Archives par mot-clé : Archivistique

Introduction à la XVIIe journée d’archivistique d’Angers par Aurore François

Par Oriane Arrata

Aurore François est professeure en méthodologies de l’histoire et en archivistique, et responsable des archives de l’Université catholique de Louvain. Il lui revenait la charge d’introduire la XVIIe journée d’archivistique d’Angers sur le phénomène de mondialisation appliqué à l’archivistique.

Continuer la lecture de Introduction à la XVIIe journée d’archivistique d’Angers par Aurore François

Archivistique et mondialisation : vers une archivistique-monde ? XVIIe journée d’archivistique d’Angers

15 février 2019

Maison de la recherche Germaine-Tillion
Université d’Angers
5 bis boulevard Lavoisier
Angers
Gratuit sur inscription : jeaangers@gmail.com

8h30 Accueil du public

9h00 Ouverture – Cyril Fleurant, directeur de l’UFR des lettres, langues et sciences humaines, et Tomy Lemoine, vice-président de l’Association des étudiants et diplômés en archivistique d’Angers (AEDAA)

9h20 Introduction Aurore François (professeure en méthodologies de l’histoire et directrice du service d’archives de l’université catholique de Louvain)

Première partie
Mondialisation et pratiques professionnelles

Présidence de séance : Elisabeth Verry (conservatrice générale du patrimoine et directrice des archives départementales de Maine-et-Loire)

9h40 Didier Devriese (conservateur des archives, du patrimoine et des collections spéciales à l’université libre de Bruxelles)
Universalité des archives, universalité de l’archivistique ? Les archives à l’aune des demandes sociétales contemporaines

10h00 Florence Alibert (maîtresse de conférences en humanités numériques à l’université d’Angers, conservatrice des bibliothèques)
A mundo condito, la bibliothèque comme reflet du monde globalisé. Mythes et réalités des Alexandries contemporaines

10h20 Marie Maunand, Sébastien Zonghero (chargés de mission “expertise patrimoniale à l’international” à la direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture)
La valorisation de l’expertise patrimoniale à l’international : perspectives et enjeux

10h40 Discussion

11h00 Pause

Deuxième partie
Archivistiques influencées, influences archivistiques

Présidence de séance : Yves Denéchère (professeur des universités en histoire contemporaine à l’université d’Angers)

11h20 Charly Jollivet (docteur en archivistique, Temos, université d’Angers)
Madagascar, Comores : aux marges de la mondialisation, des systèmes archivistiques sous influences ?

11h40 Bénédicte Grailles (maîtresse de conférences en archivistique, Temos, université d’Angers)
Normalisations, standardisations, modélisations : cheval de Troie commercial, acculturations professionnelles ou uniformisations identitaires ?

12h00 Discussion

12h20 Remise du prix Valérie-Poinsotte, 2019

Troisième partie
Traditions archivistiques nationales contre archivistique globalisée

Présidence de séance : Coraline Rey (Ater en archivistique à l’université d’Angers, doctorante en histoire médiévale)

14h20 Etudiants du master 2 Archives de l’université d’Angers
Terminologie archivistique : vers une internationalisation du vocabulaire professionnel ? Etude de cas

14h40 Margaret Turner (secrétaire principale et conseillère pour les traductions et les publications au Conseil international des archives)
La politique de l’ICA en matière de langue et de traduction : aide-t-elle à répondre aux besoins de nos membres dans le monde ?

15h00 Didier Grange (archiviste de la ville de Genève et conseiller spécial au Conseil international des archives)
Vers une archivistique mondialisée ?

15h20 Discussion

15h40 Pause

16h00 Conclusions – Damien Hamard (docteur en archivistique, directeur du cabinet du président de l’université d’Angers)

Merci à nos partenaires

Le doctorat en archivistique. Table ronde

Par Marine Bizien, Marion Faujour et Camille Fraysse

Deux docteurs et six doctorants de l’université d’Angers participent à cette table ronde de la XVe journée d’archivistique d’Angers. Continuer la lecture de Le doctorat en archivistique. Table ronde

La recherche en archivistique : qu’en est-il aujourd’hui ? XVe journée d’archivistique d’Angers

Programme de la XVe journée d’archivistique d’Angers le 3 février 2017 à la Maison de la recherche Germaine Tillion de l’université d’Angers

La recherche en archivistique : qu’en est-il aujourd’hui ?

Inscription gratuite et obligatoire à l’adresse suivante : comje2017@gmail.com avant le 1er février 2affichevfinale017. Buffet sur place.

Pour nous suivre : Facebook : Journée d’étude d’archivistique Angers. Twitter : @jearchives2017, #JEAA2017

9h30 Ouverture

Océane Valencia (vice-présidente de l’AEDAA), Didier Boisson (doyen de la faculté des lettres, langues et sciences humaines de l’Université d’Angers). Continuer la lecture de La recherche en archivistique : qu’en est-il aujourd’hui ? XVe journée d’archivistique d’Angers

L’évaluation des archives et la société contemporaine, une intervention de Vincent Doom

Vincent Doom, actuellement en poste aux Archives nationales au sein du département des fonds après une expérience variée en archives municipales et départementales, est notamment l’auteur d’un article paru en 2006 dans La Gazette des archives sur « L’évaluation scientifique des archives, principes et stratégies »1. Il a également pris une part active, dans les années 2000, au comité sur l’évaluation2 du Conseil international des archives qui a produit un projet de manuel sur l’évaluation des documents. Il est d’ailleurs l’auteur des pages relatives aux critères de sélection. Son intervention propose une synthèse de la littérature et des théories internationales sur cette question, à l’heure où le Comité interministériel aux archives de France vient de publier (juillet 2014) un cadre méthodologique pour les archives publiques.

La question de l’évaluation est au centre de la pratique des archivistes car elle conditionne la sélection – conservation intégrale, destruction intégrale, conservation partielle avec tri –, mais aussi une collecte raisonnée. La XXXVe conférence internationale de la table ronde des archives (CITRA) a affirmé en 2001 que « Les archivistes ont la responsabilité sociale de constituer les sources qui permettront aux générations à venir d’avoir la vision la plus fidèle possible de la société dont ils sont les contemporains ». La littérature sur la problématique de l’appraisial est très abondante. Carol Couture et Daniel Ducharme ont recensé près de 200 références en une quinzaine d’année3. Trois noms sont à retenir particulièrement dès qu’on s’intéresse à ces questions : le canadien Carol Couture4, l’américain Tom Mills, partisan d’une approche économique, et le canadien Terry Cook, tenant d’une approche fonctionnelle5. Si l’évaluation passionne les Anglo-saxons, le concept est en cours d’acclimatation en France : le mot n’apparaît ni dans La pratique archivistique française, ni dans le Dictionnaire des archives : de l’archivage aux systèmes d’information publié en 19916.

Trois approches conceptuelles sont recensées. La première, née au Royaume-Uni, a été formalisée par Hilary Jenkinson dans son manuel7. Le point de vue est institutionnel. Il distingue deux périodes dans la vie du document et deux responsabilités successives. Dans un premier temps, c’est l’administrateur qui a droit de vie et de mort sur les documents. Il pratique des éliminations après un délai de cinq ans. Au bout de vingt-cinq ans, la responsabilité passe à l’archiviste qui ne peut donc plus intervenir que sur le reliquat. Le danger de cette posture est de sélectionner des documents en fonction du politiquement correct contemporain. Elle est aujourd’hui abandonnée.

Les deux autres théories co-existent de manière ancienne. La théorie de l’utilisateur ou de l’évaluation en fonction de besoins de recherche mise en forme par Th. Shellenberg8 combine de fait approche institutionnelle et préoccupations scientifiques et opère par l’identification de valeurs : valeurs primaires ou de gestion et valeurs secondaires ou patrimoniales. Cette théorie a été déclinée de manière à produire des grilles de critères conférant un caractère systématique à l’acte d’évaluer9. Elle est tout entière orientée vers l’identification des attentes de la recherche existante à l’instant t.

La troisième approche, fondée il y a 60 ans par Margaret Cross Norton, est sociétale et a fortement évolué au fil du temps. Elle part du postulat que les archivistes ont un rôle social fondamental et que les archives doivent refléter les valeurs de chaque génération. Passant du modèle de l’interactivité pour introduire la notion de citoyen-usager, elle dépasse les questions de sélection pour intégrer les problématiques de collecte avec le modèle de stratégie documentaire développé par Helen Samuel10.

Le cadre théorique reste celui du respect des fonds, mais renouvelé par l’introduction d’un principe de fonctionnalité, l’objectif étant de témoigner de la gouvernance plutôt que du gouvernement. Le développement de la norme internationale de description des fonctions dite ISDF est à lier à cette approche11.

Carol Couture a proposé cinq principes directeurs pour mettre en œuvre l’évaluation sociétale12 :

  • Les archives doivent témoigner de l’ensemble des activités de la société ;
  • Le jugement doit faire preuve d’objectivité et de contemporanéité ;
  • Il faut respecter les liens entre l’évaluation et les autres interventions archivistiques (notamment la collecte) ;
  • Il faut maintenir l’équilibre entre finalités administratives et patrimoniales ;
  • Il faut maintenir l’équilibre entre considérations relatives au contexte de création des archives et celles liées à leur utilisation.

La stratégie à mettre en œuvre est celle de la macro-évaluation qui combine analyse fonctionnelle et analyse traditionnelle de type diplomatique, ce que l’orateur a choisi de nommer « micro-évaluation contextuelle ». Elle suppose la coopération de nombreux experts. Au Canada, elle se concrétise dans l’activité d’un bureau qui examine les fonctions sous les angles suivants : relation avec la loi et le règlement, importance de l’effectif et du budget, hiérarchie, autonomie, processus de travail, nature des activités, interaction de la population etc. L’analyse des documents n’intervient qu’en dernier lieu.

En conclusion, Vincent Doom souligne l’importance de la méthodologie dans la démarche d’évaluation sociétale avec cinq étapes à respecter. Les trois premières font partie du quotidien archivistique : identification des documents ; analyse ; contrôle et validation. La cinquième est aussi classique puisqu’il s’agit de la veille. La quatrième est peu à l’œuvre en France : derrière le terme publicité, se cache la nécessaire transparence des décisions qui conduisent au geste inéluctable, praticable et profitable à l’intelligibilité des archives qu’est l’élimination.

________________________

1. Autour de la collecte des archives, n° 202.

2. Committee on Appraisial.

3. « L’évaluation en archivistique. Évolution et tendances. Études bibliographiques 1980-1995 », Archives, Québec, vol. 28, n° 1, 1996, p. 59-98.

4. « L’évaluation des archives. État de la question », Archives, Québec, vol. 28, no 1, 1996, p. 31-68 ; « Les fondements théoriques de l’évaluation des archives », L’évaluation des archives : des nécessités de la gestion aux exigences du témoignage, 27 mars 1998, Montréal, Groupe interdisciplinaire de recherche en archivistique (GIRA), 1998, p. 7-26.

5.Terry Cook, «  Mind over matter : towards a new theory for archival appraisal », dans Barbara L. Graig (éd.). The archival imagination : essays in honour of Hugh A. Taylor, Ottawa, Association of Canadian Archivists, 1992, p. 50, « Macroappraisal and Functional Analysis : Appraisal Theory, Strategy, and Methodology for Archivists », L’évaluation des archives : des nécessités de la gestion aux exigences du témoignage, 3e symposium en archivistique, Gira, Université de Montréal, 27 mars 1998, p. 30.

6. Bruno Delmas, sous la direction de, Paris, AFNOR, 251 p.

7. A manual of archive administration including the problems of war archives and archive making, Oxford, 1922, 248-VII p. (ark:/13960/t5r787g8g).

8. Théodore R. Schellenberg, Modern Archives. Principles and Techniques, Chicago, University Press, 1956, 248 p. (2e éd., 1957, réimpr. Midway Reprints, 1975) ; Management of Archives, New York, Columbia University Press, 1965, 353 p.

9. Sur les valeurs de gestion, Carol Couture, Jean-Yves Rousseau, Les fondements de la discipline archivistique, Presses de l’Université du Québec, 1994, p. 43-46. . Pour les valeurs patrimoniales, Franck Boles, Julia Marks Young, Archivalappraisal, New York, Neal-Schuman, 1991, 118 p. .

10. Terry Cook, « Documentation Strategy », Archivaria, 1992, n° 34, p. 181-191.

11. Norme adoptée en 2007 et publiée en 2008. Elle affirme que l’analyse des fonctions est la base de l’évaluation (1.3, p. 7). Le cadre méthodologie diffusé en 2011 par le comité interministériel aux archives acclimate cette notion en France et propose notamment de recourir à la norme ISDF dans la procédure d’évaluation (p. 39 sqq).

12.Carol Couture, sous la direction de, Les fonctions de l’archivistique contemporaine, Presses universitaires du Québec, 1999, p. 110.

Sujets de recherche 2013-2014

Les étudiants du parcours Métiers des archives du master mention histoire, document de l’université d’Angers réalisent au cours de leur première année de master un mémoire de recherches.

Voici la liste des mémoires (master Histoire, Document, option archives, université d’Angers) soutenus avec succès à la session de juin 2014 :

 

Christine-Rose d’Armagnac Servir l’identité locale ? Le service d’archives départementales du Morbihan et l’identité bretonne du début du XXe siècle jusqu’aux années 2010.
Noura Bahidj Les dossiers personnels dans le secteur social, médico-social et médical. Le cas des dossiers personnels des enfants de l’Aide sociale à l’enfance de Maine-et-Loire.
Anne-Sophie Boisselet Les papiers de famille aujourd’hui, objets de mémoire et supports de recherche. Les archives familiales au service de la généalogie.
Fanny Bourgin Démocratie et droit de l’Homme en Russie depuis 1991. La place des archives russes dans le processus de « modernisation autoritaire » de la Fédération de Russie.
Marion Ferrer Revendication patrimoniale Kanak. Place des archives dans la préservation d’une culture orale de la fin des années 1960 à nos jours.
Marine Gaudin Les archives personnelles dans l’espace domestique. Enquête auprès d’immigrés dans les Pays-de-la-Loire (de 1974 à nos jours).
Bérangère Hertzler Les archives photographiques privées : don de soi, collecte par les autres. Un enjeu contemporain. Une politique spécifique en Pays-de-la-Loire ?
Marina Kounkou-Kekolo La politique de collecte et de traitement des fonds d’associations dans les services publics d’archives (1870-aujourd’hui). Le cas des archives départementales de Maine-et-Loire.
Ophélie Malais Le sort des archives en contexte révolutionnaire. L’exemple vendéen (1789-1795).
Camille Olivier L’accès aux archives et les difficultés de communicabilité dans les services d’archives français : une remise en cause de la libre communication des archives ? 1979 à nos jours. Les usages face aux refus de communicabilité et aux dérogations dans les services d’archives départementaux aujourd’hui.
Natacha Potéreau L’archiviste et l’action culturelle au XXe siècle. L’action innovante de Jacques Levron aux archives départementales du Maine-et-Loire (1931-1954).
Ambre Privat La collecte et la valorisation des films amateurs. Le cas de Ciclic, agence régionale du Centre pour le livre, l’image et la culture numérique.
Meixin Tambay Destins d’archivistes. Ngo Dinh Nhu (1910-1963), un archiviste hors du commun.
Sabrina Tavernier L’archiviste et le collectionneur dans l’organisation du savoir au XIXe siècle. L’exemple du conflit entre les Archives de l’Empire et la Bibliothèque impériale e 1861-1863.