Archives par mot-clé : Archives familiales

Les papiers de famille aujourd’hui, objets de mémoire et supports de recherche

Par Anne-Sophie Boisselet

Anne-Sophie Boisselet, Les papiers de famille aujourd’hui, objets de mémoire et supports de recherche. Les archives familiales au service de la généalogie, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2014, 75 p. as_boisselet_couv

Les papiers de famille joue un rôle dans la mémoire familiale ; ils font partie d’un héritage intergénérationnel matériel et constituent des marqueurs historiques constitutifs de l’histoire d’un groupe de parenté, un outil d’affirmation et de construction identitaire. Matérialisation d’un patrimoine familial, ils sont conservés pour permettre à la génération suivante de s’y référer. Sources de première main car leur origine les rend incontestables, ils peuvent être mobilisés et exploités à des fins généalogiques.

L’étude proposée dans le cadre de ce mémoire se concentre sur un cas particulier, celui de Louise, âgée de 80 ans1. Louise a dans un premier temps réalisé la généalogie ascendante de sa lignée maternelle, commencée à la suite du décès de sa mère, comme une forme d’hommage filial. C’est à la suite d’un concours de circonstance qu’elle découvre des papiers de sa famille paternelle chez un cousin. Depuis 20 ans, elle exploite ces documents qu’elle s’est très progressivement vu confier, documents qu’elle s’efforce de lire et d’analyser et qu’elle croise avec des enquêtes et des photographies prises sur le terrain pour réaliser divers arbres généalogiques et dossiers2.

Le mémoire tente d’expliciter les motivations de cette généalogiste face à l’utilisation de ces documents3. L’objectif est de mettre en exergue l’aspect pensé et réfléchi de la conception d’un récit généalogique, influencé par les motivations et aspirations du généalogiste. L’étude de cas montre que la posture de mémorialiste familial permet d’acquérir une position spécifique dans le groupe de parenté4. Elle montre aussi l’importance du caractère influant de l’affect dans la conduite d’une recherche généalogique. Qu’il s’agisse de procédés conscients ou inconscients, les affects, indissociables de l’enquête généalogique, donnent lieu à une généalogie « choisie » qui pose alors la question de l’objectivité du travail achevé et transmis.
____________________________________

1. Louise est célibataire. Ses parents ont divorcé lorsqu’elle était jeune adulte.

2. Sur la question de l’écriture et la réécriture du récit généalogique, Sylvie Sagnes, « De terre et de sang : la passion généalogique », Terrain, revue d’ethnologie de l’Europe, n° 25, 1995 ; « Cultiver ses racines. Mémoires généalogiques et sentiment d’autochtonie », Éthnologie française, n° 34, 2004 ; « Faire saigner ses racines : archives et généalogie », À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses, dans Patrice Marcilloux, sous la dir. de, Angers, Presses universitaires d’Angers, 2009.

3. Il se situe en cela dans la suite de divers travaux : Anne Muxel, Individu et mémoire familiale, Paris, Nathan, 1996 ; Chantal Rodet, Yves Grafmeyer, sous la dir. de, Le récit généalogique. Conditions et enjeux d’une production, Université Lumière Lyon 2, 2003 ; Patrice Marcilloux, Les ego-archives : traces documentaires et recherche de soi, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

4. Patrice Cuynet, « La passion ancestrale. Qu’est-ce qui fait courir le généalogiste ? », Le Divan familial, n° 6, 2001.

Les archives personnelles, valeur, mémoire, émotions. Les archives d’une famille déracinée

Par Marine Vautier

Marine Vautier, Les archives personnelles, valeur, mémoire, émotions. Les archives d’une famille déracinée, Angers, mémoire de recherche du master 1 Histoire, Document (métiers des archives), 2013, 68 p.

Les archives privées et en particulier les archives personnelles ont longtemps été ignorées. Aussi nombreuses qu’il y a d’individus, elles ont progressivement trouvé leur place dans la société et ses institutions en tant que complément nécessaire des archives publiques. Aujourd’hui, il est admis que les archives personnelles sont indispensables pour mesurer l’importance, la complexité et les conséquences des guerres et grands événements politiques.

 Les archives personnelles possèdent de multiples facettes, mais peuvent aussi être considérées sous des angles divers : celui de l’marine_vautier_page_couverturearchiviste, celui de l’historien mais aussi ceux d’autres spécialistes de sciences humaines et sociales (sociologues, ethnologues par exemple). Ces différents regards aident à éclairer un point fondamental et central dans ce mémoire : pourquoi une personne ou une famille conserve-t-elle des archives ? Que représentent les documents pour traverser ainsi les années, être transmis de générations en générations ? Le cas étudié, celui d’une famille soumise aux aléas de l’histoire, ballottée d’exils en déracinements, est particulièrement éclairant. Alors que toutes les conditions étaient réunies pour que les documents disparaissent, ceux-ci ont au contraire fait l’objet d’une attention soutenue, d’un soin constant, suivant la famille au gré des pays et des kilomètres. Qu’est-ce qui fait survivre ces documents pourtant les plus exposés aux détériorations, éliminations et destructions jusqu’à constituer un musée familial ?

 L’étude s’est appuyée conjointement sur une cartographie précise de ces objets d’affection1, mettant en relation les documents, leurs contenus et leurs supports avec leur mise en scène dans l’espace familial, des pièces de sociabilité aux pièces de l’intimité, et sur des entretiens non directifs.

 Le cas des archives de cette famille le prouve de manière très nette, la raison d’être de ces documents réside dans l’émotion qu’ils ravivent et contiennent auprès de leurs possesseurs. Les archives familiales sont le résultat d’un contexte social et historique particulier, d’une subjectivité individuelle et du lien émotif qui résulte de la rencontre des deux. Elles sont un enjeu familial central car elles incarnent la transmission intergénérationnelle.

___________________________________

1. Nous reprenons ici l’expression de Véronique Dassié (Objets d’affection, une ethnologie de l’intime, Paris, éditions du comité des travaux historiques et scientifiques, 2010).