Archives par mot-clé : Don

La grande collecte dans le Maine-et-Loire. Un premier bilan

La séance du 21 février 2014 a accueilli Élisabeth Verry, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire, et Jacques Le Naourès, attaché de conservation du patrimoine aux archives départementales de Maine-et-Loire, pour un sujet d’actualité. Les archives départementales de Maine-et-Loire ont en effet participé à la grande collecte, une opération d’envergure européenne visant à numériser documents personnels et souvenirs familiaux de la première guerre mondiale, dont le volet français s’est déroulé en novembre 2013.

Élisabeth Verry a rappelé le contexte institutionnel de l’opération. L’initiative s’insère dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre orchestrée autour d’une mission nationale, un GIP, et de comités départementaux qui coordonnent un certain nombre d’événements pour lesquels la participation des services départementaux d’archives est à géométrie variable1.

europeana 14-18

L’initiative de la grande collecte vient s’ajouter à ce calendrier. À l’origine du projet, se trouve la bibliothèque numérique Europeana. Cette opération2 mise en œuvre dans de nombreux pays européens est relayée en France au départ par la Bibliothèque nationale de France (BNF), à laquelle le Service interministériel des Archives de France se joint dans un second temps. La collaboration des services d’archives territoriaux est suscitée par un courrier en date du 15 avril 2013 à la suite duquel il leur revient de manifester leur volonté de participer. Peu d’informations sont transmises : les services n’ont pas de retour avant octobre 2013 et la documentation mise à leur disposition est alors restreinte. L’impression est celle d’une certaine improvisation, alors même qu’une campagne de communication très importante, y compris télévisuelle, est lancée. La communication autour de l’appel à contributions est pertinente et très percutante. Les services doivent s’organiser dans l’urgence pour faire face aux apports attendus entre le 12 et le 15 novembre 2013. Les consignes s’avèrent inapplicables : impossible de numériser en direct les documents et d’abonder le site d’Europeana en flux continu. Dans le Maine-et-Loire, les archives départementales et la bibliothèque municipale d’Angers s’accordent pour uniformiser leur accueil et leurs procédures.

Pour recevoir les contributions, il convenait d’organiser l’accueil, le déroulement des entretiens avec les déposants, l’appréhension et l’identification des documents, images et objets, les procédures de régularisation du dépôt, les conditionnements et rangements, la numérisation et la restitution. Ce sont 150 contributeurs qui se sont manifestés auprès des archives départementales de Maine-et-Loire, dont environ 50 contacts téléphoniques3.

Certains contributeurs se sont présentés avec des dossiers documentés, avaient identifié les auteurs des écrits, les personnes photographiées. Restaient à établir le lien entre le contributeur et l’origine des documents. D’autres ont amené des documents épars ou en vrac. L’entretien devait permettre d’identifier les protagonistes, auteurs de carnets ou de correspondance, ou figurant sur les photographies.

Tous les contributeurs ont été accueillis individuellement. Un soin particulier a été apporté à l’établissement d’un lien personnel, le nom du contact côté archives étant identifié et ses coordonnées figurant sur les documents remis au contributeur. Certaines personnes ont d’ailleurs complété leur dépôt ou se sont inquiétés ultérieurement de la suite donnée.

La régularisation du dépôt passe par la signature de deux formulaires : le formulaire de contribution fourni par Europeana et un formulaire visant à décrire rapidement le fonds à déposer pour numérisation. Les copies numériques ayant vocation à être publiées, la question des droits afférents est déterminante. Le contributeur doit comprendre les enjeux de cette exposition mondiale et prendre conscience qu’il accepte d’accorder le droit à des tiers d’exploiter le contenu librement.

Des sélections ont été opérées. Une des craintes du service était de voir affluer des objets. Au final, ils ont été peu nombreux. Les objets isolés, non documentés, et courants, comme des médailles ou des douilles d’obus décorées, n’ont pas été retenus, mais d’autres objets, comme des coupe-papier, encriers, cannes – ont été sélectionnés pour numérisation. Tous les documents sont au demeurant systématiquement examinés avec attention. Les critères d’éligibilité à la copie numérique se sont constitués progressivement : les carnets, les correspondances complètes ou très suivies ont vocation à être numérisés intégralement, de même que les ensembles documentaires impliquant un soldat du Maine-et-Loire. En revanche, les courriers épars peuvent subir une sélection. Certaines photographies très petites ne sont pas exploitables. Les documents isolés ou les ensembles documentaires ne répondant pas à ces critères sont échantillonnés pour répondre aux exigences d’Europeana. Sont retenus, dans un nombre très limité, des documents considérés comme représentatifs par le service.

Les objets et documents déposés ont été systématiquement conditionnés et répertoriés dans une base nominative. La numérisation devait, à la date de l’intervention, prochainement commencer. Le service a choisi de louer pour quelques mois le matériel nécessaire pour mener à bien cette mission dans d’excellentes conditions.

L’exploitation a déjà commencé, même si l’hétérogénéité des contributions pose question. Un premier travail avec un réalisateur de documentaire est en cours. Les restitutions n’ont pas encore eu lieu. Une proposition de don sera systématiquement adressée à chaque contributeur, avec une copie de l’état signalétique des services si les documents ou souvenirs remis concernent un soldat originaire du Maine-et-Loire. En l’état, très peu d’entre eux – moins de dix – ont manifesté leur intention de confier définitivement leurs documents aux archives départementales.

Aux yeux du service, cette opération est une réussite réelle car elle a permis de constituer un fonds documentaire qui alimentera les exploitations futures.

Les auditeurs ont relevé néanmoins que le mode opératoire pose de nombreuses questions, notamment sur le décalage entre une opération présentée comme nationale lors de la campagne de communication et une collecte qui est laissée à l’appréciation de chaque service, avec des objectifs différenciés mais liés au périmètre et aux politiques habituelles de ces services. Une capitalisation des critères de sélection serait intéressante, de même qu’un recensement des actions de valorisation et d’exploitation des collections constituées. Notons que la bibliothèque municipale d’Angers a par exemple décidé de poursuivre l’opération jusqu’en janvier 2014 et a programmé une exposition « participative » à l’été 20144.

______________________________________________

1. Les services ajustent leur implication en fonction de leurs moyens, de leurs forces, des politiques des collectivités de tutelle. Le Maine-et-Loire a ainsi répondu à la mise en ligne des registres de recrutement militaire, mais ne participe pas l’écriture du guide des sources de la Première Guerre, une autre action portée par cette mission nationale. Un des objectifs de la mission est de constituer un florilège de documents pour publication sur le site national pour lesquels les services d’archives sont sollicités en mai 2012.

2. Projet doté de 5,4 millions d’euros.

3. Qui restent à exploiter à la date de l’intervention. La bibliothèque municipale d’Angers fait état, de son côté, d’environ 70 contacts.

4. Exposition à venir à la médiathèque Toussaint.

 

Le don patrimonial de documents, de manuscrits et de fonds d’archives au XIXe siècle. Le cas de la ville d’Angers (1870-1914)

Par Aurélie Coulon

Aurélie Coulon, Le don patrimonial de documents, de manuscrits et de fonds d’archives au XIXe siècle. Le cas de la ville d’Angers (1870-1914), Angers, mémoire de recherche de master 1 Histoire, document (métiers des archives), 2013, 69 p.

Le point de départ de cette étude, en écho au séminaire sur le don d’archives et de bibliothèques, de l’axe ALMA du CERHIO, est de réfléchir à un type de don particulier que serait le don patrimonial. Cette expression vise à recouvrir tout don d’objets, livres, documents isolés ou fonds d’archives à des institutions de ressources patrimoniales,   chargées de la conservation et de la communication du patrimoine. Les bibliothèques, les musées, mais aussi les muséums, arboretum ou jardins publics, les écoles et les centres d’archives reçoivent des dons de type patrimoniaux.

Le cas étudié, à savoir celui des institutions rattachées à la ville d’Angers de 1870 à 1914, offre justement une grande diversité dans les destinations possibles : bibliothèque municipale, bibliothèques populaires, bibliothèques scolaires, écoles communales, école régionale des Beaux-Arts, musée de peintures et de sculptures, musée d’archéologie ou musée Saint-Jean, galerie David d’Angers, musée Pincé, musée d’histoire naturelle, jardin des plantes, musée d’art industriel, théâtre, hospices. Les registres de délibérations du conseil municipal (série 1 D des archives municipales d’Angers) ont fait l’objet d’un dépouillement exhaustif sur plus de 40 ans permettant de recenser près de 400 dons de patrimoine écrit, “fruit des intérêts de la société civile”1.

Diverses raisons poussent les donateurs à accomplir un tel geste : un patriotisme national ou local, la reconnaissance, la promotion de l’art, d’une personne, ou encore une volonté d’encourager l’histoire, de favoriser les études, d’aider la recherche… On peut ici rejoindre les conclusions de Véronique Sarrazin dans son exposé du 22 février 2013 (Les dons à la bibliothèque municipale d’Angers au XIXe siècle : intentions et réception). Un profil type du donateur peut être dressé : c’est un homme né à Angers, artiste, professeur, médecin ou politique.

aurelie_coulon_copyright_p_63
1. Dominique Poulot , « De la raison patrimoniale aux mondes du patrimoine », Socio-anthropologie, n° 19, 2006.

Confiez-nous vos archives : la politique d’appel aux dons du Mémorial de la Shoah

Karen Taiëb, responsable des archives du Mémorial de la Shoah, retrace les politiques de collecte de documents et fonds personnels du Mémorial de la Shoah et en souligne les spécificités, dans le cadre du séminaire Do ut des, le 25 novembre 2013.

Chaque année, le Mémorial de la Shoah1 reçoit des milliers de personnes et plusieurs centaines d’entre elles acceptent de confier leurs archives temporairement pour reproduction ou définitivement. En 2012, ce sont plus de 4500 documents et 3000 photographies qui ont été donnés par plus de 2000 personnes pour moitié sous forme d’originaux2. Ces documents privés et personnels rejoignent au Mémorial d’autres documents et fonds d’archives, originaux ou reproduits, collectés afin de constituer des preuves de la persécution des juifs.

Le Centre de documentation juive contemporaine a en effet été créé en 1943, dans la clandestinité, pour la conservation de ces preuves. Le premier cercle de la collecte d’archives du Mémorial date de cette période. Il s’agit d’une collection de documents divers récupérés partout où c’était possible : mairies, organisations nazis ou clandestines… À l’occasion du procès de Nuremberg, d’autres fonds d’archives originaux et des copies ont été récupérés. Progressivement, la collection des fonds s’est étoffée. Le centre détient des copies de fonds ou de documents conservés dans toute l’Europe et le monde3.

Le centre recueille aussi des documents personnels. Ces derniers – un passeport, une correspondance… – ne sont pas considérés généralement par leurs propriétaires comme des archives et sont parfois des documents isolés, des épaves. Chaque année, un peu plus de 200 personnes confient quelques milliers de pages. Or, ces documents, très émouvants et empreints d’une grande affectivité, nécessitent une forte implication pour les obtenir.

Plusieurs facteurs favorisent cet échange. Le premier est le lien d’empathie qui se tisse entre les visiteurs du centre de documentation du Mémorial et les professionnels de la gestion documentaire. Les visiteurs arrivent avec leur histoire et leurs questionnements, ils sont en situation de se raconter, de se livrer, sans les enjeux d’affectivité familiale, avec une certaine liberté offerte par la distance ; les documentalistes et archivistes les reçoivent avec disponibilité et leur donnent les informations dont ils disposent. Il se crée entre eux une forme d’intimité et un rapport de confiance. À l’issue de chaque entretien, les seconds demandent aux premiers s’ils détiennent des documents ou des traces et si ils sont prêts à les confier.

Le centre met en avant l’importance de la conservation de ces traces individuelles et, à travers elles, des parcours de vie. S’il cherche à collecter les documents témoignant de la persécution et ceux liés à la déportation, l’intéressent également les pièces qui éclairent l’avant et l’après : albums de famille, reconnaissance du statut de victime, indemnisations ou démarches de la famille pour ceux qui ne sont pas revenus. Il s’agit de conserver une vie en son entièreté.memorial_shoah_plaquette_don

Pour ce faire, il est nécessaire de faire la preuve que le document personnel peut aussi témoigner de quelque chose de collectif et qu’il présente un intérêt au delà de la famille. Les expositions4 jouent ce rôle. Elles s’appuient régulièrement sur des archives privées. D’autres actions – publications par exemple – sont menées parallèlement. Depuis 2012, le Mémorial commémore le 60e anniversaire des départs des convois. Ces cérémonies sont l’occasion de rechercher les photographies des personnes, lesquelles sont affichées sur une borne. Cette action a suscité l’arrivée de nombreuses photographies.

Le centre n’attend pas d’être sollicité ; il mène des actions de sensibilisation et suscite la collecte : diffusion d’une plaquette lors de tous les événements, partenariat avec des associations et utilisation de leurs fichiers d’adhérents, collectes organisées en province (Lyon, Bordeaux, Nice en 2013 par exemple), sur le site de Drancy et à l’étranger (notamment aux États-Unis) par voie de presse. Il cherche aussi à dépasser le cercle de la communauté.

Un autre facteur favorisant est le fait de ne pas rechercher à tout prix à obtenir l’original du document. Le centre propose d’en faire une reproduction, ce qui aplanit les difficultés, même si le simple dessaisissement, même temporaire le temps de la copie, peut parfois être très douloureux et difficile. De même, il faut être respectueux du rythme de chacun. Certaines personnes ont besoin d’un long cheminement pour accepter de communiquer leurs documents.

Sur le plan juridique, un contrat précise les conditions de communication et d’utilisation. Au delà du respect de la lettre juridique, le centre s’efforce de respecter aussi l’esprit en prenant par exemple contact systématiquement avec les donateurs quant il y a un projet, même si le contrat ne l’y contraint pas. Ce rapport individuel systématique rassure les donateurs.

______________________________

1. Le Mémorial de la Shoah est issu de la fusion en 2005 du Centre de documentation juive contemporaine créé en 1943 avec le Mémorial du martyr juif inconnu, créé en 1956. En janvier 2013, l’association est devenue une fondation.

2. La proportion original/copie est variable d’une année à l’autre.

3. Par exemple, le fonds du commissariat aux questions juives (éclaté entre le Mémorial et les Archives nationales où il forme la sous-série AJ 38, ou l’Union générale des Israëlites de France (conservé aux États-Unis à New-York).

4. La politique d’expositions a démarré dès 1945 et a été dès l’origine le prétexte à la collecte de documents partout en Europe puis dans le monde.

Programme 2013-2014

Séance 1 : vendredi 25 octobre 2013, 10 h.

KAREN TAÏEB, responsable du service archives du Mémorial de la Shoah :
« Confiez-nous vos archives », la politique d’appel aux dons du Mémorial de la Shoah.

Séance 2 : vendredi 15 novembre 2013, 10 h.

CLAUDE ZURCHER, responsable éditorial de www.notrehistoire.ch. : Partager ses archives familiales : l’exemple de la plateforme www.notrehistoire.ch.

Séance 3 : vendredi 17 janvier 2014, 10 h.

MICHEL CHOMARAT, chargé de mission Mémoire à la ville de Lyon : L’homosexualité dans les collections de la bibliothèque de Lyon.

Séance 4 : vendredi 21 février 2014, 10 h.

ÉLISABETH VERRY, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire : La grande collecte 14-18 en Maine-et-Loire.

Lieu : MSH d’Angers, salle Germaine Tillion.

 

 

 

Pour une reconnaissance des écrits ordinaires : l’association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique (APA)

Cette association, fondée en 1992, collecte des récits autobiographiques et des journaux intimes sans opérer de sélection, avec un engagement fort, celui de d‘en garantir une lecture empathique qui se traduit dans de petits comptes rendus appelés « échos ». Elle est accueillie par la commune d’Ambérieu-en-Bugey dans l’Ain, au sein de la médiathèque1.

Á l’origine de cette association, un universitaire, Philippe Lejeune, lui-même diariste, spécialiste des écritures autobiographiques, auteur reconnu de nombreux ouvrages sur la question et promoteur du « pacte autobiographique »2. Philippe Lejeune s’est notamment intéressé aux écritures ordinaires.apa_lejeune_pacte_auto Il en a tiré plusieurs constats. Le premier est que de nombreux auteurs de récits autobiographiques éprouvent le besoin pressant de confier leur production, de la transmettre. L’épicentre n’est pas un désir narcissique d’être reconnu mais bien plus le besoin de se survivre. Au fond, il s’agit pour les auteurs de ces fragments de vie de pouvoir s’auto-archiver. Le second constat est celui de l’insuffisance des institutions et leur incapacité à répondre à cette demande. La famille qui communie dans le collectif se méfie du membre qui joue une partition personnelle en se saisissant de la plume. Au moment du décès, les entourages pensent préserver l’intimité en détruisant correspondances et journaux intimes. Quant aux institutions de conservation, notamment les services d’archives, elles ne sont pas forcément connues des auteurs et elles affichent rechercher des fonds ayant un intérêt collectif3.

Philippe Lejeune a cherché à répondre à cette demande d’auto-archivage en proposant un échange original : texte contre lecture. Il s’est inspiré de l’exemple italien, a recherché un lieu d’accueil et a trouvé Ambérieu-en-Bugey. L’association reçoit environ 150 dépôts par an, les trois quarts sont des récits autobiographiques, 20 % sont des journaux, 5 % des correspondances. Elle comporte 700 membres dont 150 sont très actifs. Une trentaine sont des « échotiers » et se rassemblent en comités de lecture. Les échotiers rédigent des notes ou échos de lecture. Celles-ci, indexées et insérées dans un catalogue, ont pour but d’informer les futurs lecteurs sur la nature et le contenu du texte. Avant publication, l’écho est transmis à la personne qui a déposé le texte qui peut donc réagir si elle le souhaite. Un même texte peut générer plusieurs « échos » autant de lectures et de points de vue croisés. Depuis quelques années, les textes sont relus pour proposer des parcours thématiques : la seconde guerre mondiale, l’amour, le Magreb, la première guerre mondiale. Le professionnel des archives ne pourra que constater l’affectivité de la relation qui s’établit et la subjectivité revendiquée de l’instrument de recherche.

Ces fonds sont ouverts aux curieux et aux chercheurs de toutes disciplines. Sur 3000 dépôts, seuls 75 connaissent un embargo. Derrière cette association et cette belle aventure humaine et humaniste se cache un engagement militant : celui de la revendication de la valeur de tous les écrits personnels.

On notera avec intérêt plusieurs points. Le succès de l’association vient de la promesse d’un échange – manuscrit contre lecture – concrétisé par les notes de lecture, les « échos ». La dénomination est particulière bien choisie, car il s’agit bien de faire écho au don par un contre-don. Il vient aussi de l’identification précise, très spécialisée, d’un lieu de conservation qui assure aux donateurs d’attirer vers eux le type de lecteurs ou de chercheurs souhaités. D’autres facteurs interviennent : la notoriété du fondateur, sa légitimité universitaire, sa production scientifique et l’intervention d’une puissance publique – ici la commune d’Ambérieu-en-Bugey – portant le projet sur le long terme. Tous ces éléments légitiment fortement le périmètre de la collecte par cette association dont les pratiques de classement et de catalogage sont parfaitement originales eu égard aux consensus professionnels national et international.

______________________________

1. Ambérieu, capitale des écrivains anonymes, Télérama, 17 mai 2008, [en ligne] disponible sur http://www.telerama.fr/culture/amberieu-capitale-des-ecrivains-anonymes,28899.php (consulté le 27 décembre 2012).

2. L’Autobiographie en France, Paris, 1971, 272 p., troisième édition mise à jour, Paris, 2010, 216 p. ; Le Pacte autobiographique, Paris, 1975, 360 p., nouv. éd., Paris, 1996 ; Je est un autre : l’autobiographie de la littérature aux médias, Paris, 1980, 336 p. ; Moi aussi, Paris, 1986, 350 p. ; Pour l’autobiographie., Paris, 1998, 252 p. ; « Cher écran… » : journal personnel, ordinateur, Internet, Paris, 2000, 444 p. ; Signes de vie. Le Pacte autobiographique 2, Paris, 275 p. ; Le journal intime : histoire et anthologie [avec Catherine Bogaert ], Paris, 2006, 506 p.

3. Ce constat doit certainement être nuancé. On notera par exemple avec intérêt que la Bibliothèque nationale de France développe un programme en collaboration avec l’APA d’archivage de blogs et propose un parcours guidé (S’)écrire en ligne : journaux personnels et littéraires. Bernard Massip, «  Une collaboration entre l’APA et la BnF : L’archivage des journauxpersonnels en ligne », La Faute à Rousseau, n° 47, février 2008.

Les dons à la bibliothèque municipale d’Angers au XIXe siècle : intentions et réception par Véronique Sarrazin

Par Valérie Neveu

 Intervention au séminaire Alma, 22 février 2013

Véronique Sarrazin est maître de conférences en histoire moderne à l’université d’Angers. Ses travaux portent sur l’histoire de la lecture et des bibliothèques et sur l’histoire de l’édition (XVIIe-XIXe siècles), notamment l’édition des almanachs, objets de sa thèse soutenue en 1997 : Les almanachs parisiens au XVIIIe siècle : production, commerce, culture. V. Sarrazin a également publié avec Claire Lesage et Eve Netchine : Catalogues de libraires, 1473-1810, Paris, BNF, 2006.

La bibliothèque de la ville d’Angers est, au XIXe s., représentative de la situation générale des bibliothèques municipalisées en 1803. Possédant 40 à 50 000 volumes au milieu du XIXe s., elle attire un lectorat peu nombreux et peu diversifié socialement, malgré son statut public. Dans les faits, ses horaires d’ouverture réduits et l’orientation que lui donnent ses bibliothécaires (d’après François Grille, la bibliothèque doit être un « sanctuaire des arts ») la réservent aux professions intellectuelles et libérales et aux rentiers.

Bien que correctement dotée en personnel, la BM d’Angers n’a qu’un faible budget d’acquisition et se repose essentiellement sur les dons qui représentent 70% des acquisitions. La majorité de ces dons provient de collectivités ou d’organismes publics, notamment des concessions gouvernementales. Mais ce n’est qu’à travers le don privé que l’on peut appréhender le geste d’un donateur.

L’interrogation croisée de plusieurs sources (archives municipales, archives internes de la bibliothèque, Journal du Maine-et-Loire), a permis de répertorier 170 dons pour 125 donateurs, de 1816 à 1891. Malgré leur caractère formel et souvent répétitif, les traces laissées par ces dons permettent de déterminer les motivations des donateurs, et de mettre en lumière le processus du don et contre-don (do ut des), thème du séminaire.

 

Le don fait à la bibliothèque, ou à la ville (les donateurs pouvant spécifier l’un ou l’autre destinataire) s’explique d’abord par une démarche présentée comme spontanée – mais en fait, le plus souvent suscitée par le bibliothécaire, qui tisse un réseau de relations à Angers et au-delà, jusque dans les milieux littéraires parisiens. Le donateur-type est un homme, et lui-même auteur dans 70% des cas. Il donne généralement un livre (plus rarement des ensembles de livres) ; 12,5% des donations concernent néanmoins des manuscrits, fiches documentaires, objets. Le donateur est animé par deux motivations principales : être utile à l’instruction publique ; faire preuve de patriotisme local.

 

La notion d’utilité publique est héritée des fondateurs de bibliothèques publiques au XVIIIe s. et des Lumières. Cependant, les donateurs ne sont pas réceptifs au thème de la démocratisation évoqué par F. Grille en 1830. On souhaite élargir le public, par exemple en permettant aux étudiants d’accéder à des documents jusque là réservés aux professeurs : c’est le sens du don de l’herbier Batard en 1818 ; mais sans bouleverser l’origine sociale des lecteurs.

Le patriotisme local (qui fait écho au culte de la « petite patrie » développé par les auteurs antiques) suscite des dons d’habitants d’Angers comme d’expatriés. Il va de soi que le bibliothécaire doit accueillir toutes les œuvres des Angevins, la solidarité locale lui imposant de leur faire bon accueil même si leur qualité littéraire n’est pas démontrée. Cette valeur affective donnée au livre local transparaît dans les correspondances mais pas dans les annonces de presse, plus neutres.

 

Au-delà de l’intention généreuse, les donateurs expriment des attentes variées et souvent, le souhait d’une reconnaissance personnelle : élargir son lectorat ou l’atteindre plus facilement (notamment dans le cadre d’une démarche militante) ; être agréé par le bibliothécaire dont on reconnaît la compétence littéraire ; s’inscrire dans une collection prestigieuse. Pour tout cela, ils font confiance à la bibliothèque et n’expriment que rarement des réserves sur le traitement bibliothéconomique. Au contraire, la pérennité du lieu, son caractère public et la conservation indéfinie des collections sont un puissant facteur d’attraction.

 

Le discours sur le don, tel qu’il se dévoile dans les archives, montre la complexité du processus. Le donateur se situe déjà dans la perspective d’un contre-don. En faisant « l’hommage » d’un livre, c’est lui qui remercie pour des bienfaits déjà reçus de la ville ou de sa bibliothèque. Mais il attend à son tour des remerciements et une reconnaissance qui seront concrétisés par un accusé de réception rapide (le bibliothécaire François Grille inaugure le système des annonces dans la presse locale) et une lettre officielle d’acceptation du don. Pour la ville d’Angers et son bibliothécaire, souligner la générosité du donateur, c’est aussi l’encourager à renouveler ses dons. Ainsi, donateur et bibliothèque s’inscrivent-ils dans un circuit complexe de don et contre-don, une boucle potentiellement sans fin qui ne s’interrompt pas forcément à la mort du donateur puisque des veuves ou des héritiers peuvent perpétuer le geste.

 

Peut-on dire qu’il existe un profil et des comportements spécifiques aux donateurs de la bibliothèque municipale ? Oui, si l’on compare le statut du don fait à la BM avec celui du don fait aux bibliothèques populaires gérées par la municipalité angevine. Ce contre-exemple montre un profil de donateurs sensiblement différent : les femmes sont mieux représentées parmi les donateurs d’ailleurs moins nombreux que pour la BM (18 dons seulement pour la période 1867-1911) ; l’éventail social est un peu plus large. Et surtout les donateurs se disent motivés par le seul souci de servir à l’instruction, dans une démarche militante mais sans connotation patriotique, personnelle ou affective, puisque l’usage du don est laissé « à la convenance » de la ville.

 

Le donateur qui choisit la BM lui est donc attaché par une « prédilection » particulière, que le bibliothécaire a pour mission de reconnaître et d’entretenir, comme le fait François Grille en 1838, dans une lettre de remerciement à Royer Collard qui a été lue en conclusion de la communication.