Les Archives nationales d’Australie face au manque de moyens

À la tête du réseau fédéral australien des archives publiques, les Archives nationales d’Australie ou National Archives of Australia (NAA) tiennent leurs missions de l’Archives Act de 1983. Cette loi leur donne pour rôle de collecter et conserver les archives de l’administration fédérale – qu’elles doivent conseiller sur les bonnes pratiques de gestion de l’information -, ainsi que de promouvoir leur utilisation par le public. La communication est donc un enjeu important pour les Archives nationales. Elles possèdent un centre d’archives principal à Canberra et des salles de lecture réparties dans chacun des six États et un des Territoires, où les lecteurs peuvent se rendre. De même, depuis 2001, un service de numérisation à la demande donne accès à des images numérisées via son site Internet. Le rattachement des archives au ministère des Arts, intégré dans un vaste ministère des infrastructures, transports, du développement régional, de la communication et des arts, leur permet de valoriser ses collections en lien avec les autres institutions patrimoniales et culturelles.

Toutefois, depuis quelques années, les Archives nationales doivent faire face à plusieurs difficultés, soulignées lors d’un examen réalisé en 2019 par l’ancien secrétaire des Finances David Tune. La capacité des Archives à assurer leurs missions, notamment celle de communication, est remise en question. Quels sont les problèmes et par quelles solutions les Archives nationales comptent-elles sortir de cette situation ?

Représentation fictive des Archives nationales en feu pour illustrer la situation périlleuse de l’institution. Source : Bidgee (Wikimedia commons)/The Conversation, CC BY-SA

Cet audit réalisé en 2019 fait le bilan d’un projet lancé en 2015 par l’ancien directeur David Fricker, The Digital Continuity 2020 Policy. Il prévoyait une dématérialisation complète des processus, pour faciliter l’accès et la réutilisation sociale et économique. Il est ressorti de l’audit de 2019 que les Archives nationales étaient largement en retard sur ce projet, qui devait prendre fin en 2020. Elles ont été pointées du doigt pour leur incapacité à superviser cette politique au sein de leurs équipes et pour n’avoir pas réussi à mettre en place une stratégie de communication et de soutien efficace. Elles n’ont également pas réussi à former le personnel de leurs différents sites. Cet audit a généré des tensions avec les auditeurs, les Archives rétorquant que des progrès significatifs avaient eu lieu. L’explication de leurs insuffisances réside donc, d’après le rapport de 2019, dans le manque de moyens alloués aux archives, celles-ci devant répondre de la politique de continuité numérique dans un contexte de contraintes budgétaires strictes.

L’audit de 2019 a également mis en avant la situation d’urgence devant laquelle se trouvent les Archives nationales quant à la gestion et à la conservation de leurs documents. Afin de répondre aux exigences du projet de 2015, elles ont eu besoin d’investir dans des technologies pour collecter et conserver les archives numériques. Toutefois, pour ce faire, elles ont dû sans cesse réduire leurs effectifs par mesure d’économie. En dépit de cela, elles n’ont pas réussi à acquérir les technologies nécessaires, notamment pour la préservation des documents. Elles ont donc dû faire face à la détérioration des supports vulnérables dans un climat peu favorable à la conservation des documents. De plus, ces réductions d’effectifs ont entraîné un retard conséquent dans les réponses apportées aux demandes du public.

Cette situation critique des archives n’est pas restée invisible mais la réponse gouvernementale a été tardive. Ainsi, le rapport de 2019 n’a été rendu public par le gouvernement fédéral qu’en mars 2021, soit plus d’un an après l’avoir reçu, tandis que ce n’est qu’en juillet 2021 qu’il a annoncé débloquer 67,7 millions de dollars destinés à améliorer la situation. Quelques semaines plus tard, un sénateur faisait encore état de l’énorme retard dans les demandes de communication : plus de la moitié des 20 178 requêtes en cours avaient été déposées entre cinq et dix ans auparavant, alors que l’Archives Act de 1983 prévoit un délai de réponse de 90 jours. La nomination de Simon Froude à la tête des Archives nationales en mai 2022 participe de cet effort de réhabilitation. Le nouveau directeur cherche ainsi à rassurer le public en mettant notamment en avant la compétence du personnel et l’efficacité de la gestion des archives, qui serait uniquement grevée par un manque de moyens.

Grâce à cette enveloppe supplémentaire, le nouveau directeur entend relever les défis posés aux Archives nationales. Il s’agit tout d’abord de traiter l’arriéré des demandes de communication, afin de désengorger le service et de redorer son image. Une fois une situation rétablie, Simon Froude compte ensuite orienter la politique des archives vers la mise en place de mesures de sécurité informatique, d’une meilleure gestion des documents électroniques et d’une politique ambitieuse de numérisation.

Cette dernière a pour but de répondre à plusieurs problématiques. En premier lieu, il s’agit de sauver les archives connaissant un risque élevé de dégradation du fait des supports utilisés, comme les pellicules à base de nitrate ou d’acétate de cellulose. Bien que les archives disposent d’infrastructures de stockage à froid, la numérisation reste une urgence afin de sauver les informations plus rapidement que les documents se dégradent. Il ne faut pas oublier que les conditions météorologiques australiennes peuvent accélérer cette détérioration.

En second lieu, la numérisation répond à un enjeu démocratique et citoyen. Elle permet un meilleur accès du public aux documents, dans un pays où les longues distances à parcourir restreignent mécaniquement l’accès aux archives. L’épidémie de COVID-19 a également pu jouer un rôle d’accélérateur dans la prise en compte de ce problème. Simon Froude souhaite donc que les archives jouent un rôle « proactif » dans l’établissement d’une large communauté d’utilisateurs, afin de diffuser numériquement les archives auprès du plus grand nombre.

Pour conclure, il semble que les archives soient sur la bonne voie afin de résoudre les dysfonctionnements mis en lumière par l’audit de 2019. Ainsi, dans l’introduction au rapport annuel 2021-2022, le plus récent mis en ligne, Simon Froude met en avant l’importance de l’amélioration de la situation et de l’image des archives, symbolisée par la mise en place d’une nouvelle politique intitulée Building trust in the public record.

Célian Cadinot et Jean Charbonnier, étudiants du master 2 Archives, janvier 2023

 

Références bibliographiques :

EASTON (Stephen), Archives boss looks to ‘outcomes over process’ as auditors savage ‘ineffective’ policy leadership, [en ligne], disponible sur : https://www.themandarin.com.au/119536-archives-boss-looks-to-outcomes-over-process-as-auditors-savage-ineffective-policy-leadership/ (consulté le 16/01/23).

JENKINS (Shannon), Government responds to review of National Archives [en ligne], disponible sur : https://www.themandarin.com.au/166546-government-responds-to-review-of-national-archives/ (consulté le 18/01/2023).

JENKINS (Shannon), National Archives faces backlog of 20,000 access requests [en ligne], disponible sur : https://www.themandarin.com.au/164145-national-archives-faces-backlog-of-20000-access-requests/ (consulté le 17/01/2023).

JENKINS (Shannon), National Archives ‘struggled to fulfil its mandate’, [en ligne], disponible sur : https://www.themandarin.com.au/151501-national-archives-struggled-to-fulfil-its-mandate/ (consulté le 17/01/2023).

National Archives of Australia, Our history [en ligne], disponible sur : https://www.naa.gov.au/about-us/our-organisation/our-history (consulté le 16/01/2023).



Citer ce billet
Alma (2023, 7 septembre). Les Archives nationales d’Australie face au manque de moyens. ALMA. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/az0b

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.