Archives par mot-clé : Respect des fonds

L’archiviste et le collectionneur dans l’organisation du savoir au XIXe siècle. L’exemple du conflit entre les Archives de l’Empire et la Bibliothèque impériale en 1861-1863

Par Sabrina Tavernier

Sabrina Tavernier, L’archiviste et le collectionneur dans l’organisation du savoir au XIXe siècle. L’exemple du conflit entre les Archives de l’Empire et la Bibliothèque impériale en 1861-1863, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2014, 81 p.

Le XIXe siècle est-il collectionneur ? La période post-révolutionnaire est une ère de (re)naissance nationale ayant la tâche non négligeable de réorganiser les biens de l’Histoire. L’État légifère la répartition de ce que l’on appelle désormais le patrimoine, et nationalise de nouvelles institutions détentrices de la connaissance accumulée : bibliothèques, musées, Archives nationales, Archives départementales. L’État achète, échange, classe et conserve. Face à cette effervescence organisatrice, deux établissements s’affrontent au cours du second Empire. La Bibliothèque Impériale et les Archives de l’Empire sont deux entités conservatrices d’un Trésor national en mutation. L’apparition des premières théories archivistiques et les évolutions propres à la critique historique appellent les protagonistes du conflit à redéfinir le contenu et la légitimité de leurs possessions. C’est à ce débat sur la réorganisation des biens patrimoniaux que nous nous intéressons, au moyen de l’étude des archives du ministère de l’Instruction publique et de celles de l’administration des Archives nationales, et dans le sillage des recherches de Françoise Hildesheimer1 et Yann Potin2 consacrés à l’affirmation de l’institution Archives au XIXe siècle et à la notion de « collection ».

Car enfin l’on assiste peu à peu, de la part des archivistes et des historiens, à une volonté de désintégration des collections telles qu’elles ont été constituées dans le passé, au profit d’une réorganisation de celles-ci. Cette tentative de remaniement était-elle pour autant une reconstruction des collections, et peut-on regarder les archivistes comme de nouveaux collectionneurs ? Les notions de « fonds » et de « collection » à l’heure de la Révolution semblaient si proches qu’elles devaient inexorablement se jauger au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. En ce sens, nous observons que les collections de la Bibliothèque pâtissent progressivement de l’affirmation institutionnelle et scientifique des archives comme sources historiques organisées dans des fonds, puisque un projet d’échange entre les deux institutions voit le jour en 1861 proposant un transfert vers les Archives des chartes conservées par la Bibliothèque. Néanmoins, l’association théorique d’une typologie documentaire avec son établissement de référence était en elle-même mise en échec par la théorie du respect des fonds édictée par Natalis de Wailly en 1841. En conséquence, l’impossibilité, pour les protagonistes du conflit, de s’accorder sur une définition des documents devant composer ces « fonds » et « collections » devenait révélatrice de la mutation sémantique des deux termes. L’organisation intellectuelle du document avec son environnement d’origine est progressivement valorisée, et cette nouvelle priorité consomme le divorce des deux classifications dissemblables de la connaissance que sont le fonds d’archives et la collection de bibliothèque.

Cliché S. Tavernier 20140527

__________________________

1. Notamment « Les Archives nationales au XIXe siècle : établissement administratif ou scientifique ? », Histoire et archives, n° 1, 1997, p. 105-135.

2. « Collections et trésors », Hypothèses, n° 1, 2003, p. 13-22 et «  »J’ai manqué ma vocation… j’aurais du être archiviste !  » Entre archives et bibliothèques, l’itinéraire historique et diplomatique de Léopold Delisle », Léopold Delisle, actes du colloque du Centre culturel de Cerisy-la-Salle, Saint-Lô, Archives départementales de la Manche, 2004, p. 147-175.

Les raisons classificatoires – Programme du séminaire ALMA 2010-2011

 

Séance 1 : jeudi 14 octobre 2010 de 10h00 à 12h30 en salle Frida Kahlo de la MSH

 Véronique Sarrazin (université d’Angers) : « Les classifications dans les bibliothèques universitaires des années 1870 aux années 1960 ».

 

Séance 2 : jeudi 4 novembre 2010 de 10h00 à 12h30 en salle Frida Kahlo de la MSH

 Valérie Neveu (université d’Angers) : « L’inscription de la classification bibliographique dans le champ des sciences (fin XVIIe-début XVIIIe s.) ».

 

Séance 3 : jeudi 16 décembre 2010 de 10h00 à 12h30 en salle Frida Kahlo de la MSH

 Christine Nougaret (École nationale des chartes) : « Classement et respect des fonds : mariage d’amour ou de raison ? ».

 

Séance 4 : jeudi 17 février 2011 de 10h00 à 12h30 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Alexandre Monnin (université de Paris I) : « Les mots et les choses à l’heure du Web : URIs,  tags, folksonomies et ontologies ».

 

Séance 5 : jeudi 24 février 2011 de 10h00 à 12h30 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Martine Sin Blima-Barru (Archives nationales) : « Les cadres de classement archivistiques pendant la période révolutionnaire ».

 

Séance 6 : jeudi 10 mars 2011 de 10h00 à 12h30 en salle Frida Kahlo de la MSH

 Travaux d’étudiants