Archives par mot-clé : Portail

« Mémoires de la Somme », qu’en font les usagers ? par les étudiants du Master 2 Métiers des archives de l’Université d’Angers

Par Noura Bahidj et Ophélie Malais

L’intervention des étudiants de la promotion 2013-2014 Master 2 Histoire et document, Métiers des archives, portait sur l’étude de comportement des visiteurs face à un portail documentaire, à travers un exemple, celui du portail Mémoires de la Somme. Outre la définition d’un portrait-type du visiteur, il s’agissait d’objectiver les modes de fréquentation, d’identifier les attentes et d’évaluer le degré de satisfaction. L’analyse s’appuie à la fois sur des données quantitatives d’analyse d’audience extraite de Google Analytics, et sur les réponses à une enquête en ligne administrée du 25 janvier 2014 au 6 février 2014 utilisées de manière qualitative1.

Les visiteurs du portail sont à 96 % localisés en France, majoritairement en Picardie et en Île-de-France. Les 4 % restants viennent de tous les continents. Les profils sont très divers avec un panel de métiers assez large. Le portail, depuis l’ouverture en janvier 2010, a reçu plus de 2.5 millions de visites. Mais la fréquentation, après l’explosion des premiers mois démontrant une réelle attente, ne cesse de baisser. Pourtant, les mises en ligne se poursuivent pour constamment renouveler l’offre. Ces nouvelles images ne suffisent pas à enrayer la diminution. Cette désaffection progressive des visiteurs n’empêche pas l’existence d’un public fidèle et constant (72 % des visiteurs). Si l’on devait dresser le portrait des pratiques du visiteur, on peut dire que les utilisateurs se connectent de 16 à 18h, depuis leur domicile, et qu’on remarque des pics d’affluence sur certaines périodes de l’année (autour du 11 novembre par exemple). L’internaute navigue majoritairement depuis son ordinateur, même si l’augmentation des connexions depuis les mobiles et tablettes est notable (multiplication par 20 entre 2010 et 2013) mais en lien avec ce que l’on sait des équipements des familles. Le moyen principal d’accès au site est le moteur de recherche Google, sur lequel sont entrés les termes « archives » et « Somme » ou « 80 ». Les visiteurs n’arrivent donc pas par hasard. Ils savent précisément qu’ils recherchent un site d’archives départementales2. Ce sont des utilisateurs avertis qui connaissent l’offre et les services.

La moyenne de temps de connexion d’un utilisateur sur le portail entre 2010 et 2013 est de 37 minutes. Les rubriques les plus consultées sont les pages et images numérisées et visualisées grâce à l’outil Mnésys (92% des pages vues), et la recherche dans l’état civil (44 personnes sur 46 admettent l’utiliser). Les connexions à la rubrique relative à la Grande Guerre en 2012 et 2013 sont en diminution, alors qu’on se serait attendu au contraire dans le contexte commémoratif du centenaire.

Le portail a permis de construire une salle de lecture virtuelle : on dénombre annuellement 2500 lecteurs dans la salle de lecture du bâtiment des archives départementales, contre 144 000 visiteurs via le site3. On peut aussi émettre quelques préconisations pour améliorer le portail : de nouvelles offres interactives adaptées à la taille des écrans et un référencement amélioré, la poursuite de la mise en ligne de l’état civil, l’ajout des archives du recensement militaire (fiches signalétiques des services) et notarial, dans le but de diversifier l’offre et renouveler le public.

_____________________________

1. Cette enquête était disponible depuis la page d’accueil de Mémoires de la Somme. La mise en ligne ayant été retardée, le nombre de réponses n’a pas été jugé suffisant pour une exploitation quantitative.

2. Mémoires de la Somme est aussi un portail permettant de rechercher dans les catalogues d’autres institutions. Or, l’accès au site depuis les résultats de mots-clefs saisis dans Google montre que ces autres institutions ne génèrent pas de flux vers lui.

3. Visiteurs uniques d’après l’enquête statistique annuelle (chiffres de 2012).

_____________________________

Ont participé à cette enquête :

Raïane Bas, Alexandre Béranger, Anaïs Berger, Thomas Blanchy, Clémence Chauveau,Clémentine Dumas, Sandy Guibert, Pierre Hamel, Adélaïde Laloux, Fransceska Malle, Romain Simonneau, Marine Vautier

_____________________________

Autre billet sur le même thème : Le dynamisme local : l’exemple de Mémoires de la Somme

Les portails documentaires : un atout pour les archives ? Programme de la journée d’étude du 14 février 2014

 

THÈME 1

Portails documentaires et web sémantique, quels outils ?

10h00 : Archives ouvertes, la communication scientifique pérenne, Christine Berthaud, Centre pour la communication scientifique directe, CNRS.

10h20 : Omeka, une plate-forme pour les humanités numériques, Pierre Couchet, laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie, Archives Henri Poincaré, Université de Lorraine.

10h40 : Portails documentaires et référentiels du Web sémantique : exemples et enjeux à venir à partir de HDA-Lab et DBpedia, Alexandre Monnin, Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne.

11h00 : Débats

THÈME 2

Acteurs et stratégies

11h40 : Vers un éco-système de valorisation numérique pour les archives, Lucile Grand, service interministériel des Archives de France.

12h00-14h00 : Repas

14h00 : Le dynamisme local : l’exemple de « Mémoires de la Somme », Olivier de Solan, archives départementales de la Somme.

14h20 : Le portail « Sauvegarde de la parole sarthoise » : un exemple de collaboration, Franck Pohu, Fréquence Sillé.

14h40 : Débats

15h00 : Pause

THÈME 3

À l’épreuve des usagers

15h20 : Appropriations du patrimoine numérisé et communautés apprenantes sur le web, Philippe Chevallier, Bibliothèque nationale de France.

15h40 : Heurs et malheurs d’un portail : l’exemple du Rize, Xavier de la Selle, Le Rize, Villeurbanne.

16h00 : « Mémoires de la Somme », qu’en font les usagers ? Les étudiants du master Métiers des archives de l’université d’Angers (Raïane Bas, Alexandre Béranger, Anaïs Berger, Thomas Blanchy, Clémence Chauveau, Clémentine Dumas, Sandy Guibert, Pierre Hamel, Adélaïde Laloux, Franceska Malle, Romain Simonneau, Marine Vautier).

16h20 : Débats

16h40 : Conclusions, Christophe Jacobs, Université d’Angers.

17h00 : Fin de la journée

17h30-19h : Visite commentée de l’exposition Trésors enluminés des musées de France, Pays de la Loire et Centre au musée des Beaux-Arts d’Angers (14, rue du musée).

Télécharger la plaquette : je_portails_documentaires_plaquette_v7

Live-tweet

Les portails documentaires : un atout pour les archives ? Appel à communication

Les portails documentaires : un atout pour les archives ?

Chaque année, une journée d’étude sur une question professionnelle d’actualité est organisée par les étudiants du Master 2 Histoire et document, Métiers des archives et des bibliothèques de l’Université d’Angers et par l’Association des étudiants et diplômés en archivistique d’Angers (AEDAA).

En 2014, la journée d’étude portera sur un outil en plein développement, le portail documentaire et sur ses possibilités d’utilisation dans le milieu des archives.

Elle se tiendra le 14 février 2014 à la Maison des Sciences Humaines de l’Université d’Angers de 9h à 17h.

Argumentaire

Contexte

Depuis une dizaine d’années, on observe une augmentation de l’usage des outils informatiques et d’Internet dans les services d’archives. Cependant, une diminution significative de la fréquentation du public dans les salles de lecture et sur les sites Internet est actuellement observable. Parallèlement, l’évolution des nouvelles technologies laisse apparaître une difficulté : trouver une information pertinente. Celle-ci est noyée dans le bruit du fait de la multiplicité et de la dispersion des sources ainsi que de la diversité des outils permettant d’accéder à ces sources. De nouveaux besoins se font alors sentir. Les chercheurs désirent trouver les informations les plus utiles pour les thèmes qu’ils étudient. En outre, ils souhaitent accéder ou localiser rapidement des documents. Les modes de recherche doivent évoluer.

Les portails documentaires

Cet outil est évolutif et finalement assez difficile à définir à cause de ses multiples formes et de son apparition assez récente.Plusieurs terminologies sont employées pour désigner les portails documentaires : on parle également de méta-catalogue ou de plate-forme de recherche. Les portails documentaires ont été initialement utilisés par les bibliothèques. Peu à peu, leur utilisation s’est répandue dans la sphère culturelle, notamment dans les musées et les services d’archives.

On considérera ici les portails comme un outil permettant un accès unifié à des ressources documentaires et archivistiques dispersées (données numériques et numérisées) grâce à des robots qui vont chercher les métadonnées intéressantes (moissonnage, recherche fédérée, protocole d’interrogation, interopérabilité). Cet outil a également l’avantage d’être personnalisable.

Les enjeux des portails documentaires dans le monde des archives ?

 

Rapportés aux archives et à la description complexe à plusieurs niveaux, les portails documentaires peuvent-ils devenir des portails archivistiques ? Les archives peuvent-elles intégrer les portails documentaires ? Comment fournir un contenu adapté et adaptable aux usagers, paramétrable en fonction de thèmes, de périodes chronologiques ou de zones géographiques ? Est-il pertinent de simplifier la recherche grâce à une interface unique ? Quelle part peut-on réserver au collaboratif ?

Problématique

 Actuellement, le public des archives décroît et la fréquentation des sites d’archives est en baisse. Quelle stratégie employer pour trouver de nouveaux utilisateurs, les guider, les motiver et les fidéliser ? Quelles nouvelles réponses peuvent apporter les portails documentaires ?

Les axes de recherche identifiés pour cette journée d’études peuvent porter sur les problématiques suivantes :

 

Thème 1 – Le portail documentaire, un outil au service des archives ?

On cherchera à poser des définitions et à éclaircir la terminologie. Un panorama quantitatif ou qualitatif des portails existants, une histoire des portails à travers des exemples emblématiques seraient apprécié. La question du lien entre portail et archives ouvertes est aussi à poser.

Thème 2 – Acteurs et stratégies

On s’attachera à questionner les échelles : quels sont les enjeux européens et, à l’autre bout de la chaîne, les formes du dynamisme local ? Comment se positionne le SIAF ? Quelle part prennent les acteurs non-archivistes – monde de la recherche, associations, monde marchand ?

Thème 3 – Les portails documentaires à l’épreuve des usagers

Si on se place du point de vue des usages, comment les internautes s’approprient-ils ces outils ? Peut-on rendre compte des utilisations qu’ils en font? En sont-ils satisfaits ? Qu’apporte les démarches qualité ? Où en est la personnalisation au service des usagers ?

Modalités de soumission

Les projets de contributions, pour une durée de 20 minutes d’intervention orale, sont à envoyer à l’adresse suivante : adelaide.laloux@gmail.com avant le 15 décembre 2013.

Les projets doivent mentionner :

  • les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, courriel, fonction et institution de rattachement),

  • le titre de la communication,

  • l’objectif visé,

  • une brève présentation du contenu.

Comité scientifique

Le comité scientifique est composé de :

Patrice Marcilloux, professeur des universités en archivistique à l’Université d’Angers

Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique à l’Université d’Angers

Valérie Neveu, maître de conférences en bibliothéconomie à l’Université d’Angers

Anaël Roinard, président de l’AEDAA

Vous pouvez suivre l’actualité de la préparation de cette journée sur Twitter via le hashtag #jearchives14.