Micro-Folies : un potentiel pour les archives ?

Par Camille Rouffaud, ingénieure d’étude, programme 2RU

Inaugurées le 12 janvier 2017 à Sevran (Seine-Saint-Denis), les micro-folies sont coordonnées par la Villette et soutenues par le ministère de la Culture. Les archives y sont peu présentes. Mais y-a-t-il des marges de manœuvre ?

La petite histoire…

Fig. 1 – Logo des micro-folies

Les micro-folies sont les héritières des Folies de la Villette, ces 26 constructions rouge vif, imaginées par l’architecte Bernard Tschumi, qui accueillent des évènements dans le parc éponyme. Les micro-folies [https://lavillette.com/page/micro-folie_a405/1] deviennent rapidement des éléments centraux des politiques culturelles publiques, puisque, dès 2018, elles intègrent le plan Culture près de chez vous qui avait pour objectif de conduire « les œuvres et les artistes sur les routes de France ». En 2019, le ministre de la Culture, Franck Riester, annonce le déploiement de 1 000 micro-folies avant 2023. Aujourd’hui, environ 400 sont dénombrées, en France métropolitaine et à l’étranger par le biais des Instituts français et des Alliances françaises. Ce dispositif peut intégrer un établissement déjà existant ou une structure mobile.

Fig. 2 – Implantation des micro-folies en France métropolitaine, d’après le site internet de La Villette (mai 2023)

Mais les micro-folies, qu’est-ce que c’est ?

Fig. 3 – Photographie de la salle réservée à la micro-folie au sein du bâtiment de la Communauté de communes Océan-Marais de Monts à Saint-Jean-de-Monts

Le cœur des micro-folies, qu’elles soient fixes ou itinérantes, est constitué d’un musée numérique. Ce musée numérique, réalisé en collaboration avec douze établissements culturels nationaux fondateurs1, se compose de collections, nationales et régionales2, contenant des œuvres variées, aussi bien plastiques, architecturales qu’issues du spectacle vivant. Le diaporama d’une collection est projeté sur un grand écran et le public, grâce à une tablette, peut interagir avec l’œuvre pour avoir davantage d’informations ou consulter des œuvres similaires. Autour de ce musée numérique, peut s’agréger un nombre infini de modules complémentaires. On peut trouver un fablab, une ludothèque, des casques de réalité virtuelle ou encore une imprimante 3D. Libre aux médiateurs d’imaginer les ateliers à organiser. Ces médiateurs culturels représentent le lien indispensable entre les dispositifs et les publics, qu’ils soient scolaires, adolescents ou adultes, afin de répondre aux enjeux originels des micro-folies : animation du territoire, convivialité, lien intergénérationnel, accès aux œuvres et au numérique.

Des archives dans les micro-folies ?

Les services d’archives publics sont présents dans la collection nationale numéro 3 [catalogue https://www.calameo.com/oceanmaraisdemonts/read/00289128368f2c650f8a5?page=1], par le biais de trois institutions, les Archives nationales, les archives patrimoniales d’Angers et les Archives de Paris. Un total de 18 documents dont un objet en trois dimensions (issu des dépôts de modèle) est intégré au musée numérique. Cinq œuvres sont à retrouver dans le diaporama et treize comme œuvres complémentaires.

Néanmoins, la participation des archives reste symbolique eu égard au nombre total d’œuvres, choisies principalement dans les collections muséales. La question d’une réelle intégration des archives patrimoniales au sein des collections nationales et des collections régionales existantes ou à venir reste posée.

____________________________________________

1 Les 12 musées fondateurs sont le Centre Pompidou, le Château de Versailles, la Cité de la Musique –Philharmonie de Paris, le Festival d’Avignon, l’Institut du monde arabe, le Louvre, le Musée national Picasso-Paris, le musée d’Orsay, le Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, l’Opéra national de Paris, la Réunion des musées nationaux – Grand Palais, Universcience et La Villette.

2 Les collections sont actuellement au nombre de neuf : trois collections nationales, une collection régionale Hauts-de-France, une collection résidences royales européennes, une collection Mexico, une collection Québec, une collection Union européennes et une collection Paris.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ALMA (4 juillet 2023). Micro-Folies : un potentiel pour les archives ? ALMA. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/az09


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.