Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

Bénédicte Grailles est maîtresse de conférences en archivistique à l’université d’Angers. Conservatrice du patrimoine, elle a été archiviste aux archives départementales du Pas-de-Calais pendant une dizaine d’années. Ses thèmes de recherche actuels portent sur les relations internationales archivistiques, l’analyse des pratiques professionnelles ou la réflexion archivistique théorique.

L’intervention prononcée dans le cadre du séminaire Le don en archives et bibliothèques : do ut des ? fait état d’une recherche entièrement originale sur les enjeux symboliques de la transmission des archives militantes et les éventuelles contreparties attendues par leurs donateurs ou déposants. Son propos s’appuie principalement sur deux études de cas : le Centre des archives du féminisme d’Angers (CAF) et le Centre d’histoire du travail (CHT) de Nantes. Les différences entre les deux structures sont évidentes : l’une a la personnalité morale (le CHT), l’autre non (CAF) ; l’une rassemble principalement des femmes (CAF), l’autre des hommes (CHT). Mais ces deux centres d’archives partagent un même objectif de collecte militante d’archives elles-mêmes militantes ce qui en fait un échantillon de recherche intéressant. On peut en effet se demander en quoi l’ethos militant, caractérisé par la mise en mouvement collective de l’individu, influence les conditions et modalités du don d’archives.

Les sources mobilisées sont principalement orales : une enquête orale menée en 2009-2010 par les étudiants du master 2 auprès de donatrices du CAF (en ligne), un film produit par le CHT, Avoir 20 ans dans les archives, ainsi que des entretiens réalisés par le centre et donnés à une radio locale.

L’étude confirme en premier lieu des formes du don qui sont sans doute communes à l’ensemble des archives privées, collectives ou personnelles. Beaucoup de fonds parviennent à ces deux centres d’archives en plusieurs fois, de sorte qu’il n’est pas exagéré de dire qu’ils demeurent longtemps à l’état de fonds ouverts toujours susceptibles d’accroissement. Les hésitations ou confusions sur les formes juridiques du transfert, dépôt ou don, sont non seulement la règle mais semblent même volontairement entretenues, le temps de faire connaissance et d’établir une relation de confiance. C’est au bout de cinq dépôts que l’Union féminine civique et sociale accepte de passer au don. Don ou dépôt, le transfert des fonds d’archives est souvent à mettre en relation avec un événement déclencheur : élaboration d’un travail de type histoire militante par le producteur, remise d’une décoration à un responsable de l’association, événement de nature statutaire invitant à un réinvestissement du passé, encombrement matériel bien sûr, mais toujours vécu comme incluant une dimension mémorielle, psychologique, morale.

En même temps, il y a une incontestable spécificité du don d’archives militantes. Par nature le militant s’efface devant le collectif de sorte que le don ne devient légitime que s’il sert le collectif ce qui donne immédiatement une dimension militante non seulement au choix du lieu de conservation mais encore à la préparation du fonds avant transfert. Les fonds détenus par le CAF ou le CHT sont presque toujours des fonds remodelés, triés, expurgés notamment des documents à dimension trop fortement individuelle. Le don d’archives militantes s’accompagne presque mécaniquement d’un mandat implicite : d’une manière ou d’une autre les donateurs souhaitent que le dépositaire des archives prenne en charge une partie du contenu idéologique initial, assure une continuation du combat, permette le dépassement des générations. CAF et CHT ont beaucoup d’activités qui vont au-delà des simples missions de collecte et de conservation : expositions, colloques, publications, conférences, programmation cinématographique.

Ce positionnement se traduit aussi par le besoin d’un après-don, ressenti par beaucoup de donateurs, qui dépasse l’envoi de l’instrument de recherche et qui permette de vérifier que les archives sont effectivement devenues le ferment d’activités conformes à l’idéologie qui a présidé leur production. Les deux centres adoptent des dispositifs institutionnels qui permettent d’associer étroitement à leur fonctionnement des représentants des donateurs ou potentiels donateurs. On note aussi l’importance des stratégies d’accompagnement du don qui cherchent à orienter l’interprétation des archives cédées : récits de vie réitérés par les donateurs, notules et papillons adhésifs de toute sorte, classements et conditionnements préalables.

Au total, c’est un modèle d’archives de communauté qui se dessine, comparable aux Community Archives anglo-saxonnes dans sa volonté plus ou moins consciente de corriger les effets de collecte induits par le système archivistique public, mais différent dans son acceptation naturelle d’un financement public majoritaire comme dans son désir revendiqué d’adossement à la puissance publique, la caution universitaire jouant un rôle central pour le CAF comme pour le CHT.

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.