Archives de catégorie : La fabrique des corpus numérisés

Convergences scientifiques : recherches croisées en archivistique et humanités numériques

Par Sarah Olivès, Natacha Rodine et Noémie Trichet.

Florence Alibert, docteure en esthétique et philosophie de l’art, conservatrice de bibliothèque et maître de conférences en humanités numériques à l’Université d’Angers, débute son intervention lors de la XVe journée d’archivistique d’Angers par des rappels chronologiques autour de la constitution des humanités numériques. Continuer la lecture de Convergences scientifiques : recherches croisées en archivistique et humanités numériques

Archives numériques et construction du sens ou comment échapper au Web sémantique ? Une intervention d’Aurélien Bénel

Aurélien Bénel (Université de technologie Troyes, ICD/tech-Cico) est spécialiste de la modélisation des données et des connaissances en lien avec les sciences humaines et sociales. Continuer la lecture de Archives numériques et construction du sens ou comment échapper au Web sémantique ? Une intervention d’Aurélien Bénel

Logiques mémorielles – Journée d’étude FabriNum du 7 mai 2015

Continuer la lecture de Logiques mémorielles – Journée d’étude FabriNum du 7 mai 2015

Logiques identitaires – Journée d’étude FabriNum du 10 avril 2015

FabriNum – La fabrique des corpus numérisés

Logiques identitaires

Vendredi 10 avril 2015 de 14h30 à 17h15

Maison des Sciences humaines

Amphi Germaine-Tillion

5bis boulevard Lavoisier, 49045 Angers

PROGRAMME

Coordination : VALÉRIE NEVEU, maître de conférences en bibliothéconomie et VÉRONIQUE SARRAZIN, maître de conférences d’histoire moderne Affiche de la journée d'étude FabriNum : logiques identitaires

14h30-15h00 Le conservatoire numérique : un instrument de communication institutionnelle ?, EMMANUELLE MINAULT-RICHOMME, directeur adjoint du Service commun de documentation du CNAM, responsable du pôle patrimoine et de la bibliothèque numérique le CNUM.

15h00-15h30 Télé Millevaches : 28 ans d’archives, histoire d’un territoire et de ses habitants. Sauvegarde d’un fonds audiovisuel et création d’un patrimoine, HÉLÉNE CHAUDEAU, chargée de diffusion et de valorisation des archives à TéléMillevaches.

15h30-15h45 Pause café

15h45-16h15 Voir le monde comme les Granvelle : Bisontins, urbains, cultivés, PIERRE-EMMANUEL GUILLERAY, responsable de la numérisation, Bibliothèque municipale de Besançon.

16h15-16h45 Archives audiovisuelles et patrimoine culturel immatériel : de la collecte à la valorisation, NOLWENN BLANCHARD, chargée de l’audiovisuel et des ressources sur le patrimoine culturel immatériel, Centre français du patrimoine culturel immatériel, Maison des cultures du monde.

16h45-17h15 Pistes de recherche

[Dépliant]

 

Open data et citoyenneté universitaire/étudiante

Par Quentin Audran et Olivier Gilis

Voir la vidéo

Marina Marchal, responsable des archives de la Cité des mémoires étudiantes, présente le projet Studens lors de la journée d’étude du 6 février 2015. Ce projet vise à constituer un portail d’accès à des documents numérisés à partir des briques Omeka et Atom et un entrepôt OAI-PMH. L’objectif est de faciliter l’accès à tout type d’archives sur l’engagement étudiant, l’enseignement supérieur et la recherche, dans l’idéal d’open data défendu par l’association. Le but est de donner accès aux instruments de recherche et aux collections propres à Cité des mémoires étudiantes, mais aussi à des documents appartenant à des institutions partenaires, établissements d’enseignement supérieur et de recherche. L’objectif final étant la réappropriation des données par les étudiants afin de leur « permettre une réflexion sur leur citoyenneté ».

marina_marchal

Dans cette optique, l’association cherche à numériser des archives publiques ou privées. Elle s’intéresse plus particulièrement aux procès-verbaux des conseils universitaires, un type de documents que l’on trouve dans des fonds privés, ceux des représentants étudiants et militants par exemple, et dans des fonds d’archives publiques, ceux des établissements d’enseignement et ceux des rectorats1. À partir de cet exemple, l’intervenante témoigne des difficultés de mise en œuvre. Ces procès-verbaux sont un temps affichés dans les couloirs de l’université, avant d’être versés aux archives. Les comptes rendus présents dans les rectorats sont consultables et parfois mis en ligne. Certaines universités les mettent également en ligne, parfois de manière restreinte (intranet). D’autres s’y refusent et diffèrent la consultation physique. Or, ces documents devraient être communicables, car ils ne sont a priori pas concernés par les délais d’exception figurant au Code du patrimoine. De fait, peu d’universités sont disposées à les communiquer, invoquant la protection des données personnelles et la confidentialité des délibérations. Se pose la question de la relation entre services d’archives et universités. Comment communiquer ces documents publics, et perçus comme d’intérêt public, la frontière étant parfois floue avec l’atteinte à la vie privée ?

Durant le débat qui suit, est soulevée la question de la saisine de la Commission d’accès aux documents administratifs. L’intervenante n’exclut pas d’y avoir recours, mais reste optimiste quant à la consultation de ces documents face aux refus officieux, aux réticences des universités.

____________________

1. Le rectorat missionne un représentant qui prend note du déroulement des conseils d’administration.