Archives par mot-clé : Archives militantes

Programme 2012-2013 (second semestre)

Séance 1 : vendredi 18 janvier 2013 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Bénédicte Grailles (Université d’Angers) : « Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes ».

Séance 2 : vendredi 22 février 2013 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Véronique Sarrazin (Université d’Angers) : « Les dons à la bibliothèque municipale d’Angers au XIXe siècle : intentions et réception ».

Séance 3 : vendredi 15 mars 2013 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Travaux d’étudiants

 

Toutes les séances ont lieu à la maison des sciences humaines d’Angers, boulevard Lavoisier.

En savoir plus sur le thème du séminaire, ici.

Projet de recherche sur le don d’archives

Si l’acte de don est une « prestation effectuée sans garantie de retour en vue de nourrir le lien social »[1], y-a-t-il une spécificité du don appliqué aux archives ?  Que signifie pour collecteurs de fonds, donateurs et surtout donatrices cette interaction ? Qui donne ? Pourquoi donne-t-on ? Que donne-t-on ?

‘I wanna hold your hand’ par Josep Ma. Rosell

Nous avons tenté de fournir un premier éclairage sur cette question, en interrogeant un type particulier d’archives, celles issues d’une activité militante. À travers l’étude d’un cas précis, celui du Centre des Archives du féminisme, il s’agit de confirmer ou non le caractère opératoire des théories générales du don et à dégager quelques spécificités. Ces données doivent être croisées avec les modalités de collecte des fonds, la nature des initiatives – privées ou publiques -, et l’existence ou non de politiques de collecte. À partir des éléments réunis, des pistes de réflexion s’offrent à l’archiviste quant au périmètre des fonds à collecter ou sur les méthodes de collecte et de description : capter des parcours de vie, les accumuler, pour que dans leur lecture croisée se reconstruise une visibilité et tenir compte des spécificités typologiques de ces fonds que la normalisation de l’évaluation et de la description archivistiques tend à banaliser voire à dévaloriser. Au-delà, ce projet doit permettre tout à la fois de confirmer l’intérêt de politiques spécifiques de collecte en archives mais aussi d’améliorer et de mieux documenter l’instant de la collecte en vue du traitement et de l’exploitation ultérieurs.

 

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

 


[1] Godbout (Jacques), en collaboration avec Alain Caillé, L’Esprit du don, Paris, La Découverte, 1992, 344 p., p. 32.

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

 

Cadre d’intervention

Entre décembre 2009 et mars 2010, les étudiants du master 2 Histoire et métiers des archives de l’université d’Angers ont rassemblé, encadré par l’équipe d’ALMA, des témoignages de donatrices et de collectrices de fonds d’archives féministes. L’étude cherche à éclairer les motivations et les ressorts qui conduisent au don par des entretiens avec des donateurs et des collecteurs d’archives, dans le contexte spécifique des archives féministes entre « silences de l’histoire » et déficit de conservation des traces (M. Perrot, 1998[2]) voir refus de la transmission (C. Bard, 2006[3]).  Les étudiants du master Archives de l’université d’Angers (option valorisation du patrimoine) promotion 2009-2010 ayant contribué au projet sont : Camille Bernard, Blandine Chincholle, Christèle Chevalier, Pierre-Michel David, Thibaud Deshaies, Sybille Gardelle, Maïlys Leyoudec, Gwennan Raulo, Claudia Ricou.

Le lieu de l’enquête

 

Fonds conservés au Centre des archives du féminisme. © B. Grailles

 

L’étude de cas a porté sur les dons aboutis ou non au centre des archives du féminisme (CAF). Ce centre est né dans des conditions particulières et témoigne d’une construction originale[4]. À l’origine du projet, une association Archives du féminisme qui s’est elle-même constituée pour faire face à un cas exceptionnel, celui du fonds d’archives de Cécile Brunschvicg. Cécile Brunschvig[5], secrétaire nationale puis présidente de l’Union Française pour le Suffrage des Femmes, présidente de de la section Travail du Conseil National des Femmes Françaises, directrice de l’hebdomadaire féministe La Française, fait partie des premières femmes au gouvernement, appelée par Léon Blum comme sous-secrétaire d’Etat à l’Education nationale en 1936. Son fonds d’archives comme celui de son mari le philosophe Léon Brunschvicg aujourd’hui conservé à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, est spolié en juin 1940 puis saisi  par l’Armée rouge et emporté à Moscou, disparu pendant des décennies et restitués au propriétaire légitime en 2000[6].   La famille Baruch cherche alors à rendre le fonds Cécile Brunschvicg acccessible ; elle se tourne tout naturellement  vers la seule institution de conservation clairement identifiée comme centre de ressources féministes, la bibliothèque Marguerite Durand (BMD) . Faute de place, celle-ci ne peut accueillir les 45 cartons du « fonds russe » n° 280[7].  Christine Bard, enseignante, chercheuse et féministe, initie alors l’association et trouve à Angers où elle enseigne une conjonction favorable : un lieu de recherche en histoire des femmes et du féminisme, une bibliothèque universitaire sensibilisée à la question des fonds spécialisés avec un directeur soutenant le développement d’une politique de collecte, et  une formation en archivistique capable de fournir une expertise. La collaboration est formalisée par une convention le 4 octobre 2000 renouvelée le 26 avril 2007 pour cinq ans. Le CAF est officiellement inauguré le 18 juin 2001. L’association Archives du féminisme assure le repérage des fonds. Le rythme de collecte du CAF est d’environ deux à trois fonds par an, ce qui correspond aux capacités de traitement et permet d’assurer leur mise à disposition rapide. Les fonds collectés sont de deux ordres : des fonds associatifs et des fonds personnels. Le CAF se prête bien à une étude de cas de par sa spécialisation très claire et son volume de collecte, modeste au regard d’autres institutions, mais régulier.

Les personnes interrogées

Ont été sollicitées des donatrices de fonds et des personnes qui ont été amenées à initier ou participer à des collectes de fonds d’archives. Le croisement des différents itinéraires a été interrogé pour analyser les facteurs favorables et défavorables dans l’aboutissement du don. Il s’agissait aussi de s’interroger sur l’après-don. La transaction est-elle close après l’arrivée des documents ou continue-t-elle et sous quelle(s) forme(s) ? L’objectif de représentativité du corpus était bien entendu espéré au regard des personnes mais aussi au regard des documents confiés. Sept entretiens au final ont été menés.

Outils élaborés

Un module de présentation, conçu avec la chaîne éditoriale Opale et en xml  avec l’aide méthodologique du STIC et de Thomas Desserey, est proposé ici dans une version html. Vous y trouverez une présentation détaillée du projet, ainsi que tous les outils méthodologiques (guides d’entretien, contrat de communication, contrat d’abandon de droit, fiches méthodologiques). Les entretiens ont fait l’objet d’inventaires chronothématiques accessibles aussi par ce module.

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

 

 

 


[1] GODBOUT (Jacques), en collaboration avec Alain CAILLÉ, L’Esprit du don, Paris, La Découverte, 1992, 344 p., p. 32.

[2] PERROT (Michelle), Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, XVI-494 p.

[3] BARD (Christine), METZ (Annie), NEVEU (Valérie), dir., Guide des sources de l’histoire du féminisme de la Révolution française à nos jours, PUR, Archives du féminisme, 2006, 442 p., p. 13.

[4] GRAILLES (Bénédicte), “Collecter et rendre visible les archives du féminisme : une action en réseaux”, Les archives des syndicats et des mouvements sociaux, La Gazette des archives, n° 221, année 2011-1, p. 173-185, illustrations p. XVIII-XIX.

[5] Sur Cécile Brunschvig, on se reportera aux travaux et interventions de Cécile Formaglio : position de thèse de l’Ecole des chartes, intervention dans Femmes, une histoire en mouvement, 8 mars 2008,  article dans histoire@politique, n° 1, mai-juin 2007.

[6] CŒURÉ (Sophie), La mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Paris, Éditions Payot & Rivages, 2007, 270 p.

[7] BARUCH (Marc-Olivier),  Archives du féminisme, n° 2, été 2001, p. 10.