Archives par mot-clé : Exposition

Les publics des expositions d’archives : essai d’approche quantitative et qualitative par Brigitte Guigueno

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Brigitte Guigueno, conservatrice en chef chargée de la politique des publics au service interministériel des Archives de France, tente un bilan quantitatif et qualitatif sur les publics des expositions. En 2011, 60 % des visiteurs d’activités culturelles en archives départementales viennent pour une exposition, 68 % en archives municipales. C’est dire l’importance de cette offre pour les services d’archives. Les sources primaires et secondaires pour évaluer cette activité restent cependant peu importantes : une synthèse produite par l’inspection générale en 2011, la journée d’étude de la section des archives municipales de l’Association des archivistes français1 et celle intitulée À l’écoute des publics des archives : leurs identités, leurs attentes, nos réponses en 2007 à l’université d’Angers.

La source primaire la plus fiable reste le rapport statistique annuel qui comprend, outre le rapport qualitatif (rubrique « détail des activités »), plusieurs items relatifs à cette question : nombre d’expositions, nombre de visiteurs, nombre de scolaires, nombre d’expositions auxquelles le service a participé, expositions virtuelles. On constate une évolution nette. On est passé de 145 000 visiteurs en 1988 à près de 350 000 en 20112, soit une progression régulière. Le nombre d’expositions n’a vraiment significativement évolué qu’en 2003 (près de 400 expositions). Aujourd’hui, les archives départementales atteignent le chiffre d’environ 580 manifestations. En 2011, certains chiffres de fréquentation sont importants : des expositions d’archives municipales présentées en musée ont atteint les 10 000 visiteurs (Cholet, Douai, Reims). Le record appartient aux archives municipales de Manosque (45 000 visiteurs). L’exposition des Archives nationales Fichés ? Photographie et identification du Second Empire aux années 1960, quant à elle, a reçu 62 000 visiteurs. L’approche quantitative présente des failles : le nombre de services qui répond est fluctuant ce qui fausse les comparaisons ; des réponses sont lacunaires (notamment le comptage des visiteurs dans ou hors les murs3)4. Les chiffres sont donc en dessous de la réalité. Inversement compter des opérations très exceptionnelles amène à des incohérences5. Il faut donc pondérer. Dans le schéma actuellement ascendant, certains services signalent des difficultés émergentes : globalisation des crédits culturels au sein de la collectivité territoriale, diminution des heures des professeurs relais par exemple.

L’approche qualitative n’est pas plus aisée par le biais du rapport annuel. Des études ont été menées mais ponctuellement. Aux archives municipales de Bordeaux, on a administré des questionnaires aux lecteurs – et uniquement à eux. On observe que ceux-ci souhaitent en premier lieu des conférences et, en seconde position, des expositions pour 48 % d’entre eux.

On peut néanmoins noter que différentes variables jouent sur la réussite des expositions : le lieu (un lieu prestigieux, fréquenté, central), la date (l’été est favorable aux visiteurs d’où le succès de Manosque qui bénéficie d’une fréquentation touristique), le thème, les moyens de communication, les partenariats, l’amplitude horaire6. Le bouche-à-oreille ne fonctionne que sur des durées longues.

Un groupe de travail doit être mis en place pour restructurer le rapport annuel et réfléchir aux indicateurs pertinents quantitativement ou qualitativement.

____________________________________________

1. La Gazette des archives, n°160-161 (1993-1 et 2).

2. Sauf indication contraire, les chiffres concernent uniquement les archives départementales dont les réponses à l’enquête sont plus stables.

3. On constate ailleurs l’importance de la fréquentation des expositions itinérantes et hors les murs.

4. Les archives de la Manche ont mis en place un portique pour effectuer le comptage. On suivra avec intérêt cette première dans le monde des archives.

5. En 2005, une opération des archives départementales des Alpes-Maritimes en Chine fait doubler les chiffres de fréquentation.

6. 42 % de visiteurs le week-end pour l’exposition Templiers aux archives départementales de l’Aude en 2012.

La place des expositions d’archives aux Archives de Maine-et-Loire (1980-2002) par Elisabeth Verry

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Élisabeth Verry, directrice des services patrimoniaux du Maine-et-Loire et des archives départementales de Maine-et-Loire, commence son intervention par l’ interrogation suivante : des expositions, pour quoi faire ? Elle relève le désir de montrer les choses, de rendre visible ce qui n’est pas forcément très accessible car ardu, l’envie de faire surgir des richesses enfouies.

Au moment où le service du Maine-et-Loire a commencé à s’orienter vers le média de l’exposition, c’était une option originale que peu de services pratiquaient. L’attente et l’intérêt du public comme des tutelles ont été immédiates et un encouragement. L’environnement était favorable dans les années 1980. Le service était perçu comme un espace de production de culture. Déjà Célestin Port exportait des conférences hors les murs, à l’école normale par exemple. Jacques Levron a initié les premières expositions. Le contexte de la décentralisation a été également un facteur important. Le nouveau bâtiment des archives a bénéficié d’une salle d’exposition et de nouveaux moyens ont été mis à disposition du service.

Exposition des archives départementales de Maine-et-Loire
Exposition du bicentenaire de la Révolution, salle Célestin Port, Conseil général de Maine-et-Loire

En 30 ans, le service a réalisé a minima 120 expositions, auxquelles il faut ajouter celles auxquelles il a participé. Le premier événement fut le cinquième centenaire du Roi René pour lequel le service a été sollicité. Cela s’est traduit par une exposition dans la chapelle du château d’Angers, accompagnée d’un petit catalogue. Le second événement fut en 1987 le millénaire capétien, qui correspondait à l’arrivée dans le nouveau bâtiment et à l’acquisition des premières vitrines. Il s’agissait de reproduction sur des panneaux. 1989 et le bicentenaire furent un tournant. Le président du Conseil général souhaitait une exposition au Conseil général, accompagné de différents produits (catalogue, cassette vidéo, concours scolaire). Le sujet était délicat mais le traitement fut résolument et fermement historique. En 1991, pour la première fois, les objets sont introduits à côté des documents1. Des expositions hors les murs ont permis d’investir d’autres lieux comme l’abbaye de Fontevraud ou les communes. Le service se dote d’un matériel itinérant. Des valorisations sont systématiquement proposées en parallèle de l’intervention d’archivistes en commune. Avec le cinquantenaire de la Libération se déroule la première collaboration avec un maquettiste. L’idée était aussi de créer une ligne graphique, de réfléchir une identité visuelle et d’associer l’art contemporain. Les caractéristiques de cette exposition furent également une intégration texte image sur des panneaux, des photographies agrandies, des objets véritablement mis en scène. À partir de la fin des années 1990, le décor s’invite vraiment dans les murs des archives2. Début des années 2000, les premiers travaux de numérisation sont lancés avec le cadastre et la carte postale. C’est l’occasion de mettre en valeur aussi le document écrit par une vraie mise en scène. Le décor est devenu l’écrin du document : la roue des documents pour l’exposition sur les enfants assistés ou la table d’écriture pour l’exposition sur la calligraphie. Avec l’exposition sur l’école, apparaît l’image animée en liaison avec les documents.

Exposition Calligraphie aux archives départementales de Maine-et-Loire
Exposition Calligraphie aux archives départementales de Maine-et-Loire. Scénographie Raphaël Aubrun.

En conclusion, le socle reste les collections et leur richesse, en appui avec des facteurs favorables : un anniversaire, un événementiel, un partenaire. Le multimédia est essentiel. Il est aussi important de laisser une trace par des publications imprimées ou en ligne. Les expositions sont aussi des moments où on travaille en équipe, avec l’envie de créer et du bonheur.

1. Médecine et médecine en Anjou,du 3 avril au 10 juillet 1991. Cette exposition rencontra un grand succès et fut présentée dans divers lieux jusqu’au musée de l’hospice Comtesse à Lille.

2. Reconstitution d’une salle d’assises dans l’exposition Droit et justice par exemple.

Les expositions d’archives et leurs publics. Bilan, mutations, prospectives (journée d’étude du 15 février 2013)

En partenariat avec l’AEDAA (Association des étudiants et diplômés en archivistique d’Angers) et le CERHIO (Centre d’études et de recherches historique de l’Ouest), les étudiants de master 2 Métiers des Archives organisent une journée d’étude sur la question des expositions d’archives et de leurs publics.

 

9 h 30 – Ouverture de la journée d’étude

Allocutions de Didier Boisson, directeur de l’UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines et d’Anaël Roinard, président de l’AEDAA (Association des
étudiants et diplômés en archivistique d’Angers).

9 h 45 – Introduction La place des expositions d’archives aux Archives de Maine-et-Loire (1980-2002)  par Elisabeth Verry, conservatrice générale du patrimoine, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire.

Thème 1 – Connaître les publics des expositions d’archives et de documents écrits

10 h 00 – Les publics des expositions d’archives : essai d’approche quantitative et qualitative par Brigitte Guigueno, conservateur en chef chargé de la politique des publics, Service Interministériel des Archives de France.

10 h 20 – Les publics des expositions d’archives aux Archives nationales par Solène Richard, responsable de la politique de développement des publics, Archives nationales.

10 h 40 – Les publics des expositions des archives départementales de Maine-et-Loire par les étudiants du M2 Métiers des archives (Hugues Brochet, Maxime Cormier, Guillaume Coupevent, Côme de Guérines, Nicolas Massard, Lucie Perrault, Camille Ruchaud, Benjamin Rullier, Océane Valencia).

11 h 00 – Débat

11 h 20 – Pause

Thème 2  – Concevoir une offre d’exposition : des offres diversifiées et élaborées au service du public

11 h 40 – Scénographier le document écrit : l’exemple des archives départementales de Maine-et-Loire par Raphaël Aubrun, architecte-scénographe indépendant.

12 h 00 – Expositions d’archives, nouvelles pratiques culturelles et nouveaux publics par Mourad Laangry, responsable des expositions, archives municipales de Lyon.

12 h 20 – Repas

14 h 00 – Les sites multimédias des Commémorations nationales et les documents d’archives par Jean-Baptiste Auzel, conservateur en chef du patrimoine, délégué adjoint aux Commémorations nationales, Service interministériel des Archives de France.

14 h 20 – Expositions pluridisciplinaires : la place du document. L’exemple de l’exposition ‘‘1917’’ au Centre Pompidou-Metz par Claire Garnier, chargée de mission, Centre Pompidou-Metz.

14 h 40 – Débat

15 h 00 – Pause

Thème 3 – Analyser les comportements des publics

15 h 20 – Les archives mises en exposition par Sophie Mariani-Rousset, maître de conférences en psychologie, Université de Franche-Comté.

15 h 40 – L’écrit dans l’exposition. Formes et réceptions par Florence Andreacola, doctorante, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse.

16 h 00 – Entre capteurs et Eye tracking, une approche innovante des publics de musée : présentation de l’équipement d’excellence Matrice par Denis Peschanski, directeur de recherche au CNRS, responsable scientifique du programme Matrice et Yves Burnod, directeur de recherche à l’INSERM, responsable neurosciences du programme Matrice.

16 h 20 – Débat

16 h 40 – Conclusions, Patrice Marcilloux, maître de conférences en archivistique HDR, Université d’Angers.

 

18 h 00 – Visite commentée de l’exposition « Too Web or Not to Web », Xe triennale internationale des mini-textiles, Musée Jean-Lurçat et de la tapisserie contemporaine.

 

Pour télécharger le dépliant et  vous inscrire : Dépliant et bulletin d’inscription.

Le blog des étudiants est ici.  Le live-tweet est ici.

Nos partenaires :

Les raisons classificatoires – Programme du séminaire ALMA 2011-2012

 

Séance 1 : jeudi 20 octobre 2011 de 10h00 à 12h30 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Olivier Mattéoni (université de Paris I-Panthéon-Sorbonne) : « Les archives des chambres des comptes médiévales, classements et inventaires anciens ».

 Séance 2 : jeudi 15 décembre 2011 de 10h00 à 12h30 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Olivier Le Deuff (université de Bordeaux III) : « Web et logiques classificatoires ».  

 Séance 3 : jeudi 26 janvier 2012 de 10h00 à 12h00 en salle D038 (bâtiment de l’UFR)

 Damien Hamard (université d’Angers) : « 998… 999… 1 000 adhérents : l’Association des archivistes française en 2000 »

 Séance 4 : jeudi 16 février 2012 de 10h30 à 12h30 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Travaux d’étudiants : Marion Brangeon (Les expositions d’archives : un défi pour créer des liens entre visiteurs et organisateurs. Les expositions du service des archives municipales d’Angers, 1985-2010) ; Cécile Delaunay (Le sort des archives administratives d’Ancien Régime pendant la Révolution. Le cas des archives aujourd’hui conservées aux archives départementales de Loire-Atlantique, 1790-an VIII) ; Margot Georges (Les chercheurs en laboratoire et leurs archives, étude d’une représentation des archives. Le cas du laboratoire de pathologie de la Station nationale d’essai des semences, 1993-2011) ; Aude Pouce (L’archiviste dans la seconde moitié du XIXe siècle : un professionnel des archives, un érudit et un notable. L’exemple de Charles (1852-1894) et Louis Loizeau de Grandmaison (1894-1906) en Indre-et-Loire).

Normes et archives : vers des pratiques professionnelles optimisées ? (journée d’étude du 5 février 2010)

Programme de la journée

9h30 : Ouverture de la journée par Didier Le Gall, doyen de la faculté des lettres, langues et sciences humaines de l’Université d’Angers et Anne Lafon, présidente de l’AEDAA.
9h45 : Introduction par Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistisque à l’Université d’Angers.

 

I / Le processus de normalisation

Présidence : Véronique Sarrazin.

10h : La commission de normalisation CG46/CN11 de l’AFNOR (Association française de normalisation) : retour d’expérience, par Damien Ferrero, archiviste de l’ADEME.

10h20 : Les normes sont des pratiques professionnelles : exercices de style du métier des archives, la norme Records Management, par Geneviève Drouhet écrivain et ancienne responsable du service d’archives du groupe Médéric.

10h40 : Normalisation/certification de l’archivage externalisé, par André Galistin, président de l’association PAGE (Prestataires en Archivage et Gestion Externalisée).
11h : Discussion.
11h20–11h40 : Pause.

II / Normes et pratiques professionnelles, entre contraintes et adaptations

Présidence : Didier Boisson.
11h40: Le rapport entre l’archiviste, l’archivistique et les normes informatiques ? par Florence Clavaud, déléguée à la formation informatique de l’école nationale des chartes.

12h : Pour une auto évaluation des pratiques de classement en fonction des normes : l’élaboration d’un manuel de procédures, par le groupe Gestion des services du Master 2 Histoire et métiers des archives de l’Université d’Angers.

12h20: Discussion.
12h30–14h : Déjeuner.

14h : Les bâtiments d’archives : quand la pratique construit la norme , par Corentin Sommier, doctorant en sciences humaines , spécialité archivistique au sein du CERHIO UMR – 6258.

14h20 : Exposer des documents patrimoniaux : la norme à l’épreuve de la réalité, par Anne-Hélène Rigogne, adjointe au chef du service des expositions de la Bibliothèque nationale de France.

14h40 : La normalisation : un gage de réussite pour l’archivage numérique, par Michel Jacobson, chef de projet sur l’archivage électronique au département de l’innovation technologique et de la normalisation (DITN) à la direction des Archives de France.

15h–15h20 : Discussion.
15h20–15h40 : Pause.

III / La norme, un moyen d’amélioration de la notion de service ?
Présidence : Jean-Michel Matz.

15h40 : Démarche qualité et certification au sein d’un établissement accrédité : le CHRU de Tours. Retour d’expérience et valorisation de l’image du service central d’archives, par Anne–Marie Bailloux, archiviste hospitalier responsable du service central d’archives du CHRU de Tours.

16h : Les normes ISO 2789 et ISO 11620 : prendre la mesure de la bibliothèque à l’ère du Nouveau management public, par Pierre-Yves Renard, conservateur de la bibliothèque de l’Insee – Animateur de la commission de normalisation française “évaluation des résultats des services documentaires ».

16h20 : La certification ISO 9001 appliquée à la gestion des archives publiques : l’expérience du Centre des Archives de l’Armement et du Personnel, Anne-Élyse Lebourgeois, conservateur du patrimoine au Centredes Archives de l’Armement et du Personnel SHD/CAA.

16h40–17h : Discussion.

17h : Conclusion par Patrice Marcilloux, maître de conférences en archivistique à l’Université d’Angers.
17h30 : Visite de l’exposition Ici des choses volent de Nini Geslin (galerie 5 de la Bibliothèque universitaire d’Angers). 

Le blog des étudiants est ici.