Archives par mot-clé : Généalogie

Cybergénéalogie et filiation

Les pratiques généalogiques contemporaines n’ont pas été étudiées depuis que la mise en ligne de documents d’archives et l’émergence de sites Web entièrement dédiés à la généalogie ont entraîné l’apparition aux cotés des généalogistes traditionnels, de généanautes, cybergénéalogistes ou généalogistes internautes. Continuer la lecture de Cybergénéalogie et filiation

Sujets de recherche 2014-2015

Les étudiants du parcours Métiers des archives du master mention histoire, document de l’université d’Angers réalisent au cours de leur première année de master un mémoire de recherche. Continuer la lecture de Sujets de recherche 2014-2015

Les papiers de famille aujourd’hui, objets de mémoire et supports de recherche

Par Anne-Sophie Boisselet

Anne-Sophie Boisselet, Les papiers de famille aujourd’hui, objets de mémoire et supports de recherche. Les archives familiales au service de la généalogie, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2014, 75 p. as_boisselet_couv

Les papiers de famille joue un rôle dans la mémoire familiale ; ils font partie d’un héritage intergénérationnel matériel et constituent des marqueurs historiques constitutifs de l’histoire d’un groupe de parenté, un outil d’affirmation et de construction identitaire. Matérialisation d’un patrimoine familial, ils sont conservés pour permettre à la génération suivante de s’y référer. Sources de première main car leur origine les rend incontestables, ils peuvent être mobilisés et exploités à des fins généalogiques.

L’étude proposée dans le cadre de ce mémoire se concentre sur un cas particulier, celui de Louise, âgée de 80 ans1. Louise a dans un premier temps réalisé la généalogie ascendante de sa lignée maternelle, commencée à la suite du décès de sa mère, comme une forme d’hommage filial. C’est à la suite d’un concours de circonstance qu’elle découvre des papiers de sa famille paternelle chez un cousin. Depuis 20 ans, elle exploite ces documents qu’elle s’est très progressivement vu confier, documents qu’elle s’efforce de lire et d’analyser et qu’elle croise avec des enquêtes et des photographies prises sur le terrain pour réaliser divers arbres généalogiques et dossiers2.

Le mémoire tente d’expliciter les motivations de cette généalogiste face à l’utilisation de ces documents3. L’objectif est de mettre en exergue l’aspect pensé et réfléchi de la conception d’un récit généalogique, influencé par les motivations et aspirations du généalogiste. L’étude de cas montre que la posture de mémorialiste familial permet d’acquérir une position spécifique dans le groupe de parenté4. Elle montre aussi l’importance du caractère influant de l’affect dans la conduite d’une recherche généalogique. Qu’il s’agisse de procédés conscients ou inconscients, les affects, indissociables de l’enquête généalogique, donnent lieu à une généalogie « choisie » qui pose alors la question de l’objectivité du travail achevé et transmis.
____________________________________

1. Louise est célibataire. Ses parents ont divorcé lorsqu’elle était jeune adulte.

2. Sur la question de l’écriture et la réécriture du récit généalogique, Sylvie Sagnes, « De terre et de sang : la passion généalogique », Terrain, revue d’ethnologie de l’Europe, n° 25, 1995 ; « Cultiver ses racines. Mémoires généalogiques et sentiment d’autochtonie », Éthnologie française, n° 34, 2004 ; « Faire saigner ses racines : archives et généalogie », À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses, dans Patrice Marcilloux, sous la dir. de, Angers, Presses universitaires d’Angers, 2009.

3. Il se situe en cela dans la suite de divers travaux : Anne Muxel, Individu et mémoire familiale, Paris, Nathan, 1996 ; Chantal Rodet, Yves Grafmeyer, sous la dir. de, Le récit généalogique. Conditions et enjeux d’une production, Université Lumière Lyon 2, 2003 ; Patrice Marcilloux, Les ego-archives : traces documentaires et recherche de soi, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

4. Patrice Cuynet, « La passion ancestrale. Qu’est-ce qui fait courir le généalogiste ? », Le Divan familial, n° 6, 2001.

À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses : publication de la journée d’étude du 9 mars 2007

À l’heure de la mise en ligne massive de documents d’archives numérisés, de la réforme des études d’histoire dans le cadre du processus de Bologne et des premiers signes de stagnation numérique du lectorat des services d’archives, les communications rassemblées dans cet ouvrage entendent contribuer à un renouvellement de l’approche des publics d’archives en mettant l’accent sur l’étude de leurs caractéristiques et de leurs demandes et plutôt que sur l’offre déployée par les professionnels. À  l’occasion d’une journée d’étude en 2007 par l’AEDAA, les étudiants du master « histoire et métiers des archives » et le CERHIO, les organisateurs ont plaidé pour une multiplication des enquêtes quantitatives et qualitatives, ainsi que pour une réflexion ouverte à la pluridisciplinarité. Continuer la lecture de À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses : publication de la journée d’étude du 9 mars 2007

À l’écoute des publics des archives : leurs identités, leurs attentes, nos réponses (journée d’étude du 9 mars 2007)

Présentation

L’organisation par l’Association des archivistes français en 1998 d’un colloque intitulé Les archives au service du public : quelles offres pour quelles attentes ? (actes publiés dans La Gazette des archives en 1999) était révélatrice d’une réflexion renouvelée de la profession sur les utilisateurs des services d’archives. Peu de temps après, la direction des Archives de France publiait, avec l’aide du département des études et de la prospective du ministère de la Culture, deux grandes enquêtes sur les publics des archives communales et départementales (en 2001), ainsi que nationales (en 2003) qui, pour la première fois, donnaient un fondement statistique solide à la connaissance de nos publics.

Cet intérêt nouveau signe une prise de conscience de la part des professionnels. Il marque aussi, sans doute, les interrogations d’une profession qui hésite parfois dans ses choix stratégiques.

Le débat n’est donc pas clos et le sujet mérite d’être encore approfondi. La journée du 9 mars 2007 entend y contribuer en se plaçant résolument du côté de la demande et non de l’offre : il ne s’agit pas ici de collectionner les expériences ou les explorations, si intéressantes soient-elles, d’approches originales des relations avec les usagers, mais bien de partir d’une analyse quantitative et qualitative des publics, pour envisager la possibilité et/ou la nécessité de nouvelles offres. Trois questionnements principaux structurent la journée :

 Quelle est l’identité de ces publics : qui sont-ils ?

 Quelles sont leurs attentes : pourquoi viennent-ils aux archives et qu’espèrent-ils y trouver ?

 Quelles réponses pouvons-nous et devons-nous leur apporter ? Faut-il suivre le modèle des autres services culturels (bibliothèques et musées) ?

La journée d’étude a été publiée en 2009 (ici).

Archives : matérialités en question (journée d’étude du 10 février 2012)

Comment repenser la matérialité des archives et ses enjeux dans un contexte de diversification des supports ?

 

         Depuis la fin du XXe siècle, nous assistons à une évolution des formes des archives et, avec le passage au numérique, de nouveaux supports sont apparus. La dématérialisation est devenue une pratique de plus en plus fréquente. Ce contexte a provoqué une reformulation de la définition légale des archives : selon la loi du 3 janvier 1979, celles-ci étaient l’ensemble des documents quel que fût « leur support matériel ».

         Mais la loi du 15 juillet 2008 a retiré toute référence à la matérialité. Pour autant cette dernière ne demeure-t-elle pas une dimension difficilement dépassable et l’effacement de la matérialité est-il même si unanimement souhaité qu’on le dit généralement ?

     Quels éléments de réponse nous apportent des sciences proches de l’archivistique comme les sciences de l’information ou les sciences humaines en général ?

     Que sait-on des mécanismes d’adaptation et des changements d’attitudes des professionnels et des publics ?

     Certains regards sur les archives, celui des artistes notamment, ne viennent-ils pas paradoxalement célébrer la matérialité des archives au moment où elle se relativise ?

 Programme

 9h15    Échange d’une convention de partenariat entre Didier Le Gall, doyen de la faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines, et Ousmane Mbaye, responsable du pôle Patrimoine documentaire d’EDF (EDF archives/reprographie).

Signature de la convention par Didier Le Gall (Université d’Angers) et Ousmane M’Baye (EDF)

9h30    Ouverture de la journée, Didier Le Gall, doyen de la faculté de Lettres, Langues et Sciences humaines de l’université d’Angers, et Anne Lafon, présidente de l’Association des étudiants et diplômés d’archivistique d’Angers.

9h45    Introduction de la journée, Damien Hamard, archiviste de l’université d’Angers.

 

 I. La matérialité, regards disciplinaires

Sous la présidence de Didier Boisson, professeur des universités en histoire moderne.

 10h05    « Numérique et matérialité : le rôle du support dans le fonctionnement de l’archive », Bruno Bachimont, directeur à la recherche de l’université de technologie de Compiègne.

 10h25     « De quelques aspects juridiques du support », Michèle Battisti, responsable de la veille juridique pour l’Association des professionnels de l’information et de la documentation.

 10h45    « La matérialité des objets d’affection : souvenirs, médiathèques domestiques et patrimonialisations », Véronique Dassié, chercheur associée au laboratoire CITERES (Tours). 

 11h05    Débat

 11h20    Pause 

 

II. Supports, pratiques professionnelles et publics

 Sous la présidence de Jean-Michel Matz, professeur des universités en histoire du Moyen Âge.

11h40    « La dématérialisation de la collecte : vers l’effacement de la matérialité de l’archive ? », Céline Guyon, responsable de la politique de gestion des documents électroniques et des archives au conseil général de l’Aube. 

 12h00    « Du généalogiste au généanaute : des pratiques renouvelées ? », étudiants du M2 professionnel Histoire et métiers des archives de l’université d’Angers.

 12h20    Pause déjeuner 

14h00    « Les bibliothèques à l’épreuve de la dématérialisation », Claude Poissenot, enseignant-chercheur au département Info-Com de l’IUT Nancy-Charlemagne.

14h20    « Quels repères pour la lecture numérique ? », Claire Belisle, ingénieure de recherche CNRS.       

14h40    Débat 

 

III. Quand l’art parle d’archives 

Sous la présidence d’Yves Denéchère, professeur des universités en histoire contemporaine.

15h00   « Matières confondues », Béatrice Corfmat-Moulun, enseignante en arts plastiques au collège et lycée David d’Angers.   

15h20   « Archives de l’art, art de l’archive : coudoiements et rencontres en matérialité», Patrice Marcilloux, maître de conférences en archivistique à l’université d’Angers. 

15h40    Pause    

16h00    « Archives et pratiques contemporaines », Sylvie Mokhtari, responsable de la revue Critique d’Art, éditée par les Archives de la critique d’art. 

16h20    Débat 

16h40    Conclusion, Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique à l’université d’Angers.

 

17h00     Fin de la journée d’étude

 

18h30    Découverte des œuvres de Béatrice Corfmat-Moulun dans son atelier, au 14, rue Roger de la Grandière à Angers (sur inscription).

Le blog des étudiants est ici. Le live-tweet est archivé par l’AEDAA.