Archives par mot-clé : Archive ouverte

Le portail « Sauvegarde de la parole sarthoise » : un exemple de collaboration par Franck Pohu

Par Marion Ferrer et Marine Gaudin

Franck Pohu est responsable d’archivage et de valorisation audiovisuelle au sein de la radio associative Fréquence Sillé depuis 1999. Il porte le programme « Sauvegarde de la parole sarthoise » depuis 2003.

Ce programme a débuté en 2003 à la suite de la prise de conscience au sein de Fréquence Sillé, la radio du Pays de la Haute Sarthe, de la richesse du patrimoine immatériel du département de la Sarthe. La radio avait la réelle volonté d’associer dans ce travail des institutions, des associations et des chercheurs afin de mener ce projet. Ainsi, une équipe variée s’est mise en place, chaque membre ayant des compétences précises. S’y retrouvent des historiens, sociologues, anthropologues ou ethnologues, des associations, des artistes locaux, des passionnés du son mais aussi les archives départementales de la Sarthe qui ont un rôle central car elles reçoivent tous les documents sonores, mettent à disposition une plate-forme technique et peuvent accueillir des dons ou dépôts d’archives papier complémentaires. Fréquence Sillé et le conseil général de la Sarthe ont d’ailleurs organisé leurs apports respectifs dans une convention.

Cette activité collaborative a permis de mettre en place un programme solide en termes d’archivage (collecte, indexation, classement) mais aussi de transmission, avec notamment la création, en 2009, d’un site Internet. Par ce programme, la Sarthe est devenue le premier département français à proposer par Internet des documents audiovisuels à caractère patrimonial1. Au fil du temps, de nouveaux partenaires très différents se sont greffés, chacun partageant son expérience au profit des autres. Chaque projet permet d’ailleurs de mettre en place ou de réactiver des relais. 

« Sauvegarde la parole sarthoise » cherche à collecter, à exploiter et archiver l’ensemble du patrimoine immatériel de la Sarthe (musiques, danses, chansons, coutumes et traditions, etc). Les thèmes de collecte se décident d’un accord commun entre les partenaires. Au terme des collectes, les documents sonores sont conservés aux Archives départementales de la Sarthe et sont accessibles gratuitement sur le site Internet. sauvegarde_parole_sarthoise_20140224Chaque enregistrement sonore est accompagné d’informations de description (l’interprète, la durée, le titre, le sujet, les dates et lieux d’enregistrement, des ressources complémentaires). Selon Franck Pohu, cette technique de présentation garantit un côté convivial au lecteur. Ces contextualisations sont réalisées non pas par les internautes mais par des professionnels dans un souci de présenter un haut degré de fiabilité. De plus, chaque enregistrement fait l’objet d’une indexation (outil d’indexation fullweb) et d’un découpage chrono-thématique. Ainsi, l’enregistrement est fractionné en séquences donnant la description du contenu du son entre deux marqueurs temporels (utilisation du logiciel transcriber). Le tout est entreposé selon le protocole OAI-PMH, assurant l’interopérabilité.

En 2013, le site Internet a compté 25 000 visites pour un total de 500 h d’enregistrement, le nombre de visiteurs ne cessant de s’accroître. La réussite du portail se mesure aussi à la forte adhésion des partenaires (partenariat avec INA Ouest dernièrement). Le site est néanmoins vieillissant et il mériterait d’être repensé avec les évolutions techniques actuelles.

L’expertise acquise est reconnue. Franck Pohu a ainsi assuré l’animation de formation à la collecte de témoignages mais aussi à l’indexation pour des radios associatives en France et en Europe.

 _________________________________

1. Pour une mise en perspective régionale, Bénédicte Grailles, Patrice, Marcilloux, « Créer un patrimoine : la collecte de sons, d’images et de paroles », Les nouveaux patrimoines en Pays de la Loire, Presses universitaires de Rennes, coll. Art et société, Rennes, 2013, p. 631-644.

 

Archives ouvertes, la communication scientifique pérenne, une communication de Christine Berthaud

Par Camille Olivier et Natacha Potéreau

Christine Berthaud, ingénieure de recherche, est directrice du Centre pour la communication scientifique directe (CNRS) depuis 2011 et représente la France au niveau européen sur les questions d’open access.

Le libre accès, en édition numérique, consiste à mettre à disposition du public des contenus numériques en ligne, notamment des revues scientifiques. Le développement de l’open access au niveau international résulte de plusieurs facteurs : économique avec l’augmentation des tarifs d’abonnement  ; technique (serveurs ftp, web et services associés) et social avec de nouvelles pratiques et de nouveaux besoins de partage de ressources entre chercheurs et informaticiens. Les enjeux de l’open access sont multiples : recenser les productions scientifiques tout en les pérennisant ; augmenter leur visibilité et leur notoriété. C’est lors de la convention de Santa Fe en 1999 qu’est formalisée la notion d’interopérabilité avec la création de l’Open Archive Initiative, entraînant la mise au point en 2000 de l’OAI-PMH (Open Archive Initiative- Protocol for Metadata Harvesting), puis la définition de l’accès ouvert à Budapest en 2002, selon deux voies. Une première voie, dite « voie dorée », vise à promouvoir les revues en libre accès fondées sur de nouveaux modèles économiques. Une seconde voie, dite « voie verte » s’appuie sur le dépôt de documents sur des serveurs d’archives par auto-archivage.

bandeau_HAL_20140217

Le serveur HAL est un modèle d’open access, qui permet à des chercheurs de déposer des articles et manuscrits dans une base en libre accès. Ce serveur est une plate-forme qui propose l’accessibilité aux textes intégraux, préserve un niveau scientifique homogène et de qualité, offre une meilleure visibilité à l’international et garantit l’archivage à long terme. Sur HAL, on peut créer des portails en développant des vues spécifiques et en ajoutant des métadonnées spécialisées. Il en existe d’ailleurs 83. On peut également créer des collections. Hal utilise des référentiels : référentiel interne (concerne les laboratoires et les institutions), nomenclature des domaines scientifiques (au maximum deux niveaux arborescents pour une trentaine d’items par discipline), typologie des documents, référentiels des contrats ANR ou européens… Un « document » dans une archive ouverte, c’est une ou plusieurs versions comprenant chacune un ou plusieurs formats du même fichier, une notice descriptive, un identifiant pérenne (url stable et simplifié qui permet une citation numérique fiable), éventuellement des annexes. HAL se situe entre le rang 3 et le rang 5 du palmarès des serveurs d’archive ouverte mondiaux : 273 530 articles scientifiques, plus de 600 000 auteurs référencés1.

L’open access est en constante évolution, tout en étant au cœur de la qualité de la publication.

statistiques_HAL_20140217_22h32
Dépôts dans HAL au 17 février 2014, 22 h 32

1. À la date de la communication.