depuis 2016. Docteur en sciences de l’information et de la communication, elle est également chef du département de l’information documentaire ESSTIC de l’université de Yaoundé II-SOA depuis 2014.

Esther Olembe commence sa présentation en soulignant qu’il existe au Cameroun comme dans d’autres pays d’Afrique un malentendu généralisé autour des archives qui, associées à l’érudition et à la culture savante ou aux “vieux papiers”, ne constituent pas une priorité pour le gouvernement et la population puisque d’autres questions plus centrales et urgentes, comme la santé ou l’éducation, priment. Ainsi, les politiques sur la gestion et la conservation de l’information ont longtemps été inexistantes, ce qui rend encore plus difficile le travail des archivistes puisque les cadres juridiques et réglementaires sont insuffisants et les fonds dispersés.

Présentation d’Esther Olembe, 13 octobre 2021

En 1952, la France avait constitué un service d’archives au Cameroun, mais les Archives nationales camerounaises ont véritablement été créées en 2014. Un décret les rattache au ministère en charge du patrimoine culturel. Elles sont installées dans un bâtiment construit dans les années 1930 qui a servi de bâtiment administratif puis d’imprimerie nationale. 

Esther Olembe présente les Archives nationales du Cameroun à partir d’une analyse “SWOT” (forces, faiblesses, opportunités, menaces). L’une des forces des archives est le corpus juridique, – incomplet toutefois -, qui pose les premiers jalons sur les archives en 2000, sur l’organisation des Archives nationales de 2012 à 2016 et sur la formation en archivistique à partir de 2016. Les archives sont le moyen d’assurer la souveraineté de l’État et l’identité nationale, avec la mondialisation et l’ouverture au commerce international. Elles forment également un appui à la science et à la culture.

Néanmoins, le corpus juridique présente une faiblesse pour les Archives nationales par son obsolescence et son ambiguïté puisqu’il ne traite pas de tous les sujets archivistiques, comme l’externalisation ou les modalités de versement des archives. Manquant de cohérence, il est peu appliqué par les professionnels. À cette première faiblesse, s’ajoutent celles liées à l’organisation et aux moyens insuffisants, notamment pour les équipements de conditionnement, de conservation et de classement ou pour les bâtiments d’archives qui ne permettent pas une conservation optimale car non sécurisés. Les personnels ne sont pas toujours formés à l’archivage et les budgets pas assez conséquents pour mener une politique satisfaisante.

S’y ajoutent des menaces comme la possible perte d’une partie des archives. En effet, l’absence de classement ou la mauvaise conservation de certains fonds peuvent conduire à une perte d’informations. Ce risque est accru pour les archives postérieures à 1984 puisque les Archives nationales n’ont pas collecté depuis cette date.

Cependant, plusieurs opportunités découlent de cette situation. Tout d’abord, si le Cameroun parvient à développer un système d’archivage national fiable, il pourra réaffirmer son titre de pays leader en Afrique centrale. Ensuite, le développement de l’archivage et de la documentation entraîne la création d’emplois et une sécurisation des documents et informations. Esther Olembe précise que la mise en place d’un système sécurisé et centralisé des documents contribuera à la lutte contre le terrorisme.

Les Archives nationales ont donc produit un plaidoyer pour faire des archives une cause nationale. Structuré en cinq points, il montre que les archives sont une source d’information, qu’elles favorisent la prise de décision ainsi que la bonne gouvernance, qu’elles assurent la sécurité et la souveraineté nationale, et enfin qu’elles participent à la protection des droits de l’homme et du citoyen.  

Dans ce cadre, un plan de sauvetage est mis en place depuis 2017 pour bâtir une réelle politique d’archivage. Cette stratégie nationale s’intègre dans un changement plus vaste concernant la croissance et l’emploi, dans le but de faire du Cameroun un pays émergent à partir de 2035. Le ministère des Arts et de la Culture (MINAC) participe à ce changement à partir de plusieurs programmes. L’un des sous-programmes du MINAC traite des archives avec, comme objectif principal à horizon 2027, la mise en place d’un « système d’archivage national intégré dans le plan de développement global du Cameroun. » Il s’organise autour de six composantes : 

  • Le cadre juridique et normatif,
  • L’audit archivistique national et international,
  • Le traitement, la numérisation, la mise à disposition et la sécurisation des archives,
  • La réhabilitation des structures et équipements existants,
  • La construction et l’équipement de nouvelles infrastructures,
  • Le développement des ressources humaines et l’assistance technique. 

Aujourd’hui, un nouveau bâtiment est en cours de construction pour accueillir les Archives nationales. L’ancien, datant des années 1930, sera détruit. De plus, un appui de la coopération internationale, notamment avec l’Allemagne, a permis la numérisation de tous les fonds du protectorat allemand conservés aux Archives nationales du Cameroun.

Ainsi, Esther Olembe observe de nets progrès dans la situation des archives au Cameroun, grâce au plaidoyer développé dans les dernières années. Elle considère que les Archives nationales ont su convaincre le gouvernement d’améliorer la situation des archives et ont apporté une visibilité internationale au Cameroun en accueillant la conférence de l’ICA à Yaoundé en 2018.

Agnès Arendo et Julien Bucheron, étudiants du master 2 Archives

The national archives of Cameroon : from advocacy to rescue plan, by Esther Olembe

Esther Olembe is a doctor in information and communication studies, head of the documentary information department of the ESSTIC in Yaoundé II-SOA University since 2014 and the director of the national archives of Cameroon since 2016. She presented to the master degree’s students on October 13th 2021 how national archives are being rescued in Cameroon.

Like in many other countries in Africa, a generalized misunderstanding remains about the archives. Associated with erudition or “old pieces of paper”, they are not a strategic priority for the government compared to other issues such as health and education. Therefore, information storage and record policies were non-existent for a long time, making the work of archivists even more difficult as the legal and regulatory framework are inadequate and archival funds are scattered.

In 1952, France created an archival administration in Cameroon. A decree issued in 2014 remodeled the National Archives of Cameroon that are now part of the Ministry of Cultural and Artistic Affairs. The building housing the national archives was created in the 1930s and was first used for administration and then as the national printing house.

Esther Olembe presented the National Archives of Cameroon based on a SWOT analysis (strengths, weaknesses, opportunities, and threats). One of the strengths of the archives is their legal and regulatory framework, albeit incomplete, which sets the first milestones on archives in 2000, on the organization of the National Archives from 2012 to 2016 and on training in archival studies from 2016. Archives also insure Cameroon’s sovereignty and national identity, especially with globalization and the opening to international business. They can be used to improve science or for cultural development.

However, the legal and regulatory framework also presents a weakness for archives due to its obsolescence and ambiguity, since it does not deal with all archival subjects, such as the modalities of transfer of archives. Therefore, only a few professionals decide to put this framework into practice. In addition, there are other weaknesses related to organization and insufficient resources, including for conditioning, preservation and arrangement or for archive buildings that do not allow for optimal preservation because they are not secure. Staff are not always trained in archiving and budgets are not large enough to carry out a satisfactory policy

Any threats also have to be taken into account, such as the loss of part of the archives because of the lack of classification or the poor conservation. This risk is increased for archives dating from after 1984, since the national archives have not collected any records since that date.

But many opportunities can also arise. Firstly, if Cameroon succeeds in developing a reliable national archiving system, it will be able to reaffirm its title as a leading country in Central Africa. Secondly, the development of archiving and documentation leads to the creation of jobs and the securing of documents. Esther Olembe points out that the establishment of a secure and centralised document system will contribute to the fight against terrorism.

The National Archives has therefore produced a plea to make archives a national cause. Structured in five points, it shows that archives are a source of information, that they promote decision-making and good governance, that they ensure national security and sovereignty, and finally that they participate in the protection of human and civil rights.  

In this context, a rescue plan has been put in place since 2017, to create a real archiving policy. This national strategy is part of a bigger policy regarding growth and employment, in order for Cameroon to become an emerging country from 2035. The Ministry for Cultural and Artistic Affairs takes part in this policy with many programs, one including archives with the main objective of setting up a national archiving system integrated in the global development plan of Cameroon by 2027. It is organised around 6 components:

  • The legal and normative framework
  • The national and international archival audit
  • The processing, digitization, provision and securing of the archives
  • The renovation of the existing structures and equipments
  • The construction and equipment of new infrastructures
  • The development of human resources and technical assistance.

Nowadays, a new building is being constructed to house the National Archives. The old one is being destroyed. In addition, the national archives have a lot of projects. German protectorate archival funds retained in Cameroon have been digitised, with the help of Germany and international cooperation.

In conclusion, according to Esther Olembe, we can observe a clear improvement in the situation of archives in Cameroon, thanks to the plea developed recently. She considers that the National Archives were able to convince the government to improve the situation of archives and brought international visibility to Cameroon by hosting the ICA conference in Yaoundé in 2018.

Agnès Arendo et Julien Bucheron, Master’s Degree students in Archival Studies, Angers University


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.