Archives par mot-clé : Valorisation

Les publics des expositions d’archives : essai d’approche quantitative et qualitative par Brigitte Guigueno

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Brigitte Guigueno, conservatrice en chef chargée de la politique des publics au service interministériel des Archives de France, tente un bilan quantitatif et qualitatif sur les publics des expositions. En 2011, 60 % des visiteurs d’activités culturelles en archives départementales viennent pour une exposition, 68 % en archives municipales. C’est dire l’importance de cette offre pour les services d’archives. Les sources primaires et secondaires pour évaluer cette activité restent cependant peu importantes : une synthèse produite par l’inspection générale en 2011, la journée d’étude de la section des archives municipales de l’Association des archivistes français1 et celle intitulée À l’écoute des publics des archives : leurs identités, leurs attentes, nos réponses en 2007 à l’université d’Angers.

La source primaire la plus fiable reste le rapport statistique annuel qui comprend, outre le rapport qualitatif (rubrique « détail des activités »), plusieurs items relatifs à cette question : nombre d’expositions, nombre de visiteurs, nombre de scolaires, nombre d’expositions auxquelles le service a participé, expositions virtuelles. On constate une évolution nette. On est passé de 145 000 visiteurs en 1988 à près de 350 000 en 20112, soit une progression régulière. Le nombre d’expositions n’a vraiment significativement évolué qu’en 2003 (près de 400 expositions). Aujourd’hui, les archives départementales atteignent le chiffre d’environ 580 manifestations. En 2011, certains chiffres de fréquentation sont importants : des expositions d’archives municipales présentées en musée ont atteint les 10 000 visiteurs (Cholet, Douai, Reims). Le record appartient aux archives municipales de Manosque (45 000 visiteurs). L’exposition des Archives nationales Fichés ? Photographie et identification du Second Empire aux années 1960, quant à elle, a reçu 62 000 visiteurs. L’approche quantitative présente des failles : le nombre de services qui répond est fluctuant ce qui fausse les comparaisons ; des réponses sont lacunaires (notamment le comptage des visiteurs dans ou hors les murs3)4. Les chiffres sont donc en dessous de la réalité. Inversement compter des opérations très exceptionnelles amène à des incohérences5. Il faut donc pondérer. Dans le schéma actuellement ascendant, certains services signalent des difficultés émergentes : globalisation des crédits culturels au sein de la collectivité territoriale, diminution des heures des professeurs relais par exemple.

L’approche qualitative n’est pas plus aisée par le biais du rapport annuel. Des études ont été menées mais ponctuellement. Aux archives municipales de Bordeaux, on a administré des questionnaires aux lecteurs – et uniquement à eux. On observe que ceux-ci souhaitent en premier lieu des conférences et, en seconde position, des expositions pour 48 % d’entre eux.

On peut néanmoins noter que différentes variables jouent sur la réussite des expositions : le lieu (un lieu prestigieux, fréquenté, central), la date (l’été est favorable aux visiteurs d’où le succès de Manosque qui bénéficie d’une fréquentation touristique), le thème, les moyens de communication, les partenariats, l’amplitude horaire6. Le bouche-à-oreille ne fonctionne que sur des durées longues.

Un groupe de travail doit être mis en place pour restructurer le rapport annuel et réfléchir aux indicateurs pertinents quantitativement ou qualitativement.

____________________________________________

1. La Gazette des archives, n°160-161 (1993-1 et 2).

2. Sauf indication contraire, les chiffres concernent uniquement les archives départementales dont les réponses à l’enquête sont plus stables.

3. On constate ailleurs l’importance de la fréquentation des expositions itinérantes et hors les murs.

4. Les archives de la Manche ont mis en place un portique pour effectuer le comptage. On suivra avec intérêt cette première dans le monde des archives.

5. En 2005, une opération des archives départementales des Alpes-Maritimes en Chine fait doubler les chiffres de fréquentation.

6. 42 % de visiteurs le week-end pour l’exposition Templiers aux archives départementales de l’Aude en 2012.

La place des expositions d’archives aux Archives de Maine-et-Loire (1980-2002) par Elisabeth Verry

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Élisabeth Verry, directrice des services patrimoniaux du Maine-et-Loire et des archives départementales de Maine-et-Loire, commence son intervention par l’ interrogation suivante : des expositions, pour quoi faire ? Elle relève le désir de montrer les choses, de rendre visible ce qui n’est pas forcément très accessible car ardu, l’envie de faire surgir des richesses enfouies.

Au moment où le service du Maine-et-Loire a commencé à s’orienter vers le média de l’exposition, c’était une option originale que peu de services pratiquaient. L’attente et l’intérêt du public comme des tutelles ont été immédiates et un encouragement. L’environnement était favorable dans les années 1980. Le service était perçu comme un espace de production de culture. Déjà Célestin Port exportait des conférences hors les murs, à l’école normale par exemple. Jacques Levron a initié les premières expositions. Le contexte de la décentralisation a été également un facteur important. Le nouveau bâtiment des archives a bénéficié d’une salle d’exposition et de nouveaux moyens ont été mis à disposition du service.

Exposition des archives départementales de Maine-et-Loire
Exposition du bicentenaire de la Révolution, salle Célestin Port, Conseil général de Maine-et-Loire

En 30 ans, le service a réalisé a minima 120 expositions, auxquelles il faut ajouter celles auxquelles il a participé. Le premier événement fut le cinquième centenaire du Roi René pour lequel le service a été sollicité. Cela s’est traduit par une exposition dans la chapelle du château d’Angers, accompagnée d’un petit catalogue. Le second événement fut en 1987 le millénaire capétien, qui correspondait à l’arrivée dans le nouveau bâtiment et à l’acquisition des premières vitrines. Il s’agissait de reproduction sur des panneaux. 1989 et le bicentenaire furent un tournant. Le président du Conseil général souhaitait une exposition au Conseil général, accompagné de différents produits (catalogue, cassette vidéo, concours scolaire). Le sujet était délicat mais le traitement fut résolument et fermement historique. En 1991, pour la première fois, les objets sont introduits à côté des documents1. Des expositions hors les murs ont permis d’investir d’autres lieux comme l’abbaye de Fontevraud ou les communes. Le service se dote d’un matériel itinérant. Des valorisations sont systématiquement proposées en parallèle de l’intervention d’archivistes en commune. Avec le cinquantenaire de la Libération se déroule la première collaboration avec un maquettiste. L’idée était aussi de créer une ligne graphique, de réfléchir une identité visuelle et d’associer l’art contemporain. Les caractéristiques de cette exposition furent également une intégration texte image sur des panneaux, des photographies agrandies, des objets véritablement mis en scène. À partir de la fin des années 1990, le décor s’invite vraiment dans les murs des archives2. Début des années 2000, les premiers travaux de numérisation sont lancés avec le cadastre et la carte postale. C’est l’occasion de mettre en valeur aussi le document écrit par une vraie mise en scène. Le décor est devenu l’écrin du document : la roue des documents pour l’exposition sur les enfants assistés ou la table d’écriture pour l’exposition sur la calligraphie. Avec l’exposition sur l’école, apparaît l’image animée en liaison avec les documents.

Exposition Calligraphie aux archives départementales de Maine-et-Loire
Exposition Calligraphie aux archives départementales de Maine-et-Loire. Scénographie Raphaël Aubrun.

En conclusion, le socle reste les collections et leur richesse, en appui avec des facteurs favorables : un anniversaire, un événementiel, un partenaire. Le multimédia est essentiel. Il est aussi important de laisser une trace par des publications imprimées ou en ligne. Les expositions sont aussi des moments où on travaille en équipe, avec l’envie de créer et du bonheur.

1. Médecine et médecine en Anjou,du 3 avril au 10 juillet 1991. Cette exposition rencontra un grand succès et fut présentée dans divers lieux jusqu’au musée de l’hospice Comtesse à Lille.

2. Reconstitution d’une salle d’assises dans l’exposition Droit et justice par exemple.

À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses : publication de la journée d’étude du 9 mars 2007

À l’heure de la mise en ligne massive de documents d’archives numérisés, de la réforme des études d’histoire dans le cadre du processus de Bologne et des premiers signes de stagnation numérique du lectorat des services d’archives, les communications rassemblées dans cet ouvrage entendent contribuer à un renouvellement de l’approche des publics d’archives en mettant l’accent sur l’étude de leurs caractéristiques et de leurs demandes et plutôt que sur l’offre déployée par les professionnels. À  l’occasion d’une journée d’étude en 2007 par l’AEDAA, les étudiants du master « histoire et métiers des archives » et le CERHIO, les organisateurs ont plaidé pour une multiplication des enquêtes quantitatives et qualitatives, ainsi que pour une réflexion ouverte à la pluridisciplinarité. Continuer la lecture de À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses : publication de la journée d’étude du 9 mars 2007

À l’écoute des publics des archives : leurs identités, leurs attentes, nos réponses (journée d’étude du 9 mars 2007)

Présentation

L’organisation par l’Association des archivistes français en 1998 d’un colloque intitulé Les archives au service du public : quelles offres pour quelles attentes ? (actes publiés dans La Gazette des archives en 1999) était révélatrice d’une réflexion renouvelée de la profession sur les utilisateurs des services d’archives. Peu de temps après, la direction des Archives de France publiait, avec l’aide du département des études et de la prospective du ministère de la Culture, deux grandes enquêtes sur les publics des archives communales et départementales (en 2001), ainsi que nationales (en 2003) qui, pour la première fois, donnaient un fondement statistique solide à la connaissance de nos publics.

Cet intérêt nouveau signe une prise de conscience de la part des professionnels. Il marque aussi, sans doute, les interrogations d’une profession qui hésite parfois dans ses choix stratégiques.

Le débat n’est donc pas clos et le sujet mérite d’être encore approfondi. La journée du 9 mars 2007 entend y contribuer en se plaçant résolument du côté de la demande et non de l’offre : il ne s’agit pas ici de collectionner les expériences ou les explorations, si intéressantes soient-elles, d’approches originales des relations avec les usagers, mais bien de partir d’une analyse quantitative et qualitative des publics, pour envisager la possibilité et/ou la nécessité de nouvelles offres. Trois questionnements principaux structurent la journée :

 Quelle est l’identité de ces publics : qui sont-ils ?

 Quelles sont leurs attentes : pourquoi viennent-ils aux archives et qu’espèrent-ils y trouver ?

 Quelles réponses pouvons-nous et devons-nous leur apporter ? Faut-il suivre le modèle des autres services culturels (bibliothèques et musées) ?

La journée d’étude a été publiée en 2009 (ici).

La numérisation : rupture ou renouvellement des pratiques du patrimoine ? (journée d’étude du 13 février 2009)

PROGRAMME

 

9h30 : Ouverture de la journée par Didier Le Gall, doyen de la faculté des Lettres, langues et sciences humaines de l’université d’Angers et Mathilde Armand, présidente de l’AEDAA.

9h45 : Introduction par Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences à l’université d’Angers.

10h00 : Préambule technique : les enseignements de la pratique par Christian Chabrier, directeur d’Arkhênum.

 

Publics et usages

10h35 : Le site Mémoire des hommes par Laurent Veyssière, direction du patrimoine, de la mémoire et des archives du ministère de la Défense.

10h5511h15 : Pause

11h15 : La numérisation du mobilier du Petit Trianon (Grand Versailles numérique) par Bertrand Rondot, musée national et domaine national de Versailles.

11h35 : Entre croyances et généalogie, les projets des Mormons par Jean-Pierre Massela, Église de Jésus Christ des saints des derniers jours.

11h55 : Discussion

Des pratiques professionnelles en adaptation

14h00 : Les usages du site des archives départementales de Maine-et-Loire, présentation par les étudiants du M2 Histoire et métiers des archives d’Angers.

14h20 : Le rôle d’une collectivité régionale dans un programme de valorisation du patrimoine : le Conseil régional d’Aquitaine et la Banque numérique du Savoir d’Aquitaine par Elise Dudézert, direction de la culture du conseil régional d’Aquitaine.

14h40 : La coopération entre bibliothèques et services d’archives pour la numérisation et la mise en ligne des collections de presse ancienne par Thierry Claerr, direction du livre et de la lecture au ministère de la Culture et Jean-François Moufflet, direction des archives de France-DITN, ministère de la Culture.

15h0015h15 : Discussion

15h1515h45 : Pause

15h45 : La numérisation des fonds photographiques de la ville de Paris par Stéphane Chantalat, bureau des musées de la ville de Paris.

16h05 : La numérisation d’archives dans les relations internationales aujourd’hui par Christine Martinez, direction des Archives de France.

16h25 : Discussion

16h40 : Conclusions par Patrice Marcilloux, maître de conférences à l’université d’Angers.

17h30 : Visite de la collégiale Saint-Martin.

 

Un rapide compte rendu de l’enquête mené par les étudiants sous la direction de Patrice Marcilloux est publié sur le site des archives départementales de Maine-et-Loire (ici).