Archives par mot-clé : Selle (Xavier de la)

Heurs et malheurs d’un portail : l’expérience du Rize par Xavier de La Selle

Par Roman Monier et Ambre Privat

Xavier de la Selle a été directeur des archives départementales de l’Aube pendant près de quatorze ans avant de rejoindre Villeurbanne en 2007 pour diriger le futur centre dédié au travail de mémoire, devenu Le Rize. centre mémoires et société, et inauguré en février 2008. Il a été président de l’Association des archivistes français de 2010 à 2013 et entretient des liens étroits avec le monde universitaire.

Le centre mémoires et société est un projet porté par la municipalité de Villeurbanne et un équipement culturel atypique. Le Rize veut contribuer à la cohésion sociale par le travail de mémoire et construire un récit partagé en sollicitant différentes mémoires. Son premier portail, à son image, voulait mettre en lien différentes institutions culturelles de la ville afin de fournir aux Villeurbannais, par le biais de la recherche fédérée, un moyen de construire un « récit collectif ».

L’intervention de Xavier de la Selle visait à tirer un bilan nuancé du premier portail mis en service dès l’ouverture du centre en 2008, portail qui n’a pas tenu ses promesses, ce qui a amené l’équipe à réfléchir en 2013-2014 à sa restructuration et même sa refonte.

Une première expérience inaboutie

Le premier portail du Rize a été conçu comme la représentation virtuelle de ce qu’est le centre, à savoir la réunion de toutes les institutions culturelles et de documentation de la ville de Villeurbanne en un seul équipement (archives municipales, médiathèque municipale, bibliothèque de proximité, lieu d’actions culturelles notamment expositions et de résidences), une sorte de « montage hybride » sur le modèle des écomusées (laboratoire-conservatoire-école). Le portail incarnait le projet politique qui avait voulu une unité du lieu pour assurer une cohérence des ressources. Il s’agissait de créer un espace de vie et de recherche communs, pas seulement dans le but de regrouper physiquement ou de manière pratique ces organismes – une unité par le haut – , mais surtout en vue de mettre en place une unité intellectuelle par le bas.

Cette approche a conditionné le périmètre et les contours du portail. Le recours à la recherche fédérée était le symbole de cette démarche. Elle s’est imposée d’évidence. De même, il était important que les habitants participent au projet. D’où la possibilité de déposer dans une bibliothèque numérique leurs propres documents.

Pour autant, cette vision s’est révélée théorique et n’a pas rencontré les publics ciblés.

Xavier de la Selle voit plusieurs raisons à cet insuccès.

La première est l’absence de fonds archivistiques ou documentaires en ligne en 2008. Le portail a ouvert sans stock d’images, sans numérisation préalable. Il a pu paraître vide de ressources.

La deuxième peut être liée au choix de l’outil1, une solution orientée médiathèque qui identifie parfaitement des documents isolés mais ne gère pas des ensembles d’images, comme un registre à feuilleter.

Une troisième difficulté venait de la qualité insuffisante des exports EAD des descriptions saisies sous Avenio par le service d’archives municipales.

Outre ces raisons conjonctuelles, Xavier de la Selle identifie deux autres points d’achoppement qui mettent en jeu la conception de départ. D’une part, la recherche fédérée semble ne pas avoir été pertinente, la médiathèque ne disposant d’un fonds local. D’autre part, le dépôt en ligne n’a pas fonctionné, car il n’y avait pas vraiment de « communauté » pré-existante.

Une réflexion éditoriale

Entre temps, la médiathèque a développé un site en propre et, parallèlement, le Rize s’est lancé dans une campagne de collecte de témoignages et récits de vie et des opérations de numérisation des archives. Cette situation a permis de reprendre la réflexion avec des données et une approche nouvelle, plus pragmatique, plus orienté vers les archives, une approche ressources tenant compte de l’émergence d’archives orales.

Le nouveau projet devait prendre en compte l’environnement local – une ville de 150 000 habitants – et l’offre existante. Ainsi, l’usage généalogique du portail est forcément limité, puisque les archives départementales ont mis en ligne l’état civil. Les associations généalogiques et les généalogistes amateurs n’ont donc aucun intérêt à utiliser un portail municipal pour ce genre de recherche. De même, on constate l’absence totale d’associations à caractère historique dans la ville.

Dans la refonte du portail, il fallait affirmer les priorités tout en améliorant l’ergonomie. Plutôt que de porter son effort sur la mise en ligne d’instruments de recherche et d’y lier ponctuellement des images, l’idée est d’inverser le regard en plaçant l’image au centre de la réflexion et au cœur du portail. Cette image doit être accompagnée d’une éditorialisation forte en accord avec ce qui se fait sur le site physique du Rize en termes d’action culturelle et d’exposition. L’objectif est de mettre en relation les Villeurbannais entre eux, afin de créer des cercles patrimoniaux concernés par l’histoire locale, et qui en deviendrait les producteurs/acteurs, en sachant qu’il n’existe à l’heure actuelle aucune documentation écrite ou numérique sur l’histoire de la ville. Il est envisagé de proposer un dictionnaire ou une encyclopédie thématique où serait sollicitée la contribution du public. Une réflexion vis à vis de Wikipédia est également en cours. Cette démarche est exigeante pour l’institution : il faudra un investissement fort du côté de la médiation pour animer et susciter des collaborations.

En conclusion, il s’agit, avec cette nouvelle version du portail du Rize, de valoriser la ville par la participation de ses habitants. Ce projet n’est pas éloigné de certains exemples muséaux tournant autour du concept de musée de la personne tel le centre d’histoire de Montréal, où le témoignage devient objet muséal. L’équipe du Rize espère une mise ligne dès l’été 2014.

________________________

1. Le portail Hermès.