Archives par mot-clé : Public

Les expositions d’archives et leurs publics. Bilan, mutations, prospectives (journée d’étude du 15 février 2013)

En partenariat avec l’AEDAA (Association des étudiants et diplômés en archivistique d’Angers) et le CERHIO (Centre d’études et de recherches historique de l’Ouest), les étudiants de master 2 Métiers des Archives organisent une journée d’étude sur la question des expositions d’archives et de leurs publics.

 

9 h 30 – Ouverture de la journée d’étude

Allocutions de Didier Boisson, directeur de l’UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines et d’Anaël Roinard, président de l’AEDAA (Association des
étudiants et diplômés en archivistique d’Angers).

9 h 45 – Introduction La place des expositions d’archives aux Archives de Maine-et-Loire (1980-2002)  par Elisabeth Verry, conservatrice générale du patrimoine, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire.

Thème 1 – Connaître les publics des expositions d’archives et de documents écrits

10 h 00 – Les publics des expositions d’archives : essai d’approche quantitative et qualitative par Brigitte Guigueno, conservateur en chef chargé de la politique des publics, Service Interministériel des Archives de France.

10 h 20 – Les publics des expositions d’archives aux Archives nationales par Solène Richard, responsable de la politique de développement des publics, Archives nationales.

10 h 40 – Les publics des expositions des archives départementales de Maine-et-Loire par les étudiants du M2 Métiers des archives (Hugues Brochet, Maxime Cormier, Guillaume Coupevent, Côme de Guérines, Nicolas Massard, Lucie Perrault, Camille Ruchaud, Benjamin Rullier, Océane Valencia).

11 h 00 – Débat

11 h 20 – Pause

Thème 2  – Concevoir une offre d’exposition : des offres diversifiées et élaborées au service du public

11 h 40 – Scénographier le document écrit : l’exemple des archives départementales de Maine-et-Loire par Raphaël Aubrun, architecte-scénographe indépendant.

12 h 00 – Expositions d’archives, nouvelles pratiques culturelles et nouveaux publics par Mourad Laangry, responsable des expositions, archives municipales de Lyon.

12 h 20 – Repas

14 h 00 – Les sites multimédias des Commémorations nationales et les documents d’archives par Jean-Baptiste Auzel, conservateur en chef du patrimoine, délégué adjoint aux Commémorations nationales, Service interministériel des Archives de France.

14 h 20 – Expositions pluridisciplinaires : la place du document. L’exemple de l’exposition ‘‘1917’’ au Centre Pompidou-Metz par Claire Garnier, chargée de mission, Centre Pompidou-Metz.

14 h 40 – Débat

15 h 00 – Pause

Thème 3 – Analyser les comportements des publics

15 h 20 – Les archives mises en exposition par Sophie Mariani-Rousset, maître de conférences en psychologie, Université de Franche-Comté.

15 h 40 – L’écrit dans l’exposition. Formes et réceptions par Florence Andreacola, doctorante, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse.

16 h 00 – Entre capteurs et Eye tracking, une approche innovante des publics de musée : présentation de l’équipement d’excellence Matrice par Denis Peschanski, directeur de recherche au CNRS, responsable scientifique du programme Matrice et Yves Burnod, directeur de recherche à l’INSERM, responsable neurosciences du programme Matrice.

16 h 20 – Débat

16 h 40 – Conclusions, Patrice Marcilloux, maître de conférences en archivistique HDR, Université d’Angers.

 

18 h 00 – Visite commentée de l’exposition « Too Web or Not to Web », Xe triennale internationale des mini-textiles, Musée Jean-Lurçat et de la tapisserie contemporaine.

 

Pour télécharger le dépliant et  vous inscrire : Dépliant et bulletin d’inscription.

Le blog des étudiants est ici.  Le live-tweet est ici.

Nos partenaires :

À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses : publication de la journée d’étude du 9 mars 2007

À l’heure de la mise en ligne massive de documents d’archives numérisés, de la réforme des études d’histoire dans le cadre du processus de Bologne et des premiers signes de stagnation numérique du lectorat des services d’archives, les communications rassemblées dans cet ouvrage entendent contribuer à un renouvellement de l’approche des publics d’archives en mettant l’accent sur l’étude de leurs caractéristiques et de leurs demandes et plutôt que sur l’offre déployée par les professionnels. À  l’occasion d’une journée d’étude en 2007 par l’AEDAA, les étudiants du master « histoire et métiers des archives » et le CERHIO, les organisateurs ont plaidé pour une multiplication des enquêtes quantitatives et qualitatives, ainsi que pour une réflexion ouverte à la pluridisciplinarité. Continuer la lecture de À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses : publication de la journée d’étude du 9 mars 2007

À l’écoute des publics des archives : leurs identités, leurs attentes, nos réponses (journée d’étude du 9 mars 2007)

Présentation

L’organisation par l’Association des archivistes français en 1998 d’un colloque intitulé Les archives au service du public : quelles offres pour quelles attentes ? (actes publiés dans La Gazette des archives en 1999) était révélatrice d’une réflexion renouvelée de la profession sur les utilisateurs des services d’archives. Peu de temps après, la direction des Archives de France publiait, avec l’aide du département des études et de la prospective du ministère de la Culture, deux grandes enquêtes sur les publics des archives communales et départementales (en 2001), ainsi que nationales (en 2003) qui, pour la première fois, donnaient un fondement statistique solide à la connaissance de nos publics.

Cet intérêt nouveau signe une prise de conscience de la part des professionnels. Il marque aussi, sans doute, les interrogations d’une profession qui hésite parfois dans ses choix stratégiques.

Le débat n’est donc pas clos et le sujet mérite d’être encore approfondi. La journée du 9 mars 2007 entend y contribuer en se plaçant résolument du côté de la demande et non de l’offre : il ne s’agit pas ici de collectionner les expériences ou les explorations, si intéressantes soient-elles, d’approches originales des relations avec les usagers, mais bien de partir d’une analyse quantitative et qualitative des publics, pour envisager la possibilité et/ou la nécessité de nouvelles offres. Trois questionnements principaux structurent la journée :

 Quelle est l’identité de ces publics : qui sont-ils ?

 Quelles sont leurs attentes : pourquoi viennent-ils aux archives et qu’espèrent-ils y trouver ?

 Quelles réponses pouvons-nous et devons-nous leur apporter ? Faut-il suivre le modèle des autres services culturels (bibliothèques et musées) ?

La journée d’étude a été publiée en 2009 (ici).