Les chartriers seigneuriaux aux archives départementales. L’exemple du Cher

Céline Girault, Les Chartriers seigneuriaux aux archives départementales. L’exemple du Cher, Angers, mémoire de recherche du master 1 Histoire et métiers des archives, 2012, 64 pages.

Les chartriers seigneuriaux sont une catégorie de fonds bien installée dans le paysage mental des archivistes comme des historiens, dont elle recueille l’intérêt et les faveurs depuis toujours. Elle bénéficie aujourd’hui d’un regain d’attention qui passe par un élargissement du regard et un renouvellement des approches comme le prouvent le titre et l’emprise chronologique du colloque international de Thouars tenu en juin 2006 et publié en 2010 sous la direction de Philippe Contamine et Laurent Vissière : Défendre ses droits, construire sa mémoire. Les chartriers seigneuriaux, XIIIe-XXIe siècle (Paris, Société de l’histoire de France). C’est un peu dans ce courant historiographique que s’insère le travail de Céline Girault, mais avec une focalisation du regard sur l’attitude, les méthodes et les pratiques des archivistes.

D’une certaine manière, le travail de Céline Girault confirme l’idée d’une prédilection des archivistes pour ces documents. On sait l’influence qu’a eu l’inventaire des archives de la Maison de La Trémoille publié en 1928 par Charles Samaran.samaran_tremoille Jean Sablou notait encore en 1974 dans La Gazette des archives que ces archives « ont, de tout temps, bénéficié d’un traitement privilégié de la part des archivistes départementaux, et il semble que cette catégorie de documents soit une de celles dont ils se sont occupés avec le plus de goût ». Les archives départementales du Cher ne dérogent pas à la règle comme le démontrent, entre autres indicateurs, le nombre de fonds présents dans le service, l’existence d’une politique d’achats depuis les années 1980, une volonté affirmée depuis les années 1950 de recensement systématique des chartriers détenus par des mains privées, des actions de valorisation anciennes et soutenues.

Céline Girault confirme aussi l’importance des classements anciens de ces fonds, qu’ils remontent aux feudistes ou qu’ils soient intervenus au XIXe siècle, dans des perspectives que l’on pourrait qualifier de mémorielles.

Céline Girault signale aussi quelques pratiques plus locales, qui mériteraient d’être recherchées dans d’autres départements, comme le rôle d’intermédiaire joué par les sociétés savantes ou les interventions régulièrement commandées dans les années 1980 et 1990 à une sorte d’opérateur privé de classement, le père Mauzaize.


Une réflexion sur « Les chartriers seigneuriaux aux archives départementales. L’exemple du Cher »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.