L’écrit dans l’exposition. Formes et réceptions par Florence Andreacola

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

Vue de l’exposition Spoliés. L’aryanisation économique en France 1940-1944

 


 

Florence Andréacola est muséologue et doctorante à l’Université d’Avignon. Elle a participé à une enquête menée autour d’une exposition du musée de la résistance de l’Isère en 2010 Spoliés. L’aryanisation économique en France 1940-1944 (durée : 9 mois) qui sert de fil conducteur à cette intervention1. Elle s’est aussi appuyée sur les travaux de  Marie-Sylvie Poli,  spécialiste de l’écrit dans l’exposition (Le texte au musée : une approche sémiotique, Editions L’Harmattan, Paris, 2002, 130 p.).

Le texte est un élément majeur dans l’exposition, depuis son titre jusqu’à son cartel. C’est une composante essentielle. Une typologie a été proposée par Daniel Jacobi, Delphine Miège, Karine Tauzin (La médiation écrite de l’art contemporain et ses formes dans quelques centres d’art, délégation aux arts plastiques, Ministère de la Culture, 2001). Elle montre la variété des supports et la variété des discours. Si on regarde plus spécifiquement le registre endotextuel (signalétique, titres, étiquettes, panneaux, textes électroniques de dispositif vidéo informatique), on constate des formats très normalisés : cartels, textes bio-chronologiques par exemple.

Le texte est dialogique : il est nourri de textes antérieurs et écrit pour faire réagir le lecteur ; il donne des informations sur les courants de pensée approuvés ou non, sur une catégorisation sociale du visiteur idéal ; il a des silences. Le sens n’est pas imposé mais résulte d’une interprétation. Jouent le ton, le format, la syntaxe (mise en intrigue par exemple), le lexique. Le mode de la conversation, polyphonique (parole des concepteurs, parole d’un historien etc qui se croisent), l’humour, une approche encyclopédique peuvent exister.

Lorsque c’est l’écrit qui est exposé, la difficulté est d’équilibrer les textes de l’exposition et les textes des documents. Comment commenter du texte ? Comment gérer l’aspect conversationnel généré par le document d’archives ? Les documents d’archives, dans l’exposition, même reproduits et même médiatisés, sont perçus comme des preuves et les concepteurs de l’exposition ont tout intérêt à miser sur la conversation qui s’instaure par la présentation des documents écrits.

________________________________________

1. Les résultats sont à paraître à la Documentation française.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.