Goulven Le Brech, « Un institut pour les archives de philosophes, l’Imec et le fonds Derrida », séminaire Alma du 27 octobre 2023

Le 27 octobre dernier, le séminaire Alma recevait Goulven Le Brech, adjoint à la direction des collections de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine pour une séance consacrée aux archives de philosophes et au fonds Jacques Derrida.

L’institut Mémoires de l’édition contemporaine

L’institut a été créé à l’automne 1988 à partir d’une initiative privée soutenue par le ministère de la Culture et de la Communication. Son objectif : reconstituer et mettre en valeur le patrimoine des revues et maisons d’édition contemporaines. Fondé à Paris, il s’installe en 2004 à l’abbaye d’Ardenne, mise à disposition par la région pour en faire un centre culturel de rencontre, label attribué aux sites patrimoniaux ayant perdu leur vocation d’origine et réinvestis d’un projet artistique et culturel. Il accueille des classes d’élèves, des écrivains, des expositions, des séminaires, etc. et organise une à deux fois par mois « Les grands soirs » avec une personnalité invitée à parler de ses dernières publications.

Bibliothèque de l’IMEC à l’abbaye d’Ardenne 

Son périmètre s’est élargi aux chercheurs et auteurs de littérature contemporaine et l’institut compte aujourd’hui 700 entrées environ. Son cadre de classement distingue les auteurs (littérature, arts, philosophie et sciences humaines), les éditeurs et métiers du livre (éditeurs, graphistes et typographes, agents littéraires, libraires, bibliothécaires) et associations et organismes. Chacun de ces ensembles forme une collection, en tant que collecte et création d’ensembles. Cette pratique remonte aux premiers ensembles d’auteurs collectés (Louis-Ferdinand Céline, Jean Genet, …) qui sont constitués en partie ou entièrement de photocopies faites par des chercheurs.

Les archives de philosophes en France

Goulven Le Brech observe un nombre important de « nachlass » de philosophes, notion allemande pour désigner l’ensemble des documents laissés par un intellectuel et en particulier un philosophe, comme celui de Nietzsche à Weimar ou de Husserl à Louvain-la-Neuve… Celui de Paul Ricoeur, conservé à l’Institut protestant de théologie, vient d’être numérisé et mis en ligne.

On recense en France de nombreux fonds de philosophes :

  • Nés dans la première moitié du 19e siècle, qui sont alors essentiellement des polytechniciens et normaliens ;
  • Nés dans la seconde moitié du 19e siècle, avec une diversification des profils : normaliens, titulaires de chaires du Collègue de France ou à la Sorbonne, fondateurs et directeurs de revues, indépendants. Leurs fonds sont conservés dans diverses institutions : à la Bibliothèque nationale de France, l’université Rennes 1, la bibliothèque universitaire de Montpellier, aux Archives nationales, à Sciences Po ou encore à l’École normale supérieure pour ne citer qu’elles.
  • Nés dans la première moitié du 20e siècle, dont la plupart sont conservés à la BnF ou à l’IMEC : Michel Foucault, Marguerite Duras ou encore Georges Canguilhem.

À l’IMEC, ces fonds de philosophes sont constitués des archives de l’œuvre (manuscrits, tapuscrits, notes), de correspondance générale, personnelle ou professionnelle, des archives de recherche (notes, carnets de lecture, documentation), d’archives éditoriales, de documents d’études, personnels et familiaux, ou relatifs à la réception de l’œuvre et aux prix honorifiques, ainsi que d’imprimés.

Le classement peut y suivre un processus de « recherche-archives », « dispositif original associant dépouillement analytique et intelligence interprétative d’un fonds[1] ». Un chercheur spécialiste peut ainsi être convié à préparer le fonds et le pré-classer, puis restituer son travail dans les Carnets de l’IMEC.

On trouve à l’IMEC de grands ensembles thématiques : « histoire et théorie de l’art », « marxisme », « écologie/environnement » et autres. Un philosophe peut figurer dans plusieurs grands ensembles à la fois, c’est le cas par exemple de Jacques Derrida.

Le fonds Jacques Derrida

Jacques Derrida a déposé ses archives de son vivant à l’IMEC, sous forme de traités d’apport : le donateur transfère la propriété matérielle du fonds, mais conserve la propriété intellectuelle. L’IMEC, qui ne gère donc pas les droits moraux, travaille en relation avec les ayants droits. Des dépôts complémentaires postérieurs viennent compléter le fonds Derrida. On y trouve les archives papier comme numériques, extraites de ses ordinateurs. Le fonds a fait l’objet de plus de 200 consultations en salle de lecture depuis son classement.

[1] Olivier Corpet, François Matheron, « Remarques sur les archives Althusser à l’IMEC », Genesis, n° 22, 2003, p. 185-187.



Citer ce billet
Alma (2024, 12 février). Goulven Le Brech, « Un institut pour les archives de philosophes, l’Imec et le fonds Derrida », séminaire Alma du 27 octobre 2023. ALMA. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vt9l

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.