Archives par mot-clé : Archives privées

Programme 2013-2014

Séance 1 : vendredi 25 octobre 2013, 10 h.

KAREN TAÏEB, responsable du service archives du Mémorial de la Shoah :
« Confiez-nous vos archives », la politique d’appel aux dons du Mémorial de la Shoah.

Séance 2 : vendredi 15 novembre 2013, 10 h.

CLAUDE ZURCHER, responsable éditorial de www.notrehistoire.ch. : Partager ses archives familiales : l’exemple de la plateforme www.notrehistoire.ch.

Séance 3 : vendredi 17 janvier 2014, 10 h.

MICHEL CHOMARAT, chargé de mission Mémoire à la ville de Lyon : L’homosexualité dans les collections de la bibliothèque de Lyon.

Séance 4 : vendredi 21 février 2014, 10 h.

ÉLISABETH VERRY, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire : La grande collecte 14-18 en Maine-et-Loire.

Lieu : MSH d’Angers, salle Germaine Tillion.

 

 

 

Les archives personnelles, valeur, mémoire, émotions. Les archives d’une famille déracinée

Par Marine Vautier

Marine Vautier, Les archives personnelles, valeur, mémoire, émotions. Les archives d’une famille déracinée, Angers, mémoire de recherche du master 1 Histoire, Document (métiers des archives), 2013, 68 p.

Les archives privées et en particulier les archives personnelles ont longtemps été ignorées. Aussi nombreuses qu’il y a d’individus, elles ont progressivement trouvé leur place dans la société et ses institutions en tant que complément nécessaire des archives publiques. Aujourd’hui, il est admis que les archives personnelles sont indispensables pour mesurer l’importance, la complexité et les conséquences des guerres et grands événements politiques.

 Les archives personnelles possèdent de multiples facettes, mais peuvent aussi être considérées sous des angles divers : celui de l’marine_vautier_page_couverturearchiviste, celui de l’historien mais aussi ceux d’autres spécialistes de sciences humaines et sociales (sociologues, ethnologues par exemple). Ces différents regards aident à éclairer un point fondamental et central dans ce mémoire : pourquoi une personne ou une famille conserve-t-elle des archives ? Que représentent les documents pour traverser ainsi les années, être transmis de générations en générations ? Le cas étudié, celui d’une famille soumise aux aléas de l’histoire, ballottée d’exils en déracinements, est particulièrement éclairant. Alors que toutes les conditions étaient réunies pour que les documents disparaissent, ceux-ci ont au contraire fait l’objet d’une attention soutenue, d’un soin constant, suivant la famille au gré des pays et des kilomètres. Qu’est-ce qui fait survivre ces documents pourtant les plus exposés aux détériorations, éliminations et destructions jusqu’à constituer un musée familial ?

 L’étude s’est appuyée conjointement sur une cartographie précise de ces objets d’affection1, mettant en relation les documents, leurs contenus et leurs supports avec leur mise en scène dans l’espace familial, des pièces de sociabilité aux pièces de l’intimité, et sur des entretiens non directifs.

 Le cas des archives de cette famille le prouve de manière très nette, la raison d’être de ces documents réside dans l’émotion qu’ils ravivent et contiennent auprès de leurs possesseurs. Les archives familiales sont le résultat d’un contexte social et historique particulier, d’une subjectivité individuelle et du lien émotif qui résulte de la rencontre des deux. Elles sont un enjeu familial central car elles incarnent la transmission intergénérationnelle.

___________________________________

1. Nous reprenons ici l’expression de Véronique Dassié (Objets d’affection, une ethnologie de l’intime, Paris, éditions du comité des travaux historiques et scientifiques, 2010).

Les enjeux de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. L’exemple du Centre de la mémoire de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France

Par Valentin Favrie

Valentin Favrie, Les enjeux de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. L’exemple du Centre de la mémoire de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2013, 74 p.

 En 2003, l’Unesco crée un nouveau classement patrimonial, une liste inscrivant les patrimoines culturels immatériels du monde entier qu’il est important de sauvegarder. Un patrimoine culturel immatériel se définit avant tout par son appartenance à une communauté. Ainsi, cette considération tend à faire reconnaître au niveau mondial que de nombreuses communautés présentes sur la planète possèdent des traditions séculaires, des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être. Il existe autant de communautés que de « traditions » au sens large. En conséquence, la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco vise à recenser toutes les communautés ayant un savoir souvent méconnu, et tous les savoirs méconnus produits et transmis par des communautés.

L’enjeu de la sauvegarde de ce patrimoine immatériel réside dans sa définition. Chaque patrimoine étant différent, on a coutume de dire que le patrimoine culturel immatériel est la communauté à laquelle il appartient. En effet, il s’agit de formuler ce qui appartient à la communauté avant d’envisager une méthode pour sa sauvegarde. Celle-ci est aussi compliquée que multiple. Les traditions immatérielles des communautés actuelles sont vivantes, et donc en mutation constante. L’essentiel pour une communauté est par conséquent de conserver d’abord son histoire, en vue de la protéger de l’oubli, puis de la transmettre.

Le Centre de la mémoire de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France (AOCDTF) à Angers s’est donné pour mission de suivre cette démarche. Depuis 2010, les Compagnonnages dcliche_valentin_favrie_droits_reservese France sont enregistrés sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel en tant que « seau de transmission des savoirs et des identités par le métier ». À l’heure des nombreuses mutations technologiques que vivent les métiers artisanaux, il est essentiel, au regard de la communauté compagnonnique, de conserver les anciennes traditions qui font son identité. Or, l’exemple de ce centre montre qu’un patrimoine culturel immatériel, c’est-à-dire des savoirs transmis oralement de générations en générations, peut se matérialiser à travers une multitude d’objets et d’archives. L’objectif de la centralisation de tous ces témoignages est ainsi de s’assurer de leur préservation, en vue d’une transmission interne et d’une communication à un public peu averti. Le centre a pour objectifs de conserver des traces en vue d’une transmission dans une démarche parfois muséale d’accumulation d’artefacts. Les entrées, encore modestes du fait du jeune âge du centre, sont des dépôts de corps de métiers ou des fonds personnels. Les logiques à l’œuvre sont proches de la collection. Les documents et objets qui parviennent au centre sont chargés d’une forte valeur identitaire (timbres, bannières, souvenirs de tours de France etc.) et relativement anciens.

L’étude de ce mémoire s’inscrit donc entre le passé et le futur. Il raconte comment une communauté tente de préserver son histoire d’un avenir incertain. Il ne décrit qu’un exemple parmi d’autres d’une sauvegarde du patrimoine culturel immatériel d’une communauté. Cependant, il pourra éclairer le lecteur sur les enjeux et les difficultés que peuvent poser la sauvegarde d’un savoir bien spécifique.

Pour une reconnaissance des écrits ordinaires : l’association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique (APA)

Cette association, fondée en 1992, collecte des récits autobiographiques et des journaux intimes sans opérer de sélection, avec un engagement fort, celui de d‘en garantir une lecture empathique qui se traduit dans de petits comptes rendus appelés « échos ». Elle est accueillie par la commune d’Ambérieu-en-Bugey dans l’Ain, au sein de la médiathèque1.

Á l’origine de cette association, un universitaire, Philippe Lejeune, lui-même diariste, spécialiste des écritures autobiographiques, auteur reconnu de nombreux ouvrages sur la question et promoteur du « pacte autobiographique »2. Philippe Lejeune s’est notamment intéressé aux écritures ordinaires.apa_lejeune_pacte_auto Il en a tiré plusieurs constats. Le premier est que de nombreux auteurs de récits autobiographiques éprouvent le besoin pressant de confier leur production, de la transmettre. L’épicentre n’est pas un désir narcissique d’être reconnu mais bien plus le besoin de se survivre. Au fond, il s’agit pour les auteurs de ces fragments de vie de pouvoir s’auto-archiver. Le second constat est celui de l’insuffisance des institutions et leur incapacité à répondre à cette demande. La famille qui communie dans le collectif se méfie du membre qui joue une partition personnelle en se saisissant de la plume. Au moment du décès, les entourages pensent préserver l’intimité en détruisant correspondances et journaux intimes. Quant aux institutions de conservation, notamment les services d’archives, elles ne sont pas forcément connues des auteurs et elles affichent rechercher des fonds ayant un intérêt collectif3.

Philippe Lejeune a cherché à répondre à cette demande d’auto-archivage en proposant un échange original : texte contre lecture. Il s’est inspiré de l’exemple italien, a recherché un lieu d’accueil et a trouvé Ambérieu-en-Bugey. L’association reçoit environ 150 dépôts par an, les trois quarts sont des récits autobiographiques, 20 % sont des journaux, 5 % des correspondances. Elle comporte 700 membres dont 150 sont très actifs. Une trentaine sont des « échotiers » et se rassemblent en comités de lecture. Les échotiers rédigent des notes ou échos de lecture. Celles-ci, indexées et insérées dans un catalogue, ont pour but d’informer les futurs lecteurs sur la nature et le contenu du texte. Avant publication, l’écho est transmis à la personne qui a déposé le texte qui peut donc réagir si elle le souhaite. Un même texte peut générer plusieurs « échos » autant de lectures et de points de vue croisés. Depuis quelques années, les textes sont relus pour proposer des parcours thématiques : la seconde guerre mondiale, l’amour, le Magreb, la première guerre mondiale. Le professionnel des archives ne pourra que constater l’affectivité de la relation qui s’établit et la subjectivité revendiquée de l’instrument de recherche.

Ces fonds sont ouverts aux curieux et aux chercheurs de toutes disciplines. Sur 3000 dépôts, seuls 75 connaissent un embargo. Derrière cette association et cette belle aventure humaine et humaniste se cache un engagement militant : celui de la revendication de la valeur de tous les écrits personnels.

On notera avec intérêt plusieurs points. Le succès de l’association vient de la promesse d’un échange – manuscrit contre lecture – concrétisé par les notes de lecture, les « échos ». La dénomination est particulière bien choisie, car il s’agit bien de faire écho au don par un contre-don. Il vient aussi de l’identification précise, très spécialisée, d’un lieu de conservation qui assure aux donateurs d’attirer vers eux le type de lecteurs ou de chercheurs souhaités. D’autres facteurs interviennent : la notoriété du fondateur, sa légitimité universitaire, sa production scientifique et l’intervention d’une puissance publique – ici la commune d’Ambérieu-en-Bugey – portant le projet sur le long terme. Tous ces éléments légitiment fortement le périmètre de la collecte par cette association dont les pratiques de classement et de catalogage sont parfaitement originales eu égard aux consensus professionnels national et international.

______________________________

1. Ambérieu, capitale des écrivains anonymes, Télérama, 17 mai 2008, [en ligne] disponible sur http://www.telerama.fr/culture/amberieu-capitale-des-ecrivains-anonymes,28899.php (consulté le 27 décembre 2012).

2. L’Autobiographie en France, Paris, 1971, 272 p., troisième édition mise à jour, Paris, 2010, 216 p. ; Le Pacte autobiographique, Paris, 1975, 360 p., nouv. éd., Paris, 1996 ; Je est un autre : l’autobiographie de la littérature aux médias, Paris, 1980, 336 p. ; Moi aussi, Paris, 1986, 350 p. ; Pour l’autobiographie., Paris, 1998, 252 p. ; « Cher écran… » : journal personnel, ordinateur, Internet, Paris, 2000, 444 p. ; Signes de vie. Le Pacte autobiographique 2, Paris, 275 p. ; Le journal intime : histoire et anthologie [avec Catherine Bogaert ], Paris, 2006, 506 p.

3. Ce constat doit certainement être nuancé. On notera par exemple avec intérêt que la Bibliothèque nationale de France développe un programme en collaboration avec l’APA d’archivage de blogs et propose un parcours guidé (S’)écrire en ligne : journaux personnels et littéraires. Bernard Massip, «  Une collaboration entre l’APA et la BnF : L’archivage des journauxpersonnels en ligne », La Faute à Rousseau, n° 47, février 2008.

Les chartriers seigneuriaux aux archives départementales. L’exemple du Cher

Céline Girault, Les Chartriers seigneuriaux aux archives départementales. L’exemple du Cher, Angers, mémoire de recherche du master 1 Histoire et métiers des archives, 2012, 64 pages.

Les chartriers seigneuriaux sont une catégorie de fonds bien installée dans le paysage mental des archivistes comme des historiens, dont elle recueille l’intérêt et les faveurs depuis toujours. Elle bénéficie aujourd’hui d’un regain d’attention qui passe par un élargissement du regard et un renouvellement des approches comme le prouvent le titre et l’emprise chronologique du colloque international de Thouars tenu en juin 2006 et publié en 2010 sous la direction de Philippe Contamine et Laurent Vissière : Défendre ses droits, construire sa mémoire. Les chartriers seigneuriaux, XIIIe-XXIe siècle (Paris, Société de l’histoire de France). C’est un peu dans ce courant historiographique que s’insère le travail de Céline Girault, mais avec une focalisation du regard sur l’attitude, les méthodes et les pratiques des archivistes.

D’une certaine manière, le travail de Céline Girault confirme l’idée d’une prédilection des archivistes pour ces documents. On sait l’influence qu’a eu l’inventaire des archives de la Maison de La Trémoille publié en 1928 par Charles Samaran.samaran_tremoille Jean Sablou notait encore en 1974 dans La Gazette des archives que ces archives « ont, de tout temps, bénéficié d’un traitement privilégié de la part des archivistes départementaux, et il semble que cette catégorie de documents soit une de celles dont ils se sont occupés avec le plus de goût ». Les archives départementales du Cher ne dérogent pas à la règle comme le démontrent, entre autres indicateurs, le nombre de fonds présents dans le service, l’existence d’une politique d’achats depuis les années 1980, une volonté affirmée depuis les années 1950 de recensement systématique des chartriers détenus par des mains privées, des actions de valorisation anciennes et soutenues.

Céline Girault confirme aussi l’importance des classements anciens de ces fonds, qu’ils remontent aux feudistes ou qu’ils soient intervenus au XIXe siècle, dans des perspectives que l’on pourrait qualifier de mémorielles.

Céline Girault signale aussi quelques pratiques plus locales, qui mériteraient d’être recherchées dans d’autres départements, comme le rôle d’intermédiaire joué par les sociétés savantes ou les interventions régulièrement commandées dans les années 1980 et 1990 à une sorte d’opérateur privé de classement, le père Mauzaize.

Le don, une approche renouvelée des archives privées (journée d’étude du 11 février 2011)

Programme

  • 9h30 : Ouverture de la journée par M. Didier LE GALL , doyen de la Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines de l’Université d’Angers et Mme Anne LAFON, présidente de l’AEDAA
  • 9h45 : Introduction, Mme Élisabeth VERRY, directrice des services scientifiques du Maine-et-Loire

 

I – L’expression de soi par le don et l’écrit

Sous la présidence de M. Didier BOISSON, professeur des universités en histoire moderne, directeur du département d’histoire

  • 10h : Mme Laëtitia PIHEL, maîtresse de conférences : Ce que donner veut dire
  • 10h40-11h : Pause
  • 11h :  Mme Alix BERNARD, maîtresse de conférences en psychologie : Donner, perdre, transmettre, [se] raconter, écrire : accueillir une histoire de vie
  • 11h20-11h40 : Discussion

 

II – Le donateur et ses archives : un rapport complexe

Sous la présidence de Mme Christine BARD, professeure des universités en histoire contemporaine, directrice de Confluences – Maison des sciences humaines

 

  • 11h40 : M. Jacques PÉROT, président de l’Association française de protection des archives privées : Les raisons des donateurs
  • 12h : Mme Hélène MOUCHARD-ZAY, directrice du Centre d’étude et de recherche sur les camps d’internement du Loiret : Le don aux Archives Nationales des archives Jean Zay : cheminement d’une décision
  • 12h20-14h : Repas
  • 14h : Mme Bénédicte GRAILLES, maîtresse de conférences : “Quand je fais un don, c’est un plaisir que je me donne”, quelques réflexions à l’usage des archivistes
  • 14h20 : Mme Magali LACOUSSE, conservatrice à la section des archives privées du Centre historique des archives nationales :Après le don, les relations entre archivistes et donateurs
  • 14h40-15h : Discussion
  • 15h-15h20 : Pause

 

III – De la sélection au remerciement : le rôle de l’archiviste

Sous la présidence de Jean-Michel Matz,
professeur des universités en histoire du Moyen Âge

  • 15h20 : Étudiants du Master 2 professionnel Archives de l’université d’Angers : Les archives privées des archives départementales de Maine-et-Loire : pesée globale
  • 15h40 : M. Olivier CORPET, directeur du l’institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) : Archives privées et diversité des acteurs institutionnels : collaborations et concurrences ?
  • 16h00 : Mme Anne-Catherine MARIN, directrice des archives municipales de Lyon : Rendre hommage aux donateurs : la démarche des Archives de Lyon
  • 16h20-16h40 :  Discussion
  • 16h40 : Conclusion par Patrice MARCILLOUX, maître de conférences en archivistique, vice-doyen de la faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines de l’Université d’Angers
  • 17h30 à 19h : Activité de fin de journée, bibliothèque municipale d’Angers, par M. Marc-Édouard GAUTIER, conservateur chargé des fonds patrimoniaux à la Bibliothèque municipale d’Angers: Les dons dans les politiques documentaires et de valorisation de la bibliothèque municipale d’Angers

Blog des étudiants ici. Un compte rendu complet de la journée est disponible sur ce blog.

Plusieurs billets sur le blog Archivistes et réseaux (Live tweet  et notes). Merci à Damien Hamard.

Sur le don, voir aussi le séminaire ALMA Do ut des ?.