Archives par mot-clé : Mémoires de la Somme

Le dynamisme local : l’exemple de Mémoires de la Somme

Intervention d’Olivier de Solan, directeur des archives départementales de la Somme et conservateur en chef du patrimoine.

Par Marina Kounkou-Kekolo et Kelly Resnier

Mémoires de la Somme est un portail départemental atypique, fruit de l’alliance d’une volonté certaine et d’une part de hasard.

memoires_somme_20140224

Il résulte d’une politique de numérisation débutée en 1996 et visant à mettre à disposition des publics des images de cartes, plans, cartes postales puis de l’état civil. Ce programme a pris 7 ans, jusqu’en 2008. Dans un premier temps, ces images étaient uniquement accessibles en salle de lecture. Mais face à l’existence d’une demande très forte de consultation à distance et en réponse aussi à une forme d’émulation entre fournisseurs de données, le portail Mémoires de la Somme est ouvert en 2010. La vocation du site est de donner accès à des images numérisées provenant des archives départementales et de partenaires, surtout l’historial de la Grande Guerre, qui avait aussi besoin de mettre en ligne des collections de photographies prises par des soldats. Le choix a été fait de maintenir les informations relatives aux archives départementales sur le site du Conseil général, lequel ne souhaitait pas que se développe un site spécifique à un de ses services. Actuellement le portail offre 3 millions d’images, provenant principalement des archives (état civil notamment). Depuis la signature en 2011 d’une convention avec la DRAC, le Département prend en charge le fonctionnement et la Drac encourage les institutions à y participer, dès lors qu’elles détiennent des archives sur la Somme (dossiers de l’inventaire, Bibliothèque nationale de France – extraction de Gallica -, mémoire vivante de Picardie, un opérateur régional en matière d’archives sonores et audiovisuelles ). S’y ajoute l’Australian War Memorial, . Le portail est accessible via le moteur « collections » depuis le site grand public du ministère de la Culture (culture.fr) et, inversement, permet de l’interroger grâce à un widget. Du point de vue des archives départementales, cet outil devait permettre d’être un lieu de références sur l ‘histoire du département et de répondre au centenaire de la Grande Guerre.

Les choix techniques réalisés ont été clairement en faveur d’un entrepôt ouvert et interopérable1 : usage de la DTD EAD (Encoded Archival Description), identifiants pérennes (ark, Archival Resource Key mis en place par la California Digital Library ), protocole OAI-PMH (Open Archives Initiative – Protocol for Metadata Harvesting). Un filigrane varie en fonction des fournisseurs de données, ce qui permet de respecter les identités de chacun. Ces choix ont joué un rôle important dans les conditions de réutilisation des données publiques. Il n’en reste pas moins que mettre en commun des ressources et travailler ensemble peut se révéler compliqué. Ainsi, l’alimentation du portail a pu relever parfois de l’artisanat. Certaines données n’ont pu être récupérées et intégrées qu’en procédant manuellement au cas par cas, ce qui est très chronophage. De plus, chaque partenaire a ses propres règles de gestion des droits ou de reproduction, ce que l’internaute perçoit difficilement. Cette collaboration a aussi été l’occasion d’échanger sur les pratiques professionnelles dememoires_somme_recherche_20140224 chacun.

Sur le portail, on peut réaliser des recherches simples, thématiques ou multi-fonds. Les résultats permettent soit de visualiser directement l’image, soit offre un lien permettant de basculer sur un site partenaire. Les demandes du public sont claires, mais pas toujours satisfaites : simplicité d’usage, rapidité d’affichage, téléchargements d’images, mise à jour rapide. L’indexation collaborative n’a pas été proposée car il ne semblait pas y avoir de demandes des utilisateurs en ce sens. 

Les archives départementales de la Somme réfléchissent actuellement à une refonte du site. Les directions d’évolutions sont les suivantes. D’une manière générale, l’idée est de créer une partie éditoriale. Du côté des relations avec les partenaires, il s’agira de relayer leurs actualités et de mener des projets en commun, comme avec l’Historial de la Grande Guerre autour du centenaire de la guerre. Cette éditorialisation devrait s’ouvrir à d’autres informations provenant de l’université, des services d’archives municipales, des sociétés savantes. Le nouveau site s’intéressera aussi à des publics spécifiques. Un effort important sera fourni en direction du monde de l’enseignement : création d’albums, de dossiers pédagogiques, interfaçage avec les environnements numériques de travail des enseignants. Le public généalogiste se verra proposer de nouvelles ressources avec la mise en ligne des registres matricules militaires. D’une manière générale, il s’agira de favoriser la réutilisation des données. Au-delà, est exprimé le souhait que le nouveau site permette de donner envie aux internautes de revenir aux archives, en diffusant notamment les instruments ou outils d’orientation dans les fonds, qu’ils soient numérisés ou pas.

______________________________

1. Le portail et l’hébergement sont fournis par Naoned System.

______________________________

Autre billet sur le même thème : Mémoires de la Somme : qu’en font les usagers ?

« Mémoires de la Somme », qu’en font les usagers ? par les étudiants du Master 2 Métiers des archives de l’Université d’Angers

Par Noura Bahidj et Ophélie Malais

L’intervention des étudiants de la promotion 2013-2014 Master 2 Histoire et document, Métiers des archives, portait sur l’étude de comportement des visiteurs face à un portail documentaire, à travers un exemple, celui du portail Mémoires de la Somme. Outre la définition d’un portrait-type du visiteur, il s’agissait d’objectiver les modes de fréquentation, d’identifier les attentes et d’évaluer le degré de satisfaction. L’analyse s’appuie à la fois sur des données quantitatives d’analyse d’audience extraite de Google Analytics, et sur les réponses à une enquête en ligne administrée du 25 janvier 2014 au 6 février 2014 utilisées de manière qualitative1.

Les visiteurs du portail sont à 96 % localisés en France, majoritairement en Picardie et en Île-de-France. Les 4 % restants viennent de tous les continents. Les profils sont très divers avec un panel de métiers assez large. Le portail, depuis l’ouverture en janvier 2010, a reçu plus de 2.5 millions de visites. Mais la fréquentation, après l’explosion des premiers mois démontrant une réelle attente, ne cesse de baisser. Pourtant, les mises en ligne se poursuivent pour constamment renouveler l’offre. Ces nouvelles images ne suffisent pas à enrayer la diminution. Cette désaffection progressive des visiteurs n’empêche pas l’existence d’un public fidèle et constant (72 % des visiteurs). Si l’on devait dresser le portrait des pratiques du visiteur, on peut dire que les utilisateurs se connectent de 16 à 18h, depuis leur domicile, et qu’on remarque des pics d’affluence sur certaines périodes de l’année (autour du 11 novembre par exemple). L’internaute navigue majoritairement depuis son ordinateur, même si l’augmentation des connexions depuis les mobiles et tablettes est notable (multiplication par 20 entre 2010 et 2013) mais en lien avec ce que l’on sait des équipements des familles. Le moyen principal d’accès au site est le moteur de recherche Google, sur lequel sont entrés les termes « archives » et « Somme » ou « 80 ». Les visiteurs n’arrivent donc pas par hasard. Ils savent précisément qu’ils recherchent un site d’archives départementales2. Ce sont des utilisateurs avertis qui connaissent l’offre et les services.

La moyenne de temps de connexion d’un utilisateur sur le portail entre 2010 et 2013 est de 37 minutes. Les rubriques les plus consultées sont les pages et images numérisées et visualisées grâce à l’outil Mnésys (92% des pages vues), et la recherche dans l’état civil (44 personnes sur 46 admettent l’utiliser). Les connexions à la rubrique relative à la Grande Guerre en 2012 et 2013 sont en diminution, alors qu’on se serait attendu au contraire dans le contexte commémoratif du centenaire.

Le portail a permis de construire une salle de lecture virtuelle : on dénombre annuellement 2500 lecteurs dans la salle de lecture du bâtiment des archives départementales, contre 144 000 visiteurs via le site3. On peut aussi émettre quelques préconisations pour améliorer le portail : de nouvelles offres interactives adaptées à la taille des écrans et un référencement amélioré, la poursuite de la mise en ligne de l’état civil, l’ajout des archives du recensement militaire (fiches signalétiques des services) et notarial, dans le but de diversifier l’offre et renouveler le public.

_____________________________

1. Cette enquête était disponible depuis la page d’accueil de Mémoires de la Somme. La mise en ligne ayant été retardée, le nombre de réponses n’a pas été jugé suffisant pour une exploitation quantitative.

2. Mémoires de la Somme est aussi un portail permettant de rechercher dans les catalogues d’autres institutions. Or, l’accès au site depuis les résultats de mots-clefs saisis dans Google montre que ces autres institutions ne génèrent pas de flux vers lui.

3. Visiteurs uniques d’après l’enquête statistique annuelle (chiffres de 2012).

_____________________________

Ont participé à cette enquête :

Raïane Bas, Alexandre Béranger, Anaïs Berger, Thomas Blanchy, Clémence Chauveau,Clémentine Dumas, Sandy Guibert, Pierre Hamel, Adélaïde Laloux, Fransceska Malle, Romain Simonneau, Marine Vautier

_____________________________

Autre billet sur le même thème : Le dynamisme local : l’exemple de Mémoires de la Somme