Archives de catégorie : Histoire des pratiques

Les centres d’archives de communautés en France. Un premier panorama, par la promotion 2020-2021 du master Archives d’Angers

À l’occasion de la XIXe journée d’archivistique d’Angers, placée sous le thème des community archives, les étudiant.es en seconde année du master Archives de l’université d’Angers, représenté.es par Lucile Garreta, Carole Houzé et Mia Viel, ont dressé un panorama des centres d’archives de communautés en France et proposé une première analyse afin d’identifier les éventuelles spécificités inhérentes au cas français. Continuer la lecture de Les centres d’archives de communautés en France. Un premier panorama, par la promotion 2020-2021 du master Archives d’Angers

La vidéo au service du matrimoine audiovisuel féministe (des années 70 à aujourd’hui)

Par Alexandra Bonnault et Rachel Guérin

Nicole Fernandez Ferrer, déléguée générale du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir à Paris, est intervenue à l’occasion de la XIXe journée d’archivistique d’Angers pour présenter le Centre ainsi que l’usage de la vidéo pour la conservation et la promotion du matrimoine audiovisuel féministe, des années 1970 à aujourd’hui. Continuer la lecture de La vidéo au service du matrimoine audiovisuel féministe (des années 70 à aujourd’hui)

Les archives orales à l’épreuve de l’histoire des contestations étudiantes des “années 1968” : éléments pour une archivistique de la mémoire

Par Jean-Philippe Legois, doctorant en archivistique

La mémoire, les mémoires deviennent objet de recherche, sujet de thèses (Sophie Gebeil, Jean Hentzgen, Sébastien Ledoux, Philippe Mezzasalma, David Michon, Charlotte Moge, Martin Mourre, Simon Perego, Benjamin Tremblay, pour ne prendre que quelques-unes des thèses d’histoire contemporaine des 6 dernières années), de séminaires (signalons notamment le séminaire « Approches contemporaines de la mémoire » du Rize, de revues (Mémoires, Mémoires en jeu, Conserveries mémorielles), voire de champs de recherche (Memory studies). Continuer la lecture de Les archives orales à l’épreuve de l’histoire des contestations étudiantes des “années 1968” : éléments pour une archivistique de la mémoire

PROGRAMME 2021-2022 DU SÉMINAIRE ALMA

Séance 1 : vendredi 15 octobre 2021 de 15h00 à 18h00, La Passerelle

Bénédicte Grailles (Université d’Angers, TEMOS), Jean-Philippe Legois (Cité des mémoires étudiantes), Anne Klein (Université Laval, Québec), Annaëlle Winand (Université Laval, Québec) : Autres archives, autres histoires : Les archives d’en bas au Québec et France. Réflexions croisées autour d’un programme de recherche.

Séance de séminaire conjointe entre l’Université d’Angers et l’Université Laval.

Séance 2 : vendredi 19 novembre 2021 de 10h00 à 12h00 salle Germaine-Tillion de la Maison de la recherche Germaine-Tillion,

Céline Guyon (présidente de l’Association des archivistes français), S’engager pour le droit des citoyens

Séance 3 : vendredi 28 janvier 2022 de 15h00 à 18h00 salle Germaine-Tillion de la Maison de la recherche Germaine-Tillion,

Simon-Olivier Gagnon, Les archives de radios communautaires ;
Geneviève Falardeau, La conservation des archives des musiques populaires ;
Juliette Hascoët, Archives, art et identité(s) sourde(s). Les archives artistiques de la communauté sourde à travers l’International Visual Theatre ;
Marguerite de Billy, Les archives du scoutisme en Fran ce : identité et mouvements de jeunesse et d’éducation

Lien vers le billet

Séance de séminaire conjointe entre l’Université d’Angers et l’Université Laval.

Damien Hamard : réguler, légitimer, s’affirmer. L’Association des archivistes français au cœur des réseaux professionnels en France

Damien Hamard est directeur-adjoint de la Bibliothèque et des archives de l’Université d’Angers. Docteur en archivistique, il présente  l’ouvrage issu de sa thèse Des paléographes aux archivistiques, l’Association des archivistes français au cœur des réseaux professionnels (1970-2010) lors de la séance du séminaire Alma du 8 janvier 2021.

Damien Hamard commence par caractériser la période du point de vue des archivistes et de l’Association des archivistes français (AAF). Il dresse le portrait d’une profession uniforme en 1970, qui correspond à un système archivistique français traditionnel, composé d’une seule voie de formation (l’Ecole nationale des chartes) et d’une association : l’AAF.  Des évolutions sont tout de même perceptibles dès cette période : évolutions de la société – entre transparence et secret –, effervescence technologique avec les premières réflexions autour de l’usage de l’informatique et émergence d’un dispositif législatif caractérisé par la loi de 1979. La décentralisation opérée au début des années 1980 conduit à une extension du périmètre de la « fonction archives », et donc à la création de nouveaux services d’archives et de formations universitaires répondant aux besoins de nouveaux professionnels. Apparaît alors une double dichotomie dans la profession, entre vision gestionnaire et vision patrimoniale du métier, aide à la gouvernance et missions culturelles, posant la question du mandat de la profession.

Continuer la lecture de Damien Hamard : réguler, légitimer, s’affirmer. L’Association des archivistes français au cœur des réseaux professionnels en France