Archives par mot-clé : Archives privées

Journées d’étude Archives d’en bas – 9 et 10 juin – Matri·patrimoines archivistiques et matri·patrimonialisation

Ces journées d’étude s’inscrivent dans le cadre du programme de recherche québéco-français Autres archives, autres histoires : les archives d’en bas au Québec et en France qui vise à proposer une approche différente, comparative et non institutionnelle des relations entre archives et pouvoir et à penser autrement les modalités d’émergence et d’animation de projets d’archivage alternatifs qui mettent en cause, de manière parfois radicale, les pratiques archivistiques des institutions. Cette première session propose de s’intéresser à la patrimonialisation d’archives en dehors des institutions archivistiques. 

Maison de la recherche Germaine-Tillion
Université d’Angers
5 bis boulevard Lavoisier
49000 Angers (France)

Université Laval
Pavillon J.-A. DeSève
Local 3241
1025, avenue des Sciences-Humaines 
Québec (Québec) G1V 0A6

En présentiel ou en visioconférence sur inscription

 CliquezProgramme

Programme téléchargeable

9 JUIN

[en rouge, les horaires en France, en vert, les horaires au Québec]

14h30 / 8h30 Accueil

14h45/ 8h45 Ouverture par Anne Klein

15h00/ 9h00 Séance 1 (présidence Annaëlle Winand)

De la compensation de l’absence à l’archivistique de la réparation

Un archiviste ad hoc, entre archives radiophoniques et archives orales. Le cas de Robert Dubé et du journal Le Canada (1903-1954) par Simon-Olivier Gagnon, doctorant à l’université Laval (Québec)

D’une recherche universitaire à une collecte militante. Filmer les témoignages de féministes de Bretagne, du Pays-de-la-Loire et de la Réunion par Marine Gilis, doctorante à l’université d’Angers (France)

Vers une matrimonialisation des archives du web militant lesbien ? Par Léna Bouillard, masterante à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (France)

Fragments et fragmentations archivistiques : Entre mécaniques coloniales et réinstitutionnalisation des archives par François Dansereau, chargé de cours à l’École des sciences de l’information de l’Université McGill (Québec)

Discussion

Pause 15 min

17h00 / 11h00 Séance 2 (présidence Jean-Philippe Legois)

Des mémoires familiales et de leurs transmissions

Parcours d’archives : de la correspondance ordinaire à la mémoire familiale. L’exemple des archives de la famille Sansoucy-Harpin par Valérie Bouchard, stagiaire post-doctorale à l’université de Saint-Boniface (Manitoba)

Les archives Fratellini ou les poupées gigognes de la patrimonialisation d’un pan de l’histoire du cirque par Émeline Rotolo, chargée d’études documentaires aux Archives nationales (France)

Discussion

Fin de la première journée 18h15 / 12h15

10 juin

15 h / 9 h Séance 3 (présidence Bénédicte Grailles)

Des associations aux institutions patrimoniales : le chemin ambigu de l’institutionnalisation

Une patrimonialisation en marche : Le Centre national des Archives de l’Eglise de France. Sauvegarde et valorisation de la mémoire catholique contemporaine par Élisabeth Verry, conseillère pour les archives auprès de la Conférence des évêques de France et directrice honoraire des archives départementales de Maine-et-Loire (France)

Les archives de l’immigration et des migrant·e·s, des archives en friche ? L’exemple francilien par Pierre Marchandin, conservateur du patrimoine à la direction des Archives du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (France)

Les associations de lutte contre le sida et leurs archives : des archives d’en bas ? Par Magalie Moysan, maîtresse de conférences en archivistique à l’université d’Angers (France)

De l’association Sida-Mémoires à l’entrée d’Act Up-Paris aux Archives nationales : comment la lutte contre le VIH/sida est devenue “objet à conserver” (1997-2018) par Renaud Chantraine, post-doctorant à Aix-Marseille Université (France)

17h00 / 11h00 Conclusions (Yvon Lemay, Patrice Marcilloux)

Retrouvez l’appel à communications.

Plus d’informations sur le programme.

 

Continuer la lecture de Journées d’étude Archives d’en bas – 9 et 10 juin – Matri·patrimoines archivistiques et matri·patrimonialisation

Les archives d’en bas au Québec et en France, séminaire du 28 janvier 2022

Cette séance de séminaire s’intègre dans le programme de recherche québéco-français Autres archives, autres histoires : les archives d’en bas au Québec et en France, dans le cadre duquel sera organisée prochainement une journée d’études (appel à communications ouvert jusqu’au 17 mars)

Comme le souligne Anne Klein en introduction de la séance, l’archivistique francophone – largement institutionnelle – prend peu en compte les initiatives d’archivage alternatif. Ce programme de recherche vise donc à observer ces démarches, caractériser les pratiques non-professionnelles et le rôle des archivistes, de métier ou non, dans ces initiatives. Les quatre intervenants du jour présentent  donc leurs projets de recherche qui, dans leurs contextes très différents, offrent une vue sur les processus d’archivage alternatif.

Continuer la lecture de Les archives d’en bas au Québec et en France, séminaire du 28 janvier 2022

Les archives au service de l’histoire et la mémoire des migrations, table ronde

Par Camille Rouffaud

La table ronde animée par Magalie Moysan, maîtresse de conférences en archivistique à l’Université d’Angers, dans le cadre de la XIXe journée d’archivistique d’Angers, donnait la parole à Samia Chabani, déléguée générale de l’association Ancrages, Histoires et mémoires des migrations à Marseille, et Johan Hiriart, chargé de mission et de développement auprès des publics au Rahmi, Réseau des acteurs de l’histoire et de la mémoire de l’immigration en Nouvelle-Aquitaine. Le sujet de cette table ronde portait sur la question des archives au service de l’histoire et la mémoire des migrations. Continuer la lecture de Les archives au service de l’histoire et la mémoire des migrations, table ronde

Archiver Charlie : collecte émotionnelle ou rationnelle ? par Cyril Longin, directeur des Archives de Saint-Etienne

Par Adelaïde Laloux

Cyril Longin, directeur des archives municipales de Saint-Etienne, inscrit d’emblée son intervention dans le cadre du séminaire Alma du 10 novembre 2017 sur la collecte du mémorial éphémère de sa ville suite aux attentats de janvier 2015, dans une réflexion sur l’émergence de problématiques professionnelles inédites. Par rapport à ce contexte, l’intervenant rend compte de son point de vue mais également des questionnements sur le rôle de l’archiviste, sur la nature des archives et sur le traitement du corpus. Continuer la lecture de Archiver Charlie : collecte émotionnelle ou rationnelle ? par Cyril Longin, directeur des Archives de Saint-Etienne

Séminaire 2016-2017

Séance 1 : vendredi 7octobre 2016 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MRGT d’Angers

Valérie Neveu (Université d’Angers), L’indexation des sujets en bibliothèques est-elle influencée par la demande sociale ?

Séance 2 : vendredi 4 novembre 2016 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MRGT d’Angers

Julien Mathieu (responsable des archives communales et communautaires de Valence Romans Sud Rhône-Alpes), Le projet de charte de collecte d’archives privées aux archives municipales et communautaires de Valence (Drôme)

 

La politique de collecte et de traitement des fonds d’associations dans les services publics d’archives (de 1870 à aujourd’hui). Le cas des Archives départementales de Maine-et-Loire

Par Marina Kounkou-Kekolo

Marina Kounkou-Kekolo, La politique de collecte et de traitement des fonds d’associations dans les services publics d’archives (de 1870 à aujourd’hui). Le cas des Archives départementales de Maine-et-Loire, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2014, 99 p.

On sait que les archives privées sont entrées très progressivement dans les services publics d’archives1, l’enregistrement dans le cadre de classement des archives départementales n’intervenant au demeurant qu’avec la mise en place de la série J par la circulaire du 15 avril 1944. Au sein des archives privées, on distingue habituellement des catégories différentes2 : papiers de famille, archives d’entreprise, archives d’hommes politiques ou encore archives d’association.

Concernant ces dernières, on constate que la chronologie de la collecte est différente. La question se pose vraiment avec l’augmentation du nombre d’associations. S’il existait déjà des associations et des sociétés savantes au XIXe siècle, c’est la loi de 1901 qui permet leur multiplication. Elles investissent progressivement des champs et des rôles nouveaux dans la société. Leur nombre augmente au fil du XXe siècle et ne décroit pas.

La plupart des associations sont productrices d’archives privées. Certaines assurant des missions de service public sont également productrices d’archives publiques. L’élargissement de leurs compétences conjugués à de possibles fonds mixtes éveillent l’intérêt des archivistes.

L’intérêt de ce mémoire de Master 1 est d’étudier la collecte et le traitement des fonds d’association au d’un service départemental d’archives – celui de Maine-et-Loire – pour en découvrir les particularités et les évolutions.

nombre_fonds_ad_49
Répartition des fonds associatifs dans le cadre de classement aux archives départementales de Maine-et-Loire

C’est en 1970 que le premier fonds entre dans le service. Le rythme de collecte a d’abord été lent pour s’accélérer à partir de 1996 : 17 fonds entre 1970 et 1995, 49 fonds depuis 19953.

typologie_ir
Typologie des instruments de recherche couvrant les fonds associatifs aux archives départementales de Maine-et-Loire

communicabilité
Conditions de communicabilité des fonds associatifs aux archives départementales de Maine-et-Loire

Pour compléter les fonds, les archives départementales ont mis en place depuis quelques années une collecte complémentaire de témoignages oraux. On notera parallèlement qu’un effort important est produit pour traiter rapidement les fonds. Le traitement et le classement de ces fonds commencent d’ailleurs aujourd’hui souvent avant l’entrée définitive dans le service. En effet un premier récolement est effectué dans l’association pour sélectionner et déménager les documents dans de bonnes conditions. Les fonds les plus consultés ces dernières années sont des fonds entrés et classés récemment. Il s’agit des fonds de l’Association pour la promotion et l’intégration dans la région d’Angers (APTIRA, 247 J et 25 Av), de l’Amicale des anciens élèves de Combrée (273 J, 70 ml), de l’Association pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (ASEA, 321 J, fonds mixte). On notera que ces fonds recèlent tous des dossiers individuels.

 __________________________________

1. NOUGARET (Christine), « Les Archives de France et les écrits du for privé, un lent apprivoisement », dans CASSAN (Michel), BARDET (Jean-Pierre), RUGGIU (François-Joseph), Les écrits du for privé, objets matériels, objets édités, Limoges, 2007, p. 15-25.

2. NOUGARET (Christine), EVEN (Pascal), Les archives privées, manuel pratique et juridique, Paris, La documentation française, 2008, 204 p.

3. Ont été exclus de ce décompte les papiers isolés et petits fonds constituant la sous-série 1 J.